Monde / Société

Boulimique de cinéma, Hitler pouvait voir jusqu'à sept films en une soirée

Temps de lecture : 2 min

Un livre revient sur la passion dévorante du dictateur allemand pour le septième art.

Hitler et Goebbels en 1935 | Breve Storia del Cinema via Flickr License by CC
Hitler et Goebbels en 1935 | Breve Storia del Cinema via Flickr License by CC

Après chaque dîner au Berghof, la ferme bavaroise perchée sur l'Obersalzberg où Hitler aimait se retirer, les invités ne pouvaient échapper à l'«inévitable film», selon l'expression employée par un de ses adjudants, Fritz Wiedemann, dont l'hebdomadaire Der Spiegel rapporte les propos exaspérés –«Mais pourquoi tous les jours des films?»– dans un article traitant de la passion maladive d'Hitler pour le cinéma.

L'historien et journaliste allemand Volker Koop vient de publier un livre consacré à cette énième facette méconnue du dictateur nazi, intitulé Warum Hitler King Kong liebte, aber den Deutschen Micky Maus verbot –Die geheimen Lieblingsfilme der Nazi-Elite (Pourquoi Hitler aimait King Kong mais a interdit Mickey Mouse aux Allemands. Les films préférés secrets de l'élite nazie), paru aux éditions be.bra., qui décrit «à quel point il consommait aveuglément, sans idéologie, les films auxquels il pouvait avoir accès», indique Der Spiegel.

Et ce d'une manière totalement boulimique:

«Le photographe d'Hitler, Heinrich Hoffmann, se plaignait en revanche de sa manie de voir et de revoir ses films préférés: Hitler a vu au moins 20 fois le film Siegfried de Fritz Lang, tout comme Ce diable de garçon ou la comédie Les Finances du grand duc de Murnau. Presque tous les gens de son entourage se plaignaient de son obsession pour le cinéma. D'après Ernst Hanfstaengl [un des fonctionnaires hauts placés du troisième Reich, qui dirigea le département de la presse étrangère dans les années 1930, ndlr], le dictateur annulait même des rendez-vous importants pour voir un bon film –et il était fréquent qu'il ne soit pas satisfait même après avoir vu trois films dans la soirée. D'après les recherches de Volker Koop, Hitler fit projeter environ cing films l'un après l'autre le 6 septembre 1936, peu avant le congrès général du NSDAP, et même sept films à la suite le 25 septembre.»

Admirateur de Cuckor et Fritz Lang

On apprend également dans le livre de Volker Koop qu'Hitler adorait les cartoons et les dessins animés de Walt Disney, Mickey Mouse et Blanche Neige en tête, et ce alors qu'à partir de 1935, il en priva les citoyens du troisième Reich, au motif que les films coûtaient trop cher. C'est par contre sur son initiative que le film culte King Kong, sorti aux États-Unis en 1933, a pu être projeté dans les cinémas allemands, alors qu'il avait été recalé par la censure nazie, qui estimait que le film constituait «une attaque à la résistance nerveuse du peuple allemand» en mettant en scène une histoire d'amour entre un monstre et une femme blanche. Hitler adorait ce film, et l'aurait vu à de nombreuses reprises.

Sa passion pour le cinéma l'a d'ailleurs amené à se conduire à maintes reprises de manière totalement irrationnelle eu égard à son profond antisémitisme:

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Dès qu'Hitler était dingue d'un film, d'un acteur ou d'un réalisateur, il était étonnamment flexible sur un plan idéologique. Le fait, par exemple, que George Cukor, le réalisateur de La Dame aux camélias, sorti en 1936, avait des origines juives ne dérangeait pas le moins du monde le premier antisémite de la nation. Bien qu'Henny Porten, une des actrices préférées, soit mariée à un juif, Hitler prit soin de lui verser une généreuse retraite sur les deniers de la chancellerie du Reich. Et le réalisateur Fritz Lang, fils d'une mère juive, déclencha son enthousiasme avec Metropolis et devait même être nommé à la direction de l'industrie cinématographique allemande en 1933, mais il émigra tout de même.»

Newsletters

De Merkel à Scholz, quelle politique russe pour l'Allemagne?

De Merkel à Scholz, quelle politique russe pour l'Allemagne?

Pour Berlin, Moscou est à la fois un partenaire majeur en économie, un défi récurrent sur le plan stratégique et un sujet de controverse pour la politique intérieure.

L'Australie est le pays où les habitants ont été le plus ivres en 2021

L'Australie est le pays où les habitants ont été le plus ivres en 2021

Le Danemark et la Finlande sont les deux pays suivant dans le classement du Global Drug Survey.

Certains États paient les Américains pour qu'ils retournent au travail

Certains États paient les Américains pour qu'ils retournent au travail

Ils peuvent recevoir un chèque d'une valeur correspondant à plus de 1.700 euros.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio