Science & santéScience & santé

On peut stopper une hémorragie due à une blessure par balle en 15 secondes

Repéré par Lorenzo Calligarot, mis à jour le 10.12.2015 à 12 h 40

Repéré sur Gizmodo

Les États-Unis vont commercialiser un dispositif qui permet d’éviter que des blessés par balle ne se vident de leur sang.

Le dispositif XSTAT | Capture d'écran YouTube

Le dispositif XSTAT | Capture d'écran YouTube

Beaucoup de personnes blessées par balle meurent non pas de la blessure elle-même mais de l’hémorragie engendrée. Pour y remédier, les États-Unis, par le biais de la FDA (Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux), viennent d’autoriser la commercialisation d’un dispositif qui pourrait permettre de prendre en charge rapidement et efficacement les hémorragies.

Les Américains, qui sont régulièrement confrontés à des tueries de masse, pourront donc désormais utiliser ce dispositif initialement développé pour un usage militaire pour les civils blessés par balles, rapporte Guizmodo, un site spécialisé dans les nouvelles technologies. Nommé XSTAT, le remède est composé de plusieurs minuscules éponges qui stoppent les écoulements de sang en à peine quinze secondes.

 

Il est surtout amené à servir pour les zones du corps où un garrot ne peut être fait, comme l’aisselle ou l’aine. Un blessé peut utiliser au maximum trois applicateurs qui peuvent chacun absorber un demi-litre de sang grâce à leurs éponges qui se dilatent au contact du sang. Comme le montre la vidéo ci-dessus, XSTAT permet d’éviter que le patient ne perde trop de sang et puisse être pris en charge par des équipes médicales. Ce remède est en effet provisoire et la FDA précise que XSTAT ne doit être utilisé seulement lorsque «les soins médicaux ne peuvent être prodigués dans un établissement de soins d’urgence dans la minute».

Chaque année, environ 33.000 personnes sont tuées par arme à feu aux États-Unis, dont 11.000 lors d’homicides. Rien que depuis janvier 2015, il y a eu plus d’une fusillade de masse par jour sur le territoire américain. Sachant que l’Institut de recherche chirurgicale de l’armée américaine estime que 30 et 40% des décès de civils par lésion traumatique sont directement dûs à une hémorragie, on peut supposer que de nombreuses vies auraient pu être sauvées grâce à ce dispositif.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte