Parents & enfants / Égalités / Culture

En Suède, tous les élèves de 16 ans recevront un livre sur le féminisme

Temps de lecture : 2 min

Le Swedish Women’s Lobby souhaite lancer une discussion sur l’égalité de genre et le féminisme à l’école.

Le chemin du féminisme passe par l’école | David Goehring via Flickr CC License by

À partir de ce mois-ci, tous les lycéens suédois vont recevoir une copie de l’essai Nous sommes tous des féministes, adapté d’un discours TED prononcé par la romancière nigériane Chimamanda Ngozi Adichie. The Guardian rapporte que la campagne est lancée par le lobby des femmes suédoises (Swedish Women’s Lobby), dans l’intention de générer une discussion sur l’égalité de genre et le féminisme.

Jusqu’ici, plus de 100.000 copies du livre, qui vient d’être traduit en suédois, ont été distribuées et le lobby des femmes suédoises donnera aux professeurs quelques lignes directrices permettant d’initier des débats sur le sujet.

«Petite cage rigide»

Dans Nous sommes tous des féministes, Chimamanda Ngozi Adichie parle de la façon dont les filles et les garçons sont conditionnés par les stéréotypes de genre, notamment dans ce passage, repris dans la chanson «Flawless» de Beyoncé:

«Nous apprenons aux filles à se rétrécir, à se faire plus petites. Nous disons aux filles: “Tu peux avoir de l’ambition, mais pas trop.”»

Sur les garçons, elle évoque la «petite cage rigide» qui les force à «avoir peur de leurs craintes, de leur faiblesse, de leur vulnérabilité».

Pour Clara Berglund, une des organisatrices de la campagne:

«C’est exactement le livre que j’aurais voulu que tous mes camarades de classe garçons aient lu quand j’avais 16 ans.»

Dans une intervention vidéo diffusée dans un lycée suédois pour le lancement de l’initiative, Chimamanda Ngozi Adichie explique:

«Quand j’avais 16 ans, je ne crois pas que je savais ce que veut dire féministe. Je ne connaissais pas le mot. Mais j’étais féministe. Et j’espère que tous les jeunes de 16 ans qui liront ce livre en Suède décideront aussi qu’ils sont féministes.»

Slate.fr

Newsletters

Google peut-il aider à réduire le taux de suicide chez les jeunes LGBT+?

Google peut-il aider à réduire le taux de suicide chez les jeunes LGBT+?

La firme américaine est en train de développer des outils dans ce but.

Donner son utérus à une autre femme: «c'était mon but d'aider quelqu'un»

Donner son utérus à une autre femme: «c'était mon but d'aider quelqu'un»

Heather Bankos est la 70ème femme dans le monde à faire don de son utérus.

Une énième réforme de l'enseignement des langues au lycée est-elle (vraiment) indispensable?

Une énième réforme de l'enseignement des langues au lycée est-elle (vraiment) indispensable?

La formation et le recrutement du personnel enseignant s'apprêtent à subir une nouvelle réforme.

Newsletters