LifeMonde

Si Roman Polanski s'est fait arrêter, c'est de sa faute

Slate.com, mis à jour le 19.10.2009 à 12 h 56

Son statut de célébrité lui a fait commettre l'erreur de trop.

Pourquoi la justice américaine a-t-elle décidé de faire arrêter Roman Polanski le 27 septembre, soit plus de trente ans après que le célèbre réalisateur récompensé aux Oscars a fui les Etats-Unis en 1977, avant d'avoir pu être jugé pour le viol de Samantha Gailey, alors âgée de 13 ans? Cette décision peut sembler arbitraire, notamment parce que Polanski voyageait depuis des années entre la France et la Suisse, où il possède un chalet à Gstaad. Mais s'arrêter à ce constat empêche de comprendre que l'arrestation du réalisateur est en fait le résultat d'une longue succession de décisions dont la plupart  semblent avoir été inspirées par une certaine arrogance qu'il est impossible de dissocier de la célébrité de l'intéressé.

Nos sociétés ne traitent pas les personnes célèbres comme le tout venant. Pendant longtemps, cela a permis à Polanski d'échapper à la justice sans pour autant mener une vie de fugitif. Selon Kate Harding, qui écrit dans Salon, Polanski a pu continuer à faire des films à gros budget et à se reposer tranquillement dans son chalet parce que la loi ne s'applique pas de la même façon à tout le monde. Mais il ne devrait pas en être ainsi, explique-t-elle: «Droguer et violer une enfant, puis fuir le pays avant d'avoir été jugé, sont des comportements que notre société ne devrait pas tolérer, même si l'auteur des faits est célèbre, riche ou l'ami des puissants.»

D'autres célébrités ont bénéficié d'une indulgence similaire. Selon le O.C. Register, en 1988, pendant la Convention nationale démocrate à Atlanta, Rob Lowe a organisé, et filmé, ses ébats avec deux femmes, dont une n'avait que 16 ans. La mère de la jeune fille a engagé une procédure, mais l'acteur n'a jamais été poursuivi.

Selon Entertainment Weekly, le célébrissime producteur Dino DeLaurentis, ainsi que plusieurs autres «magnats d'Hollywood» auraient alors assuré Lowe qu'il se remettrait de «cette épreuve qui meurtrit l'âme.» Pour le rassurer, ils n'avaient qu'à lui rappeler les frasques d'Errol Flynn, qui, en 1942, fut accusé, puis acquitté, de détournement de mineur, malgré le fait que «personne ne doutait sérieusement qu'il avait bien couché avec Betty Hansen et Peggy Satterlee, toutes deux mineures au moment des faits», rappelle Entertainment Weekly. Leo Braudy, qui enseigne à la prestigieuse University of Southern California, explique dans son livre The Frenzy of Renown: Fame and its History qu'à l'époque, le détournement de mineur «n'était pas considéré comme un crime grave» et que la réputation de Flynn sortie même «grandie» du procès.

Le crime de Polanski échauffe davantage les esprits que ceux de Flynn ou Lowe pour plusieurs raisons. Tout d'abord, alors que le réalisateur a affirmé qu'il s'agissait d'une relation sexuelle librement consentie (ce qui atténue la gravité de l'acte, puisque l'on passe du viol au détournement de mineur), Gailey affirme au contraire avoir été violée. En lisant son témoignage recueilli par le procureur, où elle raconte comment Polanski l'a pénétrée par les voies vaginale et anale, on a tendance à la croire, et on comprend en tout cas qu'elle n'était alors qu'une enfant, qui ne savait même pas prononcer «cunnilingus».

Autre point qui joue en défaveur de Polanski, son image et sa réputation sont bien loin de l'aura de séducteur goujat mais irrésistible d'Errol Flynn ou Rob Lowe. Dans la catégorie prédateur sexuel, on penserait plutôt à Fatty Arbuckle, un personnage plus sombre et nettement moins sexy. Selon le New York Times Arbuckle projetait l'image «d'un plouc vaguement lubrique, dont les manières étaient aussi dévoyées que la libido.» Lorsqu'il se trouva accusé d'avoir violé et provoqué la mort d'une jeune actrice de 26 ans, Virginia Rappe, sa personnalité publique joua à fond contre lui et, même s'il fut innocenté, il resta banni des studios pendant de longues années. De façon assez semblable, comme l'explique Braudy, la fascination exercée par Polanski vient notamment du lien étroit qui semble exister entre son travail d'artiste, avec des films comme Rosemary's Baby ou Repulsion, et une vie personnelle marquée par le malheur. On se souvient que sa mère mourut à Auschwitz-Birkenau et que son épouse, Sharon Tate, fut assassinée en 1969 par des disciples de Charles Manson alors qu'elle était enceinte de huit mois.

Mais la plus grave erreur du réalisateur est d'avoir trahi la confiance du système judiciaire américain. En 1978, juste avant la tenue du procès, Polanski prend la fuite car il est persuadé que le juge n'acceptera pas l'accord de reconnaissance de culpabilité (plea bargain) proposé par la défense, qui devait se traduire par un séjour de 90 jours en prison pour «évaluation de l'état mental de l'accusé.» En 2008, Marina Zenovich, qui ne connaissait pas Polanski, réalise un documentaire, Roman Polanski: Wanted and Desired, qui vient corroborer les craintes de ce dernier selon lesquelles son plea bargain n'aurait pas été accepté par le juge. Polanski essaiera d'utiliser les éléments mis en avant par ce film pour faire ordonner un non-lieu, notamment parce que le procureur y estime que le juge en question, qui est aujourd'hui décédé, ne semblait pas avoir l'intention de traiter Polanski de manière équitable.

Pendant un temps, on a pu croire que la stratégie de Polanski allait porter ses fruits. Au début 2009, un nouveau juge se dit prêt à déclarer le non-lieu, à la condition que l'accusé se présente devant la justice américaine. Mais ce dernier refuse. Et c'est bien là son erreur, car les exigences du juge étaient plutôt raisonnables. Il avait donné trois mois à Polanski pour se présenter devant une cour à Los Angeles, tout en sous-entendant que le réalisateur n'aurait même pas à aller en prison.

Du point de vue de la justice américaine, le refus de Polanski est une provocation. D'autant que Gailey a elle aussi déclaré qu'elle souhaiterait qu'il revienne aux Etats-Unis afin de clore définitivement l'affaire, même si elle lui a pardonné depuis longtemps. «J'espère que son retour me permettra de ne plus jamais parler de cette histoire», déclarait-elle en 2003. «Parfois, j'ai le sentiment que nous avons tous les deux écopé de la perpétuité.»

Les amis de Polanski, dont Harvey Weinstein, estiment que le rapport sexuel que le réalisateur a eu avec Samantha Gailey «n'est pas un véritable crime» et demandent à «tous les cinéastes américains de faire pression pour qu'il ne soit pas extradé vers les Etats-Unis.» Mais plus Polanski nous obligera à revenir sur ce qu'il a fait, plus nous le verrons comme le sinistre individu qui a, un jour, violé un enfant.

Jessica Grose

Traduit par Sylvestre Meininger

Image de Une: Roman Polanski  Ina Fassbender / Reuters

Slate.com
Slate.com (483 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte