Culture

Va-t-on voir un jour des scènes de sexe dans «Star Wars»?

Temps de lecture : 2 min

Pour l’instant, les scènes les plus osées ont consisté en quelques baisers incestueux et roulades dans l’herbe.

Image extraite de «Star Wars III: la Revanche des Siths», de George Lucas. Via Allociné.
Image extraite de «Star Wars III: la Revanche des Siths», de George Lucas. Via Allociné.

Les fans le savent, Star Wars est une histoire de famille, de filiation, de descendance. Et pourtant, dans chacun des six premiers films de la saga, il manque l’étape essentielle de toute construction familiale: les relations sexuelles. Avant la sortie tant attendue de Star Wars: Le Réveil de la Force, le site Inverse, qui s’est posé la question qu’il fallait, a décidé d’analyser l’expression sentimentale et sexuelle dans les six premiers films.

En soi, il s’agit de films pour enfants, et la production ne peut pas risquer d’être interdit à son jeune public juste pour quelques scènes intimes. Le prochain film sera interdit au moins de 13 ans aux Etats-Unis, mais on peut décemment penser que ce sera en raison de sa violence, et non de scènes osées.

Jusque-là, dans la première saga, nous avions eu droit à un concours entre Han et Luke pour savoir lequel aurait droit au plus de bisous (sur la joue ou sur la bouche) de la part de Leia. Il y a quelques années, une vidéo très drôle compilait justement ces moments, y compris les baisers incestueux (et très perturbants quand on y pense) des deux jumeaux Skywalker.


Le moment le plus intense de la trilogie est survenu quand Han est sur le point d’être cryogénisé. Après un fougueux baiser, Leia lui lance un «Je t’aime» sincère. Han va lui répondre, avec son arrogance habituelle, «Je sais». Une réplique improvisée par Harrison Ford.


Dans la seconde saga, l’histoire amoureuse tragique entre Anakin et Padmé nous a donné plus de moments intimes. Mais là encore, à part quelques roulades dans l’herbe et baisers fougueux, rien de bien folichon.

Pire, la grossesse de Padmé va survenir entre l’épisode II et III, permettant à George Lucas d’éviter la nuit d’amour entre les deux amants maudits qui mènera à la naissance de Luke et Leia. «Toute la série est douée pour ça: laisser tout indice de romance physique en dehors de l’écran pour mettre plus d’explosions et de combats de sabres lasers», écrit Inverse. Même la mère d’Anakin, Shmi, aurait réussi à concevoir son fils sans relation sexuelle, comme elle le raconte à Qui-Gonn dans l’épisode I:

«Il n’y a pas de père. Je l’ai porté, je lui ai donné naissance, je l’ai élevé. Je ne peux pas expliquer ce qu’il s’est passé.»

Le site Universe, pour y remédier, a décidé de sortir quelques lignes de dialogues qui, sorties de leur contexte, prennent une tournure bien différente. En voici donc quelques unes:

«On voit mes parties?» — C-3PO

«Bonnes relations avec les Wookies, j’entretiens.» — Yoda

«Moi, le garçon, deux droïdes… et pas de questions» — Obi-Wan Kenobi

«Regardez la taille de cette chose» — Wedge Antilles

«La taille ne compte pas. Regarde moi. Par la taille tu me juges?» — Yoda à Luke

«Je l’ai senti, mon maître» — Dark Vador

Et si cela ne vous suffit pas, il faut se tourner vers internet, qui propose un grand nombre de «fan fictions» très étranges, proposant par exemple des relations amoureuses entre Wookiee (Chewbacca) et Hutt (Jabba)… À vos risques et périls.

Slate.fr

Newsletters

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Le territoire de la Drac Basse-Normandie est à l'origine de la commande, raconte la photographe Céline Clanet. Le but de la mission était de réaliser une série photographique sur les logements de fonction des trois préfets de Basse...

Newsletters