France

Comme en 2002, la présence du FN au second tour booste la participation

Grégor Brandy, mis à jour le 13.12.2015 à 21 h 16

La dernière fois que la participation avait connu un tel bond entre les deux tours, c’était en 2002.

Richard Bouhet / AFP.

Richard Bouhet / AFP.

Le Front national ne devrait remporter aucune région. C’est l’enseignement principal des ces régionales 2015. Avec des listes en lice dans encore six régions au second tour, le parti de Marine Le Pen n’a pas pu concrétiser ses espoirs. Au lendemain du premier tour, on estimait pourtant que le FN pouvait en remporter au moins deux (Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Paca), et possiblement deux autres (Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine et Bourgogne-Franche Comté).

Plusieurs éléments sont responsables de cette chute, parmi lesquels la hausse de la participation entre les deux tours. Dimanche 6 décembre, 49,91% des personnes inscrites sur les listes électorales étaient allées voter. Ce dimanche 13 décembre, la participation devrait tourner entre 58% et 59%. Ceci constituerait donc une hausse de presque neuf points entre les deux tours.

Jamais il n’y avait eu une telle augmentation de la participation entre les deux tours. Jusque-là, la plus forte hausse datait de l’élection présidentielle de 2002. Jean-Marie Le Pen avait alors accédé pour la première fois au second tour, ce qui avait poussé beaucoup de gens à aller voter en faveur de Jacques Chirac. La participation avait en effet gagné 8,11 points entre ces deux semaines.

Depuis, sur les dix-sept autres élections, les deux plus fortes hausses avaient eu lieu lors des régionales de 2004 (+4,82 points) et de 2010 (+4,89 points), deux larges victoires de la gauche.

La chaîne iTélé évoquait en début de soirée une augmentation de presque 4 millions d’électeurs entre les deux tours. Et pourtant de nombreuses personnes ont évoqué sur Facebook et Twitter que leurs procurations n’étaient pas arrivées à temps pour leur permettre de voter, ce qui les place directement dans la case des abstentionnistes.

Les différents partis et leurs responsables avaient appelé les électeurs à se rendre dans les bureaux de vote ce dimanche, soit pour permettre au Front national de remporter une région pour la première fois de son histoire, soit pour empêcher le parti d’extrême droite de l’emporter. Comme nous le notions en fin d’après-midi dans notre live, «selon les estimations Ipsos, la participation serait la plus élevée en Corse (près de 68%), mais en Paca, en Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, en Bourgogne-Franche-Comté et en Nord-Pas-de-Calais-Picardie (plus de 60%)». Ces quatre dernières régions étaient convoitées par le FN.

Grégor Brandy
Grégor Brandy (439 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte