France

Le FN majoritaire dans une des 22 anciennes régions, le Languedoc-Roussillon

Temps de lecture : 2 min

Deux autres régions, la Bourgogne et la Haute-Normandie, ne «partagent» pas la couleur politique de leur nouvelle grande région.

/

On se souvient que le redécoupage des régions opéré cette année a suscité d'âpres débats. Mais qu'auraient donné ces élections régionales des 6 et 13 décembre avec l'ancien découpage en 22 régions, plutôt que le nouveau découpage? Selon notre pointage, trois d'entre elles auraient changé de camp: le Languedoc-Roussillon, désormais associé à Midi-Pyrénées, a vu le FN arriver en tête du second tour; la Haute-Normandie, maintenant unie à la Basse-Normandie, voit la gauche sortir en tête; la Bourgogne, fusionnée avec la Franche-Comté, est majoritairement à droite.

S'il est un résultat qui retient l'attention, c'est bien évidemment celui de Languedoc-Roussillon. Louis Aliot (FN) y recueille 40,4% des voix, 4.000 voix de plus environ que Carole Delga (40,1%), loin devant Dominique Reynié (19,4%). Il recueille notamment près de 44% des voix dans les Pyrénées-Orientales, sa terre d'élection. On touche évidemment là aux limites de l'exercice de «simulation»: les partis politiques et les électeurs auraient probablement géré l'entre-deux-tours différemment si avait vraiment existé la possibilité d'une victoire FN dans cette région, là où Carole Delga partait assez nettement favorite dans l'ensemble de la région fusionnée; par ailleurs, la candidate PS est défavorisée dans cette région Languedoc-Roussillon par son implantation territoriale, puisqu'elle est élue de Haute-Garonne. Dans sa région Midi-Pyrénées, elle bat Louis Aliot de plus de vingt points (49% contre 28%).

Les deux autres régions qui «bougeraient» de camp le feraient elles à parité entre la gauche et la droite. En Bourgogne, François Sauvadet remporte 34,4% des voix contre 33,8% des voix pour Marie-Guite Dufay, qui a remporté l'ensemble de la région fusionnée. Là encore, on retombe sur le différentiel d'implantation locale, Marie-Guite Dufay étant la présidente sortante de la région Franche-Comté tandis que son adversaire est originaire de Bourgogne.

A l'inverse, en Haute-Normandie, le président sortant du conseil régional Nicolas Mayer-Rossignol recueille 37,2% des voix, contre 34,2% pour Hervé Morin, qui remporte la région fusionnée grâce à la Basse-Normandie... qui n'est pourtant pas la région dont il est originaire. Mais son département, l'Eure, est beaucoup moins peuplé que la Haute-Normandie, où Nicolas Mayer-Rossignol est élu.

Parmi les autres curiosités statistiques à retenir, la nette majorité absolue (plus de 56%) recueillie par l'UMP Philippe Richert dans la région dont il était le sortant, l'Alsace (où le PS tombe lui à à peine plus de 10%). A noter que six régions métropolitaines n'avaient pas été redécoupées: Bretagne, Centre-Val de Loire, Corse, Île-de-France, Pays de la Loire, Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Jean-Marie Pottier Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters