Tech & internetFrance

«Putain» était un peu le mot préféré de cette soirée électorale

Vincent Manilève, mis à jour le 07.12.2015 à 12 h 27

Certains internautes opposés au Front national ont eu du mal à cacher leur effroi face au résultat.

Montage inspiré par un tweet publié après la publication des résultats du premier tour des régionales.

Montage inspiré par un tweet publié après la publication des résultats du premier tour des régionales.

Putain. Un juron dont l’usage s’est banalisé et que l’on lance parfois (souvent) sans réfléchir, lorsqu’une situation ou une personnes nous exaspère. Ce n’est pas un hasard si c’est le mot indispensable à connaître quand on apprend le français ou si Jean Dujardin l’a lancé en recevant son Oscar, choquant l’Amérique toute entière.

Mais dimanche 6 décembre au soir, à l’annonce des résultats du premier tour des élections régionales, le mot «putain» a été largement employé par les internautes et certains journalistes. Un tweet crypté de Johan Hufnagel, numéro deux du journal Libération (et ancien rédacteur en chef de Slate.fr) a lancé la mode avant même l’annonce officielle des résultats.


Jusqu'à l'antenne de BFMTV

Après 20 heures et les premiers commentaires déclarant le FN comme «premier parti de France», les premiers commentaires commencent à déferler, y compris sur les plateaux de télévision. Certains téléspectateurs auront remarqué à juste titre qu’un des journalistes présents sur BFMTV lancera lui aussi un «Oh putain» vite étouffé à l’annonce des résultats pour le frontiste Louis Aliot.

Sur Twitter, les internautes se retiennent encore moins que les journalistes. Dans les heures qui ont suivi l’annonce des résultats, de nombreuses personnes ont exprimé leur colère, souvent en commençant leur phrase par «putain».

(Bien sûr, le mot putain ne sert pas qu’à montrer son exaspération…)


Comme le 13 novembre

Même certaines personnalités n’ont pas pu s’empêcher de jurer. C’était le cas du musicien Laurent Garnier ou du réalisateur très engagé Xavier Beauvois.

Un rapide coup d’œil sur le site Topsy permet de confirmer un sursaut très sensible dans l’emploi «putain» lors de cette soirée avec plus de 50.000 utilisations.

Via Topsy

Et comme le montre ce même graphique, le mot «putain» (et d’autres comme «merde» ou «vomir») a été également très utilisé le mois dernier, mais pour une toute autre raison. C’était le 13 novembre, lors des attentats qui ont visé la France; plus de 150.000 tweets contenaient alors ce mot.

Vincent Manilève
Vincent Manilève (353 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte