Science & santé

Les orangs-outans comprennent-ils (vraiment) nos blagues?

Robin Panfili, mis à jour le 10.12.2015 à 17 h 33

Nul ne sait vraiment si les grands singes parviennent à comprendre la subtilité de notre humour, mais ils n'y sont pas insensibles pour autant.

Un orang-outan rigole à un tour de magie  | via YouTube

Un orang-outan rigole à un tour de magie | via YouTube

Les ourangs-outans, chimpanzés ou gorilles sont-ils en mesure de comprendre nos plaisanteries ou, dans le cas inverse, de faire eux-mêmes leurs propres blagues? La question s'est posée, chez Slate.fr, après le visionnage de cette vidéo d'un orang-outan qui semble éclater de rire devant le tour de magie d'un visiteur du parc zoologique de Barcelone. Une vidéo, mise en ligne le 7 décembre, qui a énormément circulé sur internet et qui récolte déjà des millions de vues sur YouTube. 

À première vue, l'orang-outan semble s'écrouler de rire face au tour de magie qui vient de lui être présenté. Mais, après réflexion, nul ne sait vraiment si c'est la démonstration qui le fait autant rigoler ou s'il se moque du tour de magie (un peu raté) du touriste derrière la vitre. En fait, nul ne sait vraiment si l'orang-outan est véritablement en train de rigoler. 

Pour Fanélie Wanert, docteur vétérinaire au Centre de primatologie de l'université de Strasbourg, le comportement de l'animal désigne davantage une envie de jouer qu'une réaction hilare au tour de magie. Ainsi, dire que le singe comprend la logique du tour de magie (et son ressort comique) et qu'il réagit en conséquence n'est que pure spéculation, car rien ne nous permet vraiment d'en être certain, explique-t-elle.

«Ce type d’observation “anecdotique ne permet pas de conclure scientifiquement sur la capacité de l’animal à comprendre la composante “humoristique du tour de magie, ni de parler d’éclat de rire. Ce serait faire de l’anthropomorphisme.»

Rire ou jouer?

Les mimiques de ce jeune orang-outan –bouche ouverte, dents en évidence– s'apparentent à une «play-face», un comportement que les grands singes (les ourang-outans, les chimpanzés ou les gorilles) émettent dans un contexte de jeu. Quand l'orang-outan s'étale par terre, comme écroulé de rire, il semble plutôt lancer un message à son interlocuteur humain. «La bascule en arrière avec un balayage des bras pourraient être une invitation au jeu vis-à-vis des observateurs humains de l’autre côté de la vitre», analyse Fanélie Wanert.

Les orangs-outans sont connus dans la profession comme les plus “farceurs” des grands singes

Marie Pelé

S'il ne rit pas véritablement au tour de magie qui lui est présenté, l'orang-outan reste tout de même clairement intéressé par la démonstration. Chez les grands singes, le jeu constitue un rôle social important, qu'ils soient jeunes ou plus âgés, en captivité ou dans leur milieu naturel, y compris avec des partenaires de jeu d'une espèce différente (l'homme, en l'occurrence). En 2011, Le Monde s'intéressait au sujet:

«Alors que, chez l'homme, le rire survient dans une grande variété de circonstances et peut avoir des significations très diverses, chez les autres primates, ce qu'on considère généralement comme son homologue est confiné à des situations de jeux –courses-poursuites et chatouillis– très stéréotypées.»

Des singes «farceurs»

Le monde scientifique reste toutefois partagé sur la question. Interrogée par Sciences et Avenir, Marie Pelé, docteur en éthologie, n'écarte pas l'idée que l'orang-outan soit réceptif au ressort comique du tour de magie. «[Les orangs-outans] sont connus dans la profession comme les plus “farceurs des grands singes. Dans cette vidéo, une chose est sûre, le tour de magie ne le laisse pas indifférent. Personnellement, parler d'humour chez les grands singes ne me choque pas outre mesure, après je pense que c'est surtout une question de personnalité, comme chez l'être humain», précise-t-elle. Une autre chercheuse, Jennifer Gamble, s'était déjà intéressée au sens de l'humour présumé des grands singes. Selon les conclusions de son étude, publiée en 2001, les singes en captivité seraient en mesure d'apprécier le même humour que les enfants humains. 

Les interrogations autour d'un sens de l'humour chez les grands singes ne datent pas d'hier. Et les exemples ne manquent pas. L'une des toutes premières blagues animales est l'œuvre d'une femelle gorille élevée en Californie. Elle a un jour répondu (en langue des signes) à son expérimentatrice qu'une serviette blanche était rouge. Or la serviette était bien blanche, mais quand la femme a voulu partir de la cage, la gorille l'a retenue pour lui montrer le liseré rouge sur la serviette, racontait Le Monde.

Des blagues entre animaux

Frans de Waal, un primatologue néerlandais, a lui aussi quelques anecdotes sur le sujet, rapporte Le Monde. L'homme affirme, par exemple, avoir réussi à déclencher l'hilarité de ses chimpanzés en se déguisant un jour... en léopard. Un autre cas de figure, plus troublant encore puisqu'il n'implique pas d'humain, s'est produit dans le centre de recherche où le primatologue travaille. Il raconte comment une jeune chimpanzé s'amuse à embêter les autres singes de la colonie en leur déposant discrètement un rat mort sur leur tête, ce qui a le don de les énerver. En reproduisant le geste à plusieurs reprises sur ses congénères, il semblerait que le comique de répétition de cette plaisanterie la fasse bien rigoler.

Une étude, menée en Angleterre en 2011, avait également démontré que les chimpanzés étaient capables d'imiter l'hilarité de leurs compagnons de jeu et de leur répondre avec leurs propres expressions, même s'ils ne trouvaient pas la situation rigolote. Ainsi, le rire serait, pour ces animaux, une manière de renforcer le lien et les interactions sociales. Marina Davila-Ross, une chercheuse en charge de l'étude, ajoutait néanmoins que les singes n'ont pas recours au rire de politesse ou au rire forcé. Et sur ce point, les humains ne peuvent pas en dire autant.

L'explication remercie Fanélie Wanert, docteur vétérinaire, et le Centre de primatologie de l'université de Strasbourg.

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici. Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication @ slate.fr

 

Robin Panfili
Robin Panfili (190 articles)
Journaliste à Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte