Parents & enfantsScience & santéMonde

Quel que soit le nombre d'enfants que vous avez, vous serez toujours critiqué

Repéré par Lorenzo Calligarot, mis à jour le 27.11.2015 à 13 h 30

Repéré sur The Guardian, BBC

Les questions autour de la parentalité sont souvent conditionnées au regard bien trop curieux des autres.

Deux enfants dans un centre commercial à Beijing, Chine le 30 Octobre, 2015. | REUTERS / Kim Kyung-Hoon

Deux enfants dans un centre commercial à Beijing, Chine le 30 Octobre, 2015. | REUTERS / Kim Kyung-Hoon

«Alors il est pour quand le bébé?», «Va pas falloir tarder, tu commences à te faire vieille», «Ton fils il n’aurait pas besoin d’une petite sœur?». Les questions autour de la natalité et de la parentalité sont scrutées, épiées, souvent de la part de parfait inconnu, rapporte le Guardian. Dean Burnett, l’auteur de l’article, explique que ces questions très personnelles sont régulièrement abordées par des personnes qui ne font pas partie du cercle familial, comme si elles évoquaient la pluie et le beau temps. Les femmes enceintes reçoivent également des attentions particulières, parfois jusqu’à l’overdose. Sous prétexte de «conseil amical», beaucoup se permettent de juger la façon de gérer sa grossesse.

La BBC révèle également le tôlé qu’a provoqué l’annonce, par une journaliste anglaise, de son souhait de ne pas avoir d’enfant. Holly Brockwell, c’est son nom, a écrit un article dans lequel elle expliquait sa décision: «En tant que femme, voici les cinq mots qui suscitent le plus de condescendance de la part des gens: “Je ne veux pas d'enfants”.» Les internautes se sont alors déchaînés sur les réseaux sociaux pour insulter la jeune femme qui a dû fermer son compte Twitter et même engager un garde du corps!

Deux enfants reste l'option la plus acceptable

Alors combien d’enfants faut-il avoir pour éviter le jugement d’autrui? Eh bien la réponse est assez complexe, affirme toujours le Guardian. Un enfant, c’est mal. Le stéréotype de «l’enfant unique» à la vie dure et beaucoup pourraient affirmer qu’il est nécessaire de lui «offrir» un petit frère ou une petite sœur. Avoir deux enfants reste l’option la plus acceptable mais gare, si vous avez deux enfants du même sexe aux questions du genre: «vous ne voulez pas essayer d’en avoir un autre pour avoir un(e) garçon/fille?»

Enfin, avoir trois enfants ou plus est là aussi, source de critiques hypothétiques. Pour finir et éviter à coup sûr les remarques déplacées, toujours selon le journal britannique, il ne faut pas: être une mère célibataire, être trop jeune, être trop vieux, être trop pauvre et même être trop homosexuel. En conclusion? Si vous avez des enfants, vous n’échapperez pas aux critiques. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte