Culture

Non, les bandes originales de «Star Wars» ne spoilent pas tant que ça

Temps de lecture : 3 min

Les producteurs de «Star Wars» ont une mauvaise habitude, sortir les bandes originales avant le film. Mais contrairement à ce que l’on croit, elles ne dévoilent en général que très peu d'éléments du film.

Image extraite du film «Star Wars I: La Menace Fantôme» Allociné
Image extraite du film «Star Wars I: La Menace Fantôme» Allociné

Attention, cet article contient des éléments clefs sur les intrigues des premiers Star Wars déjà sortis. Ces spoilers sont déjà bien âgés, mais on préfère prévenir, au cas où.

C’est une mission presque impossible. Depuis plusieurs mois, Disney tente de garder le secret sur l’histoire de Star Wars VII: Le Réveil de la Force (dont la sortie est prévue le 16 décembre en France). Dans une interview dans Good Morning America, le réalisateur du film J.J. Abrams a expliqué ne «pas vouloir gâcher le film pour les gens» et donc qu’il était «important pour [eux] de ne pas trop donner de détails et le survendre».

Un nouvel élément vient perturber le Fort Knox le mieux gardé de l’année: la bande originale du film, composée par John Williams. Mise en prévente sur le site d’Amazon France, les internautes ont pu voir pendant quelques heures la liste complète des noms des morceaux. Chaque titre, depuis effacé mais relayé par le site Making Star Wars, dessine évidemment la structure globale du film mais réussit l’exploit de ne pas trop en dévoiler.

Pour L'Attaque des Clones, aucune indication

Et pourtant, on pouvait s’attendre au pire. Comme le rappelle le magazine Première sur son site, la saga Star Wars traîne une mauvaise réputation dans le genre. «Sur la B.O. d'Un nouvel espoir (1977), raconte le site, la piste 14 s'appelle “Ben's Death and TIE Fighter Attack(La mort de Ben et l’attaque des vaisseaux TIE), faisant évidemment référence à la mort d'Obi-Wan Kenobi.» Même chose pour la B.O. de La Menace Fantôme (1999), sortie deux semaines avant la première du film. On pouvait lire sur la jaquette «Qui-Gon's Noble End» («La mort noble de Qui-Gon»), qui laissait déjà très peu de doutes sur le sort du personnage incarné par Liam Neeson. Et si le fan avait encore une petite lueur d'espoir, il suffisait de lire le nom de la piste suivante: «The High Council Meeting and Qui-Gon's Funeral», «Le Haut Conseil se réunit aux funérailles de Qui-Gon». Un spoiler d’autant plus agaçant qu’il s’agissait d’un personnage central que l’on n’avait pas vu dans la première trilogie.

En ce qui concerne le dénouement de l’épisode III, La revanche des Sith (2005), la B.O. livrait des éléments clefs (la conversion d’Anakin, la naissance des jumeaux et la mort de Padmé), mais il serait un peu malhonnête de dire que l’on ne soupçonnait pas un tel dénouement, pour peu que l’on ait déjà vu la première trilogie.

En revanche, si l’on regarde plus en détail chaque bande originale, on se rend compte que les spoilers sont loin d’être aussi terribles qu’on nous a laissé le croire. Par exemple, la BO de l’épisode II, L’Attaque des Clones, a certes été dévoilée un mois avant le film, mais ne contenait aucun spoiler. Même chose avec le premier LP publié en 1980 de L’Empire contre-attaque qui ne dévoile aucun des éléments clefs du film. On y voit simplement des mentions de Yoda, de duel, ou de bataille dans la neige. Ce n’est qu’en 1993, quand 20th Century Fox Film Scores sort un coffret anthologie de quatre CD, que les titres sont étoffés et qu’on apprend alors qu’un personnage va perdre une main ou qu’un autre va être cryogénisé.

Rebaptisé «la mort de Dark Vador»

Même chose pour Le Retour du Jedi, dont la première BO est sortie en 1983 et ne contient que 11 morceaux qui ne font que signaler la fin heureuse du film. Dix ans plus tard, toujours dans le cadre de l’anthologie publiée par 20th Century Fox Film Scores, les titres sont bien plus nombreux et les noms évoluent. On peut alors lire des titres comme «La mort de Dark Vador» ou «Frère et sœur».

Peut-être que la bande originale de Star Wars VII suivra le même schéma lors d’une réédition dans quelques années. Les producteurs supposeront alors, comme ils l’ont fait pour la première trilogie, que ces films auront été suffisamment vus et diffusés. Encore faut-il qu’on accepte qu’il existe bel et bien une date de péremption pour le spoiler.

Slate.fr

Newsletters

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Newsletters