Tech & internetFrance

Les gens qui n'auraient pas dû tweeter le soir du premier tour

Mélissa Bounoua, mis à jour le 07.12.2015 à 1 h 00

Personnalités politiques ou non, ils se sont exprimés sur le réseau social avec opportunisme ou mauvais goût.

1.
Jean-Marie Le Pen

Jean-Marie Le Pen pour défendre sa petite-fille Marion Maréchal Le Pen n'hésite pas à s'en prendre à Christian Estrosi (Les Républicains) en ne renonçant manifestement pas à ses idées. L'ancien patron du FN –qui avait posté son message à 21 heures– l'a finalement retiré à 23 heures. La vidéo tweetée à l'origine montre Christian Estrosi dansant lors des festivités pour Hanoucca à Nice.

2.
Cyril Hanouna

Cyril Hanouna, présentateur de «Touche pas à mon poste» sur la chaîne D8, estime que les médias ont leur part de responsabilité dans ces résultats –puis encourage les abonnés à son compte Twitter à regarder son émission. Manifestement, l'animateur s'est soudain souvenu qu'il appartenait à un média.

3.Arash Derambarsh 

Arash Derambarsh, l'homme qui s'est un temps présenté comme le président de Facebook France alors qu'il ne l'était pas, a décidé de rallier Les Républicains au soir du premier tour. L'homme qui aime à multiplier les coups médiatiques (des attentats du 13 novembre au gaspillage alimentaire), est élu municipal divers droite à Courbevoie et s'était présenté contre le député-maire UMP sortant. Il était proche du RPR (en tant que militant) quand il a commencé à s'intéresser à la politique avant de devenir conseiller UDF de 2003 à 2007.

Mélissa Bounoua
Mélissa Bounoua (93 articles)
Rédactrice en chef adjointe de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte