Monde

Déjà menacé par les talibans, un média afghan craint l'émergence de Daech

Temps de lecture : 2 min

Le groupe de Saad Mohseni est décrit comme une cible militaire par les talibans.

Des talibans à Herat en 2001 | Bluuurgh via Wikimedia CC License by
Des talibans à Herat en 2001 | Bluuurgh via Wikimedia CC License by

Saad Mohseni et ses journalistes sont devenus, le 12 octobre dernier, le symbole du combat pour une presse libre en Afghanistan. The Daily Beast raconte qu’à cette date, le conseil militaire des talibans a fait de leur chaîne TOLO, ainsi que 1-TV, «un objectif militaire à éliminer». Pour le groupe islamiste, TOLO et 1-TV sont même des entités «sataniques».

Les talibans reprochent aux médias de Mohseni leur couverture des exactions intégristes. Des reporters ont notamment enquêté sur des viols perpétrés par les talibans à Kunduz dans le nord de l’Afghanistan.

La menace de l'État islamique

Mais les talibans, implantés depuis longtemps dans le pays, ne sont pas l’unique source d’inquiétude de Saad Mohseni, qui avant de fonder son groupe Moby Group avait grandi à Londres. Le patron de presse observe attentivement les progrès réalisés par l’État islamique dans la région.

L’organisation n’est qu’embryonnaire en terre afghane pour le moment mais il craint qu’elle ne suscite de nombreux espoirs dans la population et y lève des troupes plus facilement que les talibans. Il compare l’attrait que l’EI peut soulever chez de jeunes occidentaux et chez de jeunes locaux:

«Je pense que pour un jeune Français musulman démuni ayant une mauvaise opinion de lui-même, qui se trouve et s’est trouvé dans une situation financière pénible la majeure partie de sa vie, l’attrait exercé sur lui par l’EI est une chose. Mais l’attrait de l’EI sur un gamin d’un village du nord de Pakistan qui sera payé deux fois plus avec eux qu’avec les talibans en est une autre.»

L'islamisme veut tirer l'Afghanistan vers le bas

Saad Mohseni avait auparavant signé une tribune dans le Wall Street Journal. Selon lui, la raison de l’hostilité récemment accrue des islamistes à l’égard des médias était liée à la qualité de vie nouvelle en Afghanistan.

Mohseni avançait ainsi que neuf millions d’enfants allaient à présent à l’école contre moins de un million en 2001, que 50% des petites filles s’instruisaient également et que les universités comptaient 20% de femmes parmi leurs élèves tandis que la mortalité infantile avait chuté de moitié.

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters