Tech & internet

Un pirate informatique condamné à faire 200.000 vues sur internet

Repéré par Christophe-Cécil Garnier, mis à jour le 26.11.2015 à 18 h 37

Repéré sur TorrentFreak, Mojepiratstvi, The Next Web

Condamné pour avoir téléchargé illégalement et violé un copyright, un homme doit atteindre les 200.000 vues sur une vidéo contre le piratage.

Pendant huit ans, Jakub F. a partagé des contenus piratés sur différents forums, permettant à de nombreux internautes de bénéficier de logiciels comme les système d’exploitation Windows 8 ou Windows 7 de Microsoft, raconte le site TorrentFreak. Jusqu’à ce que la police débarque chez le Tchèque, lui confisquant son équipement.

Il a été condamné à trois ans de prison avec sursis le 9 septembre 2014 et l’ensemble de son matériel informatique a été saisi. Le tribunal n’a pas répondu favorablement aux exigences des compagnies flouées, représentées pour partie par un groupe nommé Business Software Alliance (BSA). Microsoft, HBO, Sony Music ou la Twentieh Century Fox estimaient l’ensemble des dommages aux alentours de 350.000 euros. La somme étant trop importante pour que Jakub puisse la rembourser, le BSA s’est arrangé dans le cadre d’un accord extrajudiciaire et a abouti à une «sentence alternative» très créative.

Dette en partie effacée pour 200.000 vues

Le pirate tchèque est donc devenu la star d’une vidéo intitulée «L’histoire de mon piratage», publiée le 22 novembre 2015 sur un site dédié. Il y explique pourquoi il est obligé de se mettre en scène:

«Je dois commencer ce site parce que, pendant huit ans, j’ai partagé des contenus piratés et on m’a attrapé. Je pensais que je ne faisais rien de mal. Je pensais que cela ne portait pas préjudice aux grandes compagnies. Je ne le faisais même pas pour l’argent, je le faisais pour m’amuser.»

Dans sa vidéo un brin dramatique, Jakub indique également le but de cette manœuvre:

«Si j’arrive à promouvoir mon histoire et si ma vidéo récolte au moins 200.000 vues, je ne ferai qu’une partie de ma peine.»

Comme l’indique un porte-parole de BSA à The Next Web, s’il atteint les 200.000 vues, il n’aura donc pas à payer une fortune aux différentes parties lésées mais seulement une «petite partie» des dommages estimés causés aux ayants droit (le montant exact n’est pas précisé). En revanche, si la vidéo échoue à atteindre les 200.000 vues, Jakub F. sera redevable de l’ensemble des dommages causés aux companies représentées par BSA, estimés à 5,7 couronnes tchèques, soit 210.000 euros.

Reste que le site tchèque Technet s’est procuré une copie du jugement rendu par le tribunal régional de Litoměřice. Et que, pour le site internet, BSA ne peut parler d’une «sentence alternative», puisque Jakub F. restera quoi qu’il en soit en période de probation pendant trois ans. Sans compter que la vidéo qu’il a effectuée ne concerne que les entreprises représentées par BSA, comme l’a indiqué à Technet Jan Hlavac, porte-parole de BSA. Par exemple, l’Union anti-piratage de République tchèque (CPU), qui estimait le préjudice à 3,7 millions de couronnes tchèques, soit 136.000 euros, n’est pas représentée par BSA dans cette affaire et ne bénéficiera pas des retombées (si elles existent) de cette vidéo anti-piratage. D’autres arrangements pourraient donc avoir lieu avec les autres parties lésées.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte