Allemagne

Il est désormais possible de croiser des loups autour de Berlin

Repéré par Annabelle Georgen, mis à jour le 08.12.2015 à 9 h 54

Repéré sur Der Tagesspiegel, ZDF

Fin novembre, un loup a été photographié pour la première fois dans la capitale allemande.

À Berlin, on peut croiser désormais des loups autrement que dessinés sur les murs | Adventure Priority via Flickr CC License by

À Berlin, on peut croiser désormais des loups autrement que dessinés sur les murs | Adventure Priority via Flickr CC License by

La presse locale berlinoise est en émoi: un loup a été localisé pour la première fois à l’intérieur du Ring, le périphérique qui entoure la capitale allemande et la ville de Potsdam, au sud. L’animal a été repéré fin novembre au moyen d’un piège photographique installé par un chasseur à Glindow, une commune située à l’ouest de Potsdam.

Depuis quelques années, il y a à nouveau des loups dans le Brandebourg, la région qui entoure Berlin. Comme le rapportait à l’été 2015 le quotidien Berliner Morgenpost, quatorze meutes et cinq loups solitaires vivraient actuellement dans la région.

Le quotidien Der Tagesspiegel publie la photo du loup, flashé de nuit au croisement de la Langer Straße et la Plötziner Straße, aux abords d’un terrain forestier fréquenté par les chasseurs locaux et à 200 mètres d’une ferme, et a demandé à un spécialiste qui occupe le poste bénévole de délégué aux loups dans une commune voisine de décrypter le cliché:

«Kay-Uwe Hartleb pense qu’il s’agit d’un jeune animal au vu de ses courtes pattes [...]. Les loups nés cette année sont désormais âgés de six mois et explorent leur environnement. “Ils n’ont pas de plan en tête. Quand ils remarquent qu’ils ne peuvent pas aller plus loin ou que c’est trop agité, ils rebroussent chemin.” L’animal qui a été photographié est puissant et a déjà son pelage d’hiver. “On voit qu’il y a des pommes au pied des arbres. Ce que beaucoup de gens ne savent pas, c’est que les loups aiment bien manger des pommes.”»

Animaux sauvages

L’auteur de la photographie s’inquiète, lui, de ce que «le loup se rapproche de plus en plus des hommes». Les habitants de Glidow ont croisé des loups à quatre reprises cet été:

«La population augmente, les animaux vont là où il y a du gibier. […] Je me demande ce qu’il va se passer quand le loup n’aura plus de gibier à se mettre sous la dent.»

Je me demande ce qu’il va se passer quand le loup n’aura plus de gibier à se mettre sous la dent

Le chasseur auteur du cliché

Des propos que Kay-Uwe Hartleb nuance en rappelant que les chasseurs, qui de fait sont en concurrence avec les loups vis-à-vis du gibier, peuvent être tentés de répandre la panique au sein de la population et qu’en général les loups prennent la fuite quand ils croisent des humains. Le quotidien rappelle les règles de comportement à respecter:

«Croiser des loups est désormais possible partout dans le Brandebourg; dans ce cas, il faut faire du bruit pour se faire remarquer et partir lentement.»

Même s’il semble peu probable pour l’instant de croiser des loups en plein Berlin, la capitale allemande est pourtant pleine d’animaux sauvages. La nuit, il n’est pas rare de croiser des renards ou des lapins en plein centre-ville, et les habitants des quartiers périphériques doivent faire attention à ce que les locaux à poubelles soient bien fermés en raison de la présence de sangliers. «Berlin est un zoo sans barrières», déclarait la chaîne de télévision ZDF dans un reportage diffusé en octobre 2015, expliquant que la ville était considérée comme celle qui «compte le plus d’espèces en Europe», faisant le compte des animaux sauvages berlinois:

«À côté des 3,5 millions de personnes qui vivent à Berlin, il y a environ 5.000 sangliers, 3.000 lapins, 2.000 martres, 1.800 renards, 800 ratons laveurs.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte