Culture

Pourquoi sourit-on sur les photos?

Temps de lecture : 2 min

Le sourire n'a pas toujours été de rigueur: il a été encouragé par l'industrie de la photo et la publicité.

Cheese! | Amanda via Flickr CC License by
Cheese! | Amanda via Flickr CC License by

Nous republions cet article à l'occasion de la journée internationale du sourire, le 7 octobre.

En mesurant les courbes des sourires de 37.000 portraits scolaires de lycéens pris entre 1905 et 2013, des chercheurs de l’Université de Californie à Berkeley et de l’université Brown ont démontré que, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, personne ne souriait sur les photographies.

Le Washington Post s’est interrogé sur les raisons de cette évolution. Selon le journal américain, le sourire sur les photos «n’est pas seulement un rituel récent mais il est aussi assez artificiel».

Culture Kodak

Cela a en réalité peu à voir avec des raisons techniques comme un temps d’exposition trop long. Les explications sont d’abord culturelles. Au XIXe siècle, «les larges sourires étaient considérés comme loufoques, puérils ou véritablement méchants», raconte l’auteur de l’article.

Kodak, en démocratisant la pratique photographique, a essayé de la rendre amusante et portée sur la famille et les vacances. «Enregistrez vos moments joyeux avec un Kodak», incitaient les slogans de la compagnie.

La publicité s’est ensuite mise à raconter des histoires joyeuses pour vendre des produits. Les sourires se sont donc affichés sur les publicités pour vendre des conserves de légumes comme des voitures. Selon le Washington Post, dire «cheese» face à l’objectif est donc le sous-produit d’une culture de la publicité.

Slate.fr

Newsletters

Les habitants de l'île de Pâques veulent récupérer leurs moaï

Les habitants de l'île de Pâques veulent récupérer leurs moaï

Une délégation sera envoyée à Londres pour discuter de l'éventuel rapatriement de deux statues exposées au British Museum

Les amours contrariées du cinéma latino-américain et des transidentités

Les amours contrariées du cinéma latino-américain et des transidentités

En Amérique latine, le cinéma a récemment vu se multiplier les thématiques et les interprètes trans*. Mais cette avancée cache trop souvent une vision stéréotypée et misérabiliste.

Festival Un état du monde : focus sur Joachim Trier et Fabcaro

Festival Un état du monde : focus sur Joachim Trier et Fabcaro

Avec le réalisateur norvégien et l’auteur de BD montpelliérain, le Forum des images met à l’honneur un chroniqueur du temps présent et un partisan d’une lecture ironique du réel.

Newsletters