France

À Paris, la sociologie des Xe et XIe arrondissements a repoussé le FN

Robin Verner, mis à jour le 07.12.2015 à 12 h 00

Les résultats du premier tour des régionales étaient très attendus dans ces quartiers visés par les attaques du 13 novembre.

Drapeau français dans le XIe arrondissement le 27 novembre 2015. BERTRAND GUAY/AFP

Drapeau français dans le XIe arrondissement le 27 novembre 2015. BERTRAND GUAY/AFP

Comme elle n'a pas été élue maire de Paris pour rien, Anne Hidalgo y est allée de son analyse politique au soir du premier tour des Régionales 2015.

Il faut dire qu'après les attentats du 13 novembre, les résultats des élections dans les Xe et XIe arrondissements de Paris, ensanglantés durant les attaques, ne pouvaient que faire l'objet d'une attention particulière. Il apparaît ainsi que le FN est resté en deçà des 8% des suffrages exprimés (que ce soit dans le Xe, ou dans le XIe), loin, très loin de ses pics nationaux.

Un journaliste du Monde s'était d'ailleurs transporté au jour du scrutin dans ces deux arrondissements afin de prendre la température des citoyens locaux. «Non, les événements n'ont pas influencé mon choix», disait l'un, tandis qu'une autre affirmait que «l'exercice démocratique est la seule réponse au terrorisme».

Le FN, habitué aux profondeurs du classement

Avoir été en prise avec les attaques et la réalité des faits ont-ils aidé à résister à une forme de paranoïa et au vote en faveur du Front national? On peut avancer cette explication mais l'insuccès frontiste sur ces terres n'a rien de bien étonnant dans la mesure où, aux municipales 2014, Luc Le Garsmeur, candidat d'extrême droite dans le Xe arrondissement ne recueillait que 5,41% des voix et Gaétan Dussausaye environ 5,5% dans le XIe

Un élément d'explication plus évident relève de la sociologie. Celle de ces arrondissements du centre-est parisien est de notoriété publique défavorable au vote le plus conservateur. Comme le montre cette carte interactive proposée par Le Monde, l'immobilier y est (à l'échelle de Paris) onéreux sans atteindre les sommes faramineuses du cœur de la ville ou de sa bordure ouest. Le mètre carré d'un appartement se monnaye autour de 8.000 euros dans le XIe arrondissement et 7.400 euros dans le Xe arrondissement, définissant un peuplement par des classes aisées mais distinctes des cercles de la haute bourgeoisie francilienne.

Cadres et professions intellectuelles supérieures

Un coup d’œil à la composition socioprofessionnelle des lieux s'avère plus instructif encore. Selon la base de données de recensement de 2012 de l'Insee, dans le Xe arrondissement, le milieu le mieux représenté est celui des cadres et professions intellectuelles supérieures avec plus de 25.000 individus, devant les professions intermédiaires avec 13.220 personnes (cette catégorie regroupe ces actifs dont le poste est situé entre les cadres et les salariés moins qualifiés mais aussi les enseignants et les membres du secteur de la santé). 

Ces tendances sont plus prononcées encore chez leurs voisins du XIe arrondissement. Dans cette zone, les cadres et professions intellectuelles supérieures dépassent les 42.000 actifs, dominant largement le quartier tandis que la mention «Professions intermédiaires» apparaît sur la feuille d'impôt de plus de 23.000 personnes. Des données sociologiques peu propices donc à une envolée de l'extrême droite que, sans surprises, trois semaines, même tendues, n'ont pas inversé.  

Robin Verner
Robin Verner (79 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte