Culture

Les morceaux d'Eagles of Death Metal repris en hommage aux victimes

Temps de lecture : 2 min

Le groupe présent au Bataclan le soir du 13 novembre a promis de reverser aux victimes l'argent perçu si d'autres groupes reprenaient leurs morceaux. Pearl Jam, My Morning Jacket et Savages s'y sont déjà essayé.

Vive la musique, vive la liberté, vive la France, and vive EODM. | Eagles of Death Metal via Facebook

Après Pearl Jam, c’est au tour de My Morning Jacket de reprendre un titre de Eagles of Death Metal, le groupe de rock qui jouait au Bataclan lors de l’attentat du 13 novembre. La formation avait promis de reverser l’argent des droits perçus aux victimes des attentats, en cas de reprise d’un ou plusieurs de leurs titres. Il avait également demandé aux plateformes de streaming, iTunes ou Spotify, de suivre cette initiative.

La reprise par Pearl Jam de «I Want You So Hard»:

La reprise par My Morning Jacket de «I Love You All The Time»:

De passage à Paris le 1er décembre, le groupe Savages a également repris «I Love You All The Time».


Dans le sens inverse, Duran Duran, dont le titre «Save A Prayer» est repris par Eagles of Death Metal sur leur dernier album, va reverser tous les royalties perçues pour la reprise de leur titre.

Slate.fr

Newsletters

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

Durant la guerre d'Espagne, Alphonse Laurencic a dessiné des cellules de l'enfer à Barcelone: les «checas».

Une semaine sur un navire militaire aux côtés d'un peintre officiel de la Marine

Une semaine sur un navire militaire aux côtés d'un peintre officiel de la Marine

Éric Bari, peintre officiel de la Marine depuis 2003, nous a emmené en Méditerranée à bord du Cassard, une frégate anti-aérienne accueillant 220 marins.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

Newsletters