MondeHistoire

Le paisible cimetière pirate de Madagascar

Atlas Obscura, traduit par Grégor Brandy, mis à jour le 26.11.2015 à 11 h 59

L'île Sainte-Marie a servi de refuge aux pirates pendant près de deux siècles.

Le cimetière des pirates de Madagascar | JialiangGao via Wikimedia CommonsLicense by

Le cimetière des pirates de Madagascar | JialiangGao via Wikimedia CommonsLicense by

Sur la petite île de Sainte-Marie, à un peu plus de 6 kilomètres de la côte est de Madagascar, se trouvent les os de pirates qui ont terrorisé les mers pendant les XVIIe et XVIIIe siècles.

Pendant environ cent ans, l’île Sainte-Marie était la demeure d’environ 1.000 pirates pendant la basse saison. Une carte récemment découverte de 1733 l’appelle simplement «l’île des pirates». Situé près de la route vers les Indes orientales, les nombreuses criques et baies de cette superbe île la rendaient parfaite pour cacher des bateaux. Des pirates du monde entier vivaient dans des cabanes en bois ornées de drapeaux indiquant à quel équipage ils appartenaient. C’était le paradis des pirates. Il y avait des femmes pour satisfaire leurs désirs, et plein de fruits tropicaux pour satisfaire leur faim.

Quand l’un des pirates mourait, il était enterré dans un cimetière qui surplombait la mer, à l’ombre des palmiers. Aujourd’hui, une trentaine de tombes sont encore visibles, et quelques-unes ont sur elles un crâne et/ou des os en croix, le symbole international de la piraterie. Selon la légende, William Kidd est enterré dans une grande tombe noire, mais il gît debout, en punition de ses actes lâches. Il a en fait été enterré en Angleterre, mais son bateau légendaire, l’Adventure Galley (redécouvert en 2000), a été arrimé près de l’île, et son butin serait enterré quelque part dans la mer près de l’île. En fait, la perspective d’un trésor pas encore découvert, d’au moins une demi-douzaine d’épaves au large, continue d’attirer les explorateurs encore aujourd’hui.

Les pirates ont quitté l’île Sainte-Marie à la fin des années 1700, quand les Français ont pris l’île de force. Elle a été rendue à Madagascar en 1960. Aujourd’hui, l’île Sainte-Marie est une destination touristique en plein boum. Le cimetière qui s’écroule, et ses tombes à moitié recouvertes par les herbes hautes, est ouvert au public. C’est assez ironiquement un lieu tranquille et paisible, rempli d’os d’hommes violents et tourmentés.

Atlas Obscura
Atlas Obscura (32 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte