France

Au second tour, un candidat peut-il maintenir sa liste seul et contre tous?

Christophe-Cécil Garnier, mis à jour le 08.12.2015 à 18 h 50

Jean-Pierre Masseret, le candidat du Parti socialiste en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, a décidé de ne pas se retirer malgré les demandes du bureau national. Heureusement pour lui, il a le soutien d'une majorité de ses colistiers.

Jean-Pierre Masseret, le candidat du Parti socialiste dans la région Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine, le 7 décembre 2015. JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Jean-Pierre Masseret, le candidat du Parti socialiste dans la région Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine, le 7 décembre 2015. JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Alors qu'il est arrivé en troisième position dans la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine avec 16,11% des voix, le socialiste Jean-Pierre Masseret a refusé lundi de se retirer du second tour de l'élection régionale, qui l'oppose à Florian Philippot (FN) et Philippe Richert (LR). Ce même après que le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis a annoncé le matin sur RTL le retrait de sa liste comme il l'avait exigé de Pierre de Saintignon dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et de Christophe Castaner en Paca.

Cependant, le dépôt d'une liste, lorsqu'elle a fait plus de 10% des suffrages au premier tour, ne dépend pas du bureau national du parti. Jean-Pierre Masseret a donc consulté ses têtes de listes et ses premiers fédéraux selon un journaliste du Monde. Dans un communiqué de presse, il a annoncé avoir récolté treize voix en faveur du maintien, contre sept contre. 

Coups de pression

En conséquence, son bureau national risque de lui retirer l'investiture socialiste, comme l'a indiqué la porte-parole du PS Corinne Narassiguin à l'AFP, alors que certains observateurs politiques ont souligné que le Parti tentait de faire pression sur les colistiers pour que la liste ne passe pas.

Certains soutiens de Jean-Pierre Masseret se sont d'ailleurs retirés de la liste. Le maire de Verdun, Samuel Hazard, a confirmé après l'annonce de maintien de Jean-Pierre Masseret qu'il se retirait, selon l'Est Républicain. Pour l'heure, ces défections ne posent pas de danger à la constitution de la liste du candidat désormais dissident car ils ne sont pas majoritaires. Une décision de retrait ne peut intervenir que sous la forme d'un document collectif, selon l'article L.352 du code électoral, comportant la majorité des candidats de la liste ou bien «sous la forme de retraits individuels de candidature présentés par la majorité des candidats».

De nouveaux documents à fournir

Selon un mémo distribué aux candidats des élections régionales, la modification d'une liste entre les deux tours implique des documents supplémentaires à fournir. Le candidat tête de liste doit présenter la nouvelle composition de la liste, sans pouvoir modifier son ordre, une option possible qu'en cas de fusion. 

Cependant, cette situation pourrait être modifiée s'il fusionnait avec la liste EELV, menée par Sandrine Bélier, qui a appelé à former «une coalition des partis démocrates», selon l'Express, allant à l'encontre de l'avis d'Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale du parti écologiste.

Jean-Pierre Masseret va devoir aussi récolter les déclarations individuelles de chaque candidat sur la liste (ce qui n'est pas nécessaire quand la liste n'a pas été modifiée). Si ce dernier provoque l'incompréhension d'une partie de son camp, comme l'ancienne ministre Aurélie Filippetti, il s'est aussi attiré certains soutiens comme celui d'Édouard Martin, l'ancien syndicaliste de Florange, devenu député européen. Mais également celui, plus mesuré, de Florian Philippot. Le numéro trois du Front national, largement en tête dans la région, a estimé que Jean-Pierre Masseret, par sa décision, avait «tenu ses engagements»

En fin d'après-midi, la liste de Jean-Pierre Masseret a été déposée en préfecture. 

Correction: une première version indiquait que le candidat PS en Nord-Pas-de-Calais-Picardie était Frédéric de Saintignon et non Pierre de Saintignon. Nos excuses aux intéressés et à nos lecteurs.

 

Christophe-Cécil Garnier
Christophe-Cécil Garnier (63 articles)
Journaliste à Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte