Monde

Arrêtons de croire que Trump et Le Pen n’ont aucune chance d’être présidents

Repéré par Christophe-Cécil Garnier, mis à jour le 02.12.2015 à 9 h 20

Repéré sur Financial Times, The Daily Beast

Les extrêmes fleurissent et pourraient bien réserver de mauvaises surprises.

Montage photo à partir de photos de Marine Le Pen sortant de l'amphithéâtre de Sciences-Po (Rémi Noyon via Flickr CC License by) et de Donald Trump au CPAC 2011 (Gage Skidmore via Flickr CC License by)

Montage photo à partir de photos de Marine Le Pen sortant de l'amphithéâtre de Sciences-Po (Rémi Noyon via Flickr CC License by) et de Donald Trump au CPAC 2011 (Gage Skidmore via Flickr CC License by)

«Donald Trump est notre Jean-Marie Le Pen». Ne cherchez pas le point d’interrogation: The Daily Beast affirme la comparaison dans le titre d’un de ses articles. Alors qu’il est candidat à la primaire républicaine, Donald Trump possède un franc-parler et des opinions qui le classeraient bien du côté de l’extrême droite en France. Un post du site Reddit avait d’ailleurs parfaitement imaginé sa réponse à la question «Êtes-vous un fasciste?». Auteur de l’article du Daily Beast, le journaliste Barret Holmes Pitner étaye sa comparaison:

«Il forme son propre parti politique d’extrême droite américaine avec des racines dans la suprématie blanche et les mouvements néo-nazis. Il est en train de copier le modus operandi des mouvements d’extrême droite qui balaient l’Europe. Il est en train de devenir le Le Pen –Marine ou Jean-Marie– de l’Amérique» .

Comme pour Marine Le Pen, personne, à part ses sympathisants, ne pense que Donald Trump deviendra président des États-Unis. Dans un article du Financial Times, le journaliste Gideon Rachman explique avoir eu une vision cauchemardesque pour l’année 2017: avoir un président Trump, une présidente Le Pen et un président Poutine (dans le dernier cas, aucun suspense possible, le mandat présidentiel est de six ans pour Poutine, élu en 2012).

Tendance populiste

S’il ne pense pas que cette vision s’accomplira, l’auteur s’interroge sur le fait que cette perspective ne soit pas prise en compte par les observateurs politiques. «Si Trump était un candidat normal, il serait considéré comme un favori pour la nomination [à la candidature des Républicains]», indique-t-il, précisant même qu’un dernier sondage le donnerait vainqueur de cinq points face à Hillary Clinton comme candidate démocrate.

L’article du Financial Times prend pour exemple la tendance nationaliste et populiste qui se développe en Europe. La Hongrie et la Pologne sont sous le coup des parties populistes, les nationalismes s’agitent en Catalogne et en Écosse. Tout cela traduit d’une perte de confiance dans les élites traditionnelles, permettant aux candidats divergents de surfer sur les mécontentements.

Pour le Financial Times, les injonctions de Trump envers les migrants clandestins sont comparables aux critiques de Marine Le Pen sur les prières de rue des musulmans, qu’elle avait comparé à «une occupation». Selon le Daily Beast, les deux leaders arrivent à maîtriser «l’équilibre difficile à trouver entre l’incitation directe ou indirecte à la violence pour soi-disant maintenir la stabilité et protéger les Américains contre une menace invisible mais omniprésente».

Ces deux candidats profitent également de la perte de confiance dans les différents médias. «Les candidats républicains ont appris que châtier les journalistes est un moyen facile de gagner des applaudissements», indique, amer, le journaliste du Financial Times. Plus encore, les médias sociaux permettent de contourner la vérification journalistique de leurs déclarations et ainsi faire en sorte que tout ce qu’ils disent devienne «vrai» aux yeux de leur potentiel électorat. Ce qui leur fait sans crainte lâcher les vannes, comme lorsque Trump a affirmé à tort mais à plusieurs reprises que les musulmans avaient célébré les attentats du 11-Septembre dans le New Jersey.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte