Culture

Eagles of Death Metal veut rejouer à Paris et appelle les artistes à reprendre «I Love You All The Time»

Temps de lecture : 2 min

Avant même de pouvoir rejouer sur la scène du Bataclan, le groupe américain, rescapé des attentats du 13 novembre, encourage les artistes à reprendre un de leurs titres en soutien aux victimes.

L'interview d'Eagles of Death Metal à Vice | via YouTube

Eagles of Death Metal, le groupe rescapé de l’attaque terroriste du Bataclan, le 13 novembre, n’a pas dit son dernier mot. Dans une interview bouleversante, repérée par Reader.fr, le groupe américain dit son envie d’être le premier à venir jouer à nouveau au Bataclan, la salle de concert parisienne où 89 personnes ont trouvé la mort.

Jesse Hughes, le chanteur et guitariste du groupe, a affiché sa volonté de revenir à Paris:

«Je suis très impatient de retourner à Paris. Je suis très impatient de jouer. Je veux y retourner. Je veux qu’on soit le premier groupe à jouer à nouveau au Bataclan. Parce que j’y étais quand il est devenu silencieux pendant une minute. Nos amis sont venus pour voir du rock’n’roll et sont morts. Je veux y retourner et vivre!»

Julian Dorio, le batteur du groupe, a rendu hommage aux victimes des attentats avec une photo publiée sur son compte Instagram, le 25 novembre. On le voit déposer des bougies à la cathédrale Notre-Dame de Paris et on peut y livre un texte poignant:

«Le 13 novembre 2015, avec mes copains, j’ai eu le privilège de jouer devant l’une des foules les plus énergiques de notre tournée lorsque, environ à la moitié du concert, l’inimaginable est arrivé. Le mal absolu et inutile a perverti notre monde. Je suis plus que reconnaissant d’avoir été à même de sortir de la salle, mais je pleure ceux qui n’ont pas pu, dont notre ami, Nick Alexander [responsable du merchandising]. Mes pensées vont vers leurs familles. Je suis à la maison en sécurité. Et maintenant, j’ai une nouvelle famille à l’étranger. Arthur, qui a couru pour sa vie à mes côtés et, avec abnégation, nous a mis dans un taxi... »

Dans ce texte, il disait déjà son envie de venir rejouer à Paris, dans la salle du Bataclan, pour «finir» ce concert interrompu par la mort et l’horreur: «Je compte les jours jusqu’à ce que je puisse enfin finir ce concert.»

November 13, 2015. I, along with my bandmates @eodmofficial, had the privilege to play to one of the most energetic crowds of our tour when, nearly half way through the show, the unimaginable occurred. Absolute and unnecessary evil turned our world on its head. I am beyond grateful that I was able to find a way out of the venue, but I am mourning those who did not, including our mate, Nick Alexander. My thoughts are with their families. I’m home safe. And now I have a new family abroad. To Arthur, who ran for his life right beside me and selflessly put us in a taxi before himself, thank you. To Fabrice, a fan who lent me his phone later that night so I could call @emilydorio and attempt to put her at ease, thank you. To everyone who, in the face of unrelenting evil, went toe to toe using courage, compassion, and love as their weapons. You all are my heroes. Last but certainly not least, the outreach and support back home is appreciated more than you’ll ever know. I will never forget it. I am forever changed but hold fast to the love around us. I’m counting down the days until I get to finish that concert. Peace & love.✌

Pour se reconstruire, le groupe a également encouragé les artistes, qu’importe le genre ou les influences musicales, à reprendre leur chanson «I Love You All The Time». Les bénéfices seront reversés par le label aux victimes des attentats de Paris et à leurs familles. Le groupe a également demandé aux plateformes de streaming, iTunes ou Spotify, de suivre cette initiative.

Dans l’interview réalisée par Vice à Los Angeles, les membres du groupe racontent comment ils ont pu fuir les terroristes. Trois d’entre eux, Eden Galindo, Jesse Hughes et Julian Dorio sont parvenus à sortir par une porte latérale après avoir récupéré Tuesday, la copine de Jesse Hughes.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Matt McJunkins, le bassiste, n’a pas pu fuir avec les autres membres. Il s’est réfugié dans une salle en coulisses barricadée avec des chaises, en compagnie de nombreuses autres personnes, dont beaucoup de blessés.

Newsletters

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio