Tech & internet

#FiersdelaFrance: pour l’hommage national, le gouvernement ressort un vieux hashtag peu approprié

Vincent Manilève, mis à jour le 26.11.2015 à 18 h 53

Le mot-clef choisi par le gouvernement pour inciter les Français à manifester leur solidarité lors de la journée d'hommage aux victimes des attentats était auparavant utilisé pour vanter les réussites hexagonales en sport, cuisine, culture, économie...

Montage photo de deux tweets postés par le compte Twitter du gouvernement.

Montage photo de deux tweets postés par le compte Twitter du gouvernement.

La cérémonie sera «très sobre». Deux semaines après les attaques terroristes en région parisienne, la France va rendre hommage aux 130 victimes lors d’une cérémonie solennelle dans la cour d'honneur de l'Hôtel des Invalides à Paris. Un millier de personnes sont invitées à écouter le discours de François Hollande et le gouvernement mise sur un élan de solidarité et d’union nationale de la part des Français.

Pour cela, il a une nouvelle fois investi les réseaux sociaux pour proposer aux internautes de «mettre un drapeau bleu-blanc-rouge à [leur] fenêtre» (sachez que si vous n’avez pas de drapeau, vous pouvez le télécharger sur le site et l’imprimer). Deuxième suggestion faite aux internautes: prendre un selfie (ou une photo) en bleu-blanc-rouge et –et c'est là que l'opération dérape un peu– la mettre en photo de profil ou la poster sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FiersdelaFrance. «Montrons que nous sommes #FiersdelaFrance», scande le message du gouvernement.

Ce qu’il y a de pratique avec les hashtags sur Twitter, c’est que l’on peut réunir tous les messages concernant un événement précis pour les retrouver ensuite. Nous avons donc rentré ce mot-clef sur Twitter et nous nous sommes aperçus que ses occurrences sont nombreuses, et pas seulement depuis le lancement de cette campagne dédiée à l’hommage national.

Rien qu’au cours du dernier mois, ce hashtag a été utilisé à intervalles réguliers. Bien sûr, des usages spontanés existent, mais sa diffusion est principalement limitée à quelques comptes uniquement: ceux du gouvernement et des responsables de sa communication. On retrouve ainsi des tweets de @GouvernementFR, de @RomainPigenel (directeur adjoint en charge du numérique du service d’information du gouvernement), de @GaspardGantzer (chef de la communication de l’Elysée), de @MathildeBigot (du SIG)… Tous destinés, loin de l'ambiance de deuil et de recueillement qui prévaudra vendredi matin, à mettre en avant la France qui réussit, que ce soit en innovation, en économie, en sport, en technologie… ou en bière.

Le 13 novembre même, quelques heures avant les attaques, le hashtag était utilisé pour faire la publicité de l’innovation française.

Et le 24 novembre, dix jours après les attentats, il l'était pour vanter le rayonnement de la culture française.

Le constat est le même sur Facebook. On est même tombé sur une vidéo de Manuel Valls, datée du 1er janvier dernier, qui nous souhaitait une «très belle année 2015».

 

Bonne année 2015 à tous ! #FiersdelaFrance

Posté par Manuel Valls sur jeudi 1 janvier 2015

Cette tentative de créer de l’intérêt sur internet, par ailleurs tout à fait compréhensible, n’est pas nouvelle pour le gouvernement. Pour toucher un public connecté, son équipe de communication numérique avait déjà publié de nombreuses infographies, parodiant des phénomènes populaires comme la série House of CardsGame of Thrones ou la saga Le Seigneur des anneaux. Mais étant donné la situation actuel et le contexte dans lequel se déroulera ce «recyclage» de hashtag, pas sûr que celui-ci soit des plus appropriés. D'autant plus quand on connaît la capacité de certains internautes à détourner très vite les tentatives de communication numérique institutionnelle.

Vincent Manilève
Vincent Manilève (353 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte