Économie

En entreprise, la fête de fin d’année ne bat plus son plein

Temps de lecture : 2 min

Entre 1998 et aujourd’hui, le nombre d’entreprises organisant des soirées en fin d’année est passé de 83 à 65%. Et ça ne manque pas à grand monde.

Noël au bureau | jon oropeza via Flickr CC License by
Noël au bureau | jon oropeza via Flickr CC License by

Ne comptez pas trop sur votre entreprise pour fêter Noël et le jour de l’an. D’après Bloomberg Business, qui s’appuie sur une étude de la Society for Human Resource Management (SHRM), la pratique est en perdition. Les conclusions sont unanimes: les entreprises seraient de moins en moins friandes à organiser des fêtes de fin d’année. Cette année, seules 65% des entreprises interrogées par la SHRM projetaient d’organiser un rassemblement de fin d’année avec leurs employés. En 1998, elles étaient alors 83% à envisager de le faire, puis seulement 72% en 2012. Mais alors à quoi est due cette baisse constante?

Contrairement à 2009, où le faible pourcentage des entreprises interrogées (61%) qui projetaient d’organiser une soirée pour les fêtes de fin d’année s’expliquait par des raisons économiques, aujourd’hui 6% des entreprises déclarent annuler cette fête pour raison budgétaire. La directrice des programmes de l’enquête à la SHRM, Evren Esen a une piste pour expliquer la baisse conséquente: «Peut-être qu’ils ont réalisé que cette fête ne semble manquer à personne.»

Cathy Coughlin, directrice des ressources humaine à la Old Line Bank de Bowie (Maryland), estime, dans des propos rapportés par Bloomberg Business, qu’une telle fête est difficile à organiser et que son entreprise ne veut «pas organiser un événement le week-end auquel les gens se sentent obligés d’assister; ce serait un fardeau supplémentaire pour des employés dans une saison déjà bien chargée».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Les salariés auraient pu se consoler en se disant que leur entreprise remplacerait une fête par un geste envers eux (par exemple une petite prime non reliée aux performances), mais l’étude de la Society for Human Resource Management conclut que seulement 23% des entreprises ont déclaré vouloir offrir un cadeau à leurs employés. Toutefois pour consoler les déçus, les «office parties» (soirées en entreprise) terminent souvent assez mal et se priver d’une occassion de faire une soirée alcoolisé avec ses supérieurs pourrait finalement s’avérer une bonne idée.

Newsletters

Le retour de l'inflation est un casse-tête pour les économistes et les politiques

Le retour de l'inflation est un casse-tête pour les économistes et les politiques

La hausse des prix enregistrée depuis le début de l'année commence à poser un vrai problème. Selon qu'il s'agit d'un simple feu de paille ou d'une tendance destinée à s'inscrire dans la durée, la réponse ne peut être la même.

Certains États paient les Américains pour qu'ils retournent au travail

Certains États paient les Américains pour qu'ils retournent au travail

Ils peuvent recevoir un chèque d'une valeur correspondant à plus de 1.700 euros.

À quel point l'industrie française dépend-elle de la Chine?

À quel point l'industrie française dépend-elle de la Chine?

Les manquements que la crise sanitaire a révélés peuvent laisser croire que nous sommes très dépendants du continent asiatique. Ce n'est pas le cas.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio