Monde

La Syrie d'Assad soupçonnée d'acheter du pétrole à Daech

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 11.12.2015 à 12 h 22

Repéré sur The Daily Beast, Reuters

Le site américain The Daily Beast affirme que le régime de Bachar al-Assad fait des affaires avec les djihadistes depuis le début.

Des installations pétrolières à Al-Shaddadeh en Syrie, le 2 avril 2010 | REUTERS/Stringer

Des installations pétrolières à Al-Shaddadeh en Syrie, le 2 avril 2010 | REUTERS/Stringer

Après la destruction d’un avion russe près de la frontière turque, la tension entre les deux pays est montée d’un cran. Dans les heures et les jours qui ont suivi l’incident, la Russie a mené une campagne d’accusations pour montrer que la Turquie cache son implication dans la vente 200.000 barils de pétrole quotidiens venant groupe Daech. Le ministère de la Défense de Poutine a même déclaré début décembre que «le président Erdogan et sa famille sont impliqués dans une affaire criminelle», rapportait Reuters. De son côté, la Turquie a épinglé le rôle d'hommes d'affaires proches du pouvoir russe dans la vente de pétrole de l'État islamique. 

Sauf que, comme le rapporte aujourd’hui le Daily Beast, la Syrie de Bachar al-Assad, le grand allié de la Russie, serait lui aussi un client du groupe Daech. Le pays actuellement en guerre achèterait régulièrement du pétrole aux djihadistes, et bien plus que ce qu’achèterait la Turquie. «La majorité du pétrole de Daech est achetée par des locaux à l’intérieur de son territoire, explique le journal. Daech ne possède pas sa propre flotte de camions citernes. Ce serait un gâchis de ressource et de main d’œuvre.» En fait, ce sont des indépendants qui achètent le pétrole eux-mêmes dans les territoires syriens et les acheminent dans les raffineries les plus proches possibles pour faire des économies de transport.

«Combinées, [ces raffineries] fournissent des dizaines de milliers de barils selon leur capacité quotidienne de raffinage. L’essence de ces raffineries est vendue dans les stations essences ou en vrac à des intermédiaires qui vont les emmener en ville où la demande est plus forte.»

Origine inconnue

La Syrie profiterait donc largement de ce circuit de production mis en place par Daech. Si l’on se penche sur les chiffres fournis par le gouvernement de Bachar al-Assad, on voit qu'il affirme par exemple que 106.000 barils ont été raffinés chaque jour au mois d’avril. Et pourtant, l’État n’arrive pas à justifier l’origine de l’essence contenue dans 85.000 de ces barils. De plus, Daech profiterait également des territoires riches en gaz autour de la Palmyre par exemple pour en extraire le plus de matière possible afin d’augmenter leur volume de production d’essence.

Mais là encore, il est difficile d’avoir des chiffres précis: le trafic de pétrole et son exportation dans les pays limitrophes est tellement éclatés et partagés entre différents groupes et communautés, qu’il sera difficile de déterminer avec précision l’ampleur du marché géré par Daech.

SyrieDaechpetrole
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte