SportsFrance

Entre «tarlouze» et coussin Vuitton, l'audition de Karim Benzema

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 02.12.2015 à 11 h 21

Repéré sur Le Monde

Une grosse partie des déclarations de l'attaquant de l'équipe de France recueillies par la juge Nathalie Boutard dans le cadre de l'affaire de la sextape de Valbuena ont été publiées dans Le Monde.

Mathieu Valbuena et Karim Benzema lors du quart-de-finale de Coupe du Monde qui les a opposés à l'Allemagne, le 4 juillet 2014. REUTERS | Charles Platiau

Mathieu Valbuena et Karim Benzema lors du quart-de-finale de Coupe du Monde qui les a opposés à l'Allemagne, le 4 juillet 2014. REUTERS | Charles Platiau

Karim Benzema doit s'exprimer publiquement pour la première fois dans l'histoire de la sextape ce mercredi 2 décembre, au 20 heures de TF1. L'attaquant du Real Madrid et de l'équipe de France a été mis en examen le 5 novembre dernier pour «complicité de tentative de chantage» et «participation à une association de malfaiteurs». Mais cet entretien risque d'arriver un peu en retard et de manquer de réponses à certaines questions. 

Entre son enregistrement, mardi en fin de journée, et sa diffusion, mercredi soir, Le Monde a publié l'essentiel des déclarations de Karim Benzema «recueillies par la juge d'instruction de Versailles Nathalie Boutard, le 5 novembre, lors de son interrogatoire de première comparution».

«“Tarlouze”, on peut le dire à tout le monde, à ses amis. C'est amical»

Et parmi toutes ces déclarations, il y en a certaines un peu plus incroyables que les autres. Petite compilation des propos du joueur:

Sur ce que fait son meilleur ami au sein de sa société:

«Je ne sais plus à quel poste il est, mais c’est en lien avec l’association. Je ne connais pas les statuts de la société.»

Quand un homme lui offre un coussin Vuitton et décide de s'assoir à sa table pour déjeuner:

«J’étais à Madrid. J’étais à un déjeuner avec Karim Zenati. Une personne est venue me remettre un coussin Louis Vuitton et m’a parlé d’une vidéo sur Mathieu Valbuena. [...] Je ne la connaissais pas. Hier, on m’a montré une photo et je l’ai reconnue. Mais je ne me souviens pas de son nom. [...] Il m’offre le coussin, il s’assoit, il me dit bonjour, mais je ne l’écoutais pas, car je ne le connais pas. Il dit qu’il existe une vidéo sur Mathieu Valbuena, une vidéo chaude. Et là, à ce moment, je lui ai dit: “Arrête-toi tout de suite, je ne veux pas en entendre parler. Cette personne est restée, on a continué à manger et après on s’est séparés. [...] Je ne l’ai pas invité, il est venu de lui-même, il connaît Karim. Ensuite, je n’ai pas eu d’autres contacts avec cette personne, c’est la seule fois où je l’ai vue.»

Quand il explique comment il a réussi à voir la vidéo sans la voir:

«Franchement je ne sais pas pourquoi je lui dis ça. La vidéo, je ne l’ai pas vue. Comme Karim m’a dit que c’était une vidéo sérieuse, c’est ce que j’ai dit à Mathieu. Je me suis fait un film par rapport à ce que m’avait dit Karim, parce que je lui fais confiance et qu’il est mon meilleur ami.»

Sur le fait qu'il ait traité Mathieu Valbuena de «tarlouze» lors d'une conversation téléphonique le 19 octobre:

«Après, “tarlouze, on peut le dire à tout le monde, à ses amis, à ses potes. Pour moi, pour la nouvelle génération, c’est amical. 

«Est-ce que vous réalisez qu'un procès verbal intégral est dans le journal?»

Tout cela est à lire sur le site du Monde. Un des aspects intéressants de ce PV, c'est aussi, les mots de Me Sylvain Cormier, l'avocat de Karim Benzema. À la fin de l'intervention du joueur, l'avocat met d'ailleurs en garde contre les risques d'une propagation de l'affaire et des pièces de l'instruction dans les médias:

«Dans l’affaire Zahia, j’ai appris dans Le Parisien la convocation en garde à vue. La mise en examen a été une avalanche de commentaires négatifs, engageant déjà sa culpabilité. Le procureur qui avait sollicité l’ouverture d’une instruction a quasiment fait des excuses à l’audience. Cela a duré quatre ans. Quatre ans de matraquage. Dans le dossier précédent, tout fuitait. Les services qui travaillent avec vous ont fait de leur mieux. On n’est pas dans votre bureau qu’on dit sur BFM TV qu’il a déjà avoué, qu’il a reconnu en garde à vue. On est sur de l'irrationnel.»

C'était un mois avant que la totalité de cet échange ne se retrouve dans Le Monde, et mois d'une semaine avant que la conversation téléphonique entre Karim Benzema, et son ami Karim Zenati ne soit publiée, elle, dans L'ÉquipeInterrogé par RTL, l'autre avocat du joueur, Alain Jakubowicz, n'a visiblement pas apprécié ces nouvelles publications:

«Laissons la justice faire son œuvre, je n'ai jamais vu cela, les bras m'en tombent, c'est absolument stupéfiant. Est-ce que vous réalisez qu'un procès verbal intégral, avec les questions et les réponses, est dans le journal ?»

Sur Twitter, un avocat, Pierre B., a publié une série de tweets dans lesquels il expliquait ne pas comprendre comment et pourquoi ce procès verbal d'audition avait pu être publié dans le quotidien.


RTL indique également que le joueur et son avocat allaient porter plainte pour «viol du secret de l'instruction».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte