Monde

Le nombre de morts par arme à feu aux États-Unis a baissé principalement grâce à une loi environnementale

Repéré par Aude Lorriaux, mis à jour le 04.12.2015 à 11 h 39

Repéré sur Washington Post, Pew research center, slate.fr

En l'absence d'une régulation plus stricte sur le nombre d'armes à feu en circulation, la réduction de l'absorption de plomb est avancé comme un des principaux facteurs des meilleures statiques obtenues ces vingt dernières années.

San Bernardino, Californie, sur les lieux de la fusillade I REUTERS/Mario Anzuoni

San Bernardino, Californie, sur les lieux de la fusillade I REUTERS/Mario Anzuoni

Contrairement à ce qu’on aurait pu imaginer, le nombre d’homicides par balle aux États-Unis a baissé depuis les années 1990, rapporte le Washington Post. En 1993, il y avait ainsi sept homicides par armes à feu pour 100.000 personnes. Ce nombre était en 2013 de 3,6, selon le Pew Research Center, même si deux homicides sur trois sont toujours commis avec des armes à feu. Le nombre de crimes impliquant des armes mais sans meurtre a lui encore plus baissé dans la même période (il est passé de 725 pour 100.000 à 175).

Plusieurs raisons expliquent cette amélioration, selon les chercheurs interviewés par le quotidien américain. Le renforcement de la présence policière a joué un rôle certain. Bill Clinton a décidé le recrutement de 100.000 nouveaux agents en 1994. New York, une ville qui a connu une amélioration spectaculaire des chiffres de la criminalité, a elle aussi embauché beaucoup de nouveaux agents. Selon l’économiste Steven Levitt, ces recrutements auraient réussi à réduire de 5% à 6% le nombre de crimes. Par ailleurs l’utilisation par la police d’ordinateurs permet aussi de mieux collecter les données et de concentrer les efforts sur les zones tendues. Selon le Brennan Center for Justice, de tels systèmes ont joué pour 11%.

Le plomb rendait les individus plus agressifs

Mais il existe aussi d’autres raisons, qui ne tiennent pas du tout au système de sécurité en lui-même, comme l’explique le Washington Post. Une économie en bonne santé permet aux foyers de s’équiper en alarmes et la réduction de la pauvreté réduit aussi les raisons de commettre un crime. Cette embellie aurait permis une baisse de 5% à 10% du nombre de crimes, selon le Brennan Center.

Mais surtout, et c’est là le point le plus intéressant, les mesures politiques et les changements sociétaux incitant à prendre soin de la santé ou de l’environnement ont aussi une influence décisive. La baisse de la consommation d’alcool a fait chuter de 5% à 10% le nombre de crimes, selon le Brennan Center. Mais surtout, c’est la réduction de l’absorption de plomb qui a eu le plus d’effet, selon l’économiste Jessica Reyes, à la suite du Clean Air Act voté en 1970 aux États-Unis. Car le plomb rendait plus agressifs les humains qui en respiraient à travers les émissions des véhicules. Selon la chercheuse, une telle loi aurait permis de réduire de 56% le nombre de crimes violents. D’autres chercheurs sont plus circonspects sur ce chiffre, mais tous estiment que cette loi a eu un effet important.

Le Washington Post ne mentionne que les lois ayant eu un effet sur le territoire américain. Si la comparaison s’étendait aux autres pays, il faudrait citer les lois encadrant et restreignant l’usage d’armes à feu comme premier facteur global de réduction de ces homicides. Comme le montrait un de nos articles, tous les autres pays de l’OCDE ont des statistiques largement meilleures en matière d’agressions (voir graphique ci-dessous). Mais vraiment meilleures. Il existe donc une solution très simple, répétée inlassablement par le président des États-Unis lui-même, approuvée par la majorité des Américains eux-mêmes, mais que tous les candidats à la présidentielle ne sont pas tous prêts à approuver, loin de là, notamment du fait des puissants pouvoirs de la NRA, l’association qui promeut les armes à feu aux États-Unis.

 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte