Monde / Égalités

Pour certaines militantes indiennes, protéger les femmes des violences victimise les hommes

Temps de lecture : 2 min

Des associations estiment que la loi indienne protégeant les femmes des violences conjugales «criminalise» les hommes... Et des femmes les rejoignent.

Femmes du Rajasthan | The wandering Angel via Flickr CC License by
Femmes du Rajasthan | The wandering Angel via Flickr CC License by

En 2013, 300.000 viols ou violences conjugales et familiales ont été exercés sur des femmes en Inde, soit une augmentation de 26,7% par rapport à l’année précédente. On se souvient qu’en 2012 une jeune femme avait été violée en réunion puis tuée dans un bus à New Delhi. Pourtant, pour certains, les vraies victimes en Inde sont les hommes. On les appelle les MRA, pour Men’s rights activists (les activistes pour les droits des hommes, en français). Plus surprenant, on trouve parmi eux des femmes, s’étonne Buzzfeed, qui a voulu en savoir plus.

La rengaine est toujours la même. Les hommes seraient selon les MRA la cible d’une législation injuste et déséquilibrée. Un point de la loi indienne, établi en 1983, dérange particulièrement les militants pour les droits des hommes et attire des femmes, qui évoquent les histoires tragiques de connaissances masculines, vers leurs associations ou meetings: l’article 498A, qui protège les femmes des violences et éventuels actes cruels de leur mari et entourage.

Ces appellations couvrent aussi les pressions exercées sur les femmes pour le paiement de la dot (la pratique a toujours cours en Inde bien qu’elle soit interdite). L’article permet à la police d’arrêter les époux ou des proches contre lesquels une femme aura porté plainte. Les activistes pour les droits des hommes accusent les plaignantes d’utiliser trop souvent cette loi dans un but malhonnête pour extorquer de l’argent à leur belle-famille. Cependant, aucune donnée tangible ne vient confirmer le bien-fondé de leurs inquiétudes.

Le site du journal Times of India évoquait il y a une dizaine de jours la mobilisation de militants à l’occasion de la Journée internationale de l’homme le 19 novembre. L’occasion pour ceux-ci de manifester pour leurs droits. Si les revendications de la foule semblent floues, l’article de Times of India est beaucoup moins sobre:

«Il y a cent ans, les femmes ont commencé à ressentir le besoin de s’affirmer elles-mêmes et d’affirmer leurs besoins. Aujourd’hui, les hommes ressentent la même pression et éprouvent le besoin de parler des problèmes qu’ils rencontrent tous les jours en raison du sexe auquel ils appartiennent. Les activistes pensent qu’au cours des dernières décennies le courant s’est retourné contre les hommes, faisant d’eux l’objet de beaucoup de discriminations sociales.»

Slate.fr

Newsletters

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Newsletters