HistoireAllemagne

Hitler expliqué aux ados

Repéré par Annabelle Georgen, mis à jour le 01.12.2015 à 9 h 38

Repéré sur Frankfurter Allgemeine Zeitung, Süddeustche Zeitung, Deutschlandfunk

Un historien a décidé d’écrire une biographie synthétique d’Hitler adressée aux lecteurs sans connaissances historiques, une sorte d’«Hitler pour les nuls».

Publicité en mode «street art» pour la comédie musicale «The Producers» où l’on voit Hitler qui s’est pris un mauvais coup | Freenerd via Flickr CC License by

Publicité en mode «street art» pour la comédie musicale «The Producers» où l’on voit Hitler qui s’est pris un mauvais coup | Freenerd via Flickr CC License by

Ce ne sont pas les biographies d’Adolf Hitler qui manquent sur les étagères dédiées à l’histoire du Troisième Reich dans les libraires allemandes. Adolf H. - Lebensweg eines Diktators (Itinéraire d’un dictateur), paru en 2015 aux éditions Hanser, n’est pourtant pas un énième livre consacré à un aspect méconnu de la vie du dictateur nazi. Son auteur, l’historien berlinois Thomas Sandkühler, professeur à l’université Humbold, s’est fixé pour mission de s’adresser aux jeunes, et aux «lecteurs sans connaissances historiques».

Une sorte d’Hitler pour les nuls, donc, mais dont la mise en page a tout de même le sérieux d’un ouvrage universitaire: sur plus de 300 pages, l’historien relate l’ascension d’Hitler et l’histoire du Troisième Reich, usant d’une approche à la fois thématique et chronologique. Il renonce toutefois aux notes de bas de page pour ne pas alourdir la lecture et ponctue son récit de repères chronologiques qui apparaissent dans la marge. L’ouvrage comporte également des photographies que l’auteur a sélectionnées parce qu’elles apparaissent rarement dans les manuels scolaires.

Il a décidé d’écrire cette biographie après avoir eu une discussion avec sa fille au sujet d’Hitler, comme il l’explique dans la préface:

«Ce livre n’est pas un travail occasionnel. Je n’ai pas non plus écrit la biographie d’Hitler parce qu’en mai 2015 c’est le 70e anniversaire de la fin de la guerre. Ce livre a en réalité une longue histoire. C’est ma fille Katja qui m’en a donné l’idée il y a des années, lorsqu’elle était encore collégienne. Lors d’un long voyage en voiture, Katja m’a posé des questions approfondies sur Hitler et m’a demandé de mettre plus tard par écrit ce que je lui avais répondu. Ce travail d’écriture a duré bien plus longtemps que ce que je pensais au départ et a également été plus difficile que ce que je pensais. Je me réjouis d’autant plus que ce projet ait pu voir le jour.»

Popstar

La presse allemande vante le style clair et synthétique de l’auteur, à l’instar du Frankfurter Allgemeine Zeitung, qui proclame que «son livre n’est pas seulement le futur ouvrage de référence pour les teenagers mais pour tous les lecteurs à la recherche d’un exposé dont le contenu répond aux critères scientifiques mais qui sur un plan stylistique ne soit jamais entravé par une érudition pesante».

Même enthousiasme dans les colonnes de la Süddeustche Zeitung, qui ne conseille toutefois sa lecture «qu’à partir du lycée», estimant que, «pour la préparation des épreuves d’histoire du bac et les jeunes adultes, le livre est un véritable atout».

Les représentations humoristiques d’Hitler représentent un danger si elles ne s’accompagnent pas d’une rigoureuse analyse historique

Le site de la station de radio Deutschlandfunk salue également le fait que l’auteur consacre un chapitre à la figure d’Hitler, à son aura symbolique, le comparant à un «zombie» et à une «popstar» en raison des innombrables livres, émissions, documentaires, films de fiction, bandes dessinées et produits dérivés qui lui sont consacrés. Un des derniers exemples en date est la comédie Er ist wieder da (Il est de retour), sortie cet automne dans les cinémas allemand –et basée sur le bestseller du même nom du journaliste et écrivain allemand Timur Vermes, paru en 2012–, qui imagine le dictateur resurgissant en Allemagne en 2014, déboussolé et pris pour un vulgaire imitateur partout le monde. Ces représentations humoristiques d’Hitler représentent un danger si elles ne s’accompagnent pas d’une rigoureuse analyse historique, souligne Deutschlandfunk:

«Les émissions historiques, le cinéma kitsch et les bandes dessinées ne doivent pas rester les sources d’information dominantes si les futures générations sont censées avoir une représentation sérieuse de l’époque nazie. C’est pourquoi le livre de Thomas Sandkühler est une recommandation de premier choix pour les jeunes lecteurs qui se posent des questions sur l’histoire allemande –comme sa propre fille autrefois.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte