Histoire

La famille d'Anne Frank n'a pas réussi à obtenir de visas pour les États-Unis

Temps de lecture : 2 min

Otto Frank a entamé des démarches en ce sens en 1941.

Le Anne Frank Center à New York | Alexisrael via wikimedia CC License by
Le Anne Frank Center à New York | Alexisrael via wikimedia CC License by

Le Yivo, l’Institut pour les recherches judaïques, vient de produire quatre-vingts pages de documents à la surface desquelles surnage une pénible découverte: en 1941, Otto Frank, le père de Margot et d'Anne Frank et le mari d’Edith, qui mourront toutes trois dans les camps en 1945, a essayé de faire émigrer sa famille aux États-Unis, sans succès.

Le New York Times a lu la correspondance d’Otto Frank et ses démarches administratives, délivrées par le Yivo. À compter du 30 avril 1941, le père de famille, qui avait fui Francfort en 1933 pour rejoindre Amsterdam, commence à chercher à obtenir un visa pour ses proches et lui. Si jusque-là le danger ne lui a pas semblé si pressant, il vient alors de recevoir une lettre menaçant de dénoncer sa famille. Il se fend donc d’une missive à Nathan Strauss Jr., son ami et ancien camarade de classe, qui se trouve alors être le directeur de la Federal Housing Authority (Autorité fédérale du logement). Il lui demande de l’aider à partir pour l'Amérique du nord. Strauss va passer les mois suivants à tenter de jouer de ses relations. En vain. Parallèlement, Edith sollicite son frère, résident aux États-Unis, sans obtenir un meilleur résultat.

Otto Frank autorisé à séjourner... en 1946

Le Washington Post donne les raisons de cet insuccès tragique. Il semble que l’initiative d’Otto Frank ait été trop tardive. En 1941, les autorités américaines deviennent soupçonneuses à l’égard des immigrés européens fuyant les persécutions nazies. Elles craignent que les Allemands les fassent chanter en menaçant tout particulièrement la vie d’éventuels membres de la famille ou proches restés en territoire allemand ou occupé, et les poussent à mener des actions clandestines hostiles dans leur pays d’accueil. De plus, à l’été 1941, les Américains ont fermé leurs consulats dans les provinces du IIIe Reich ainsi que dans les pays investis par ses troupes, rendant d’autant plus compliquée l’obtention d’un visa. Or, la Hollande est occupée depuis mai 1940.

Le 1er décembre, Otto Frank parvient cependant à se voir attribuer, contre la somme de 2.500 dollars, un visa pour Cuba (un détour alors courant avant une admission aux États-Unis) d’où il espère agir pour faire venir sa famille. Mais il n’aura pas cette chance. Le 10 décembre, l’Allemagne et l’Italie déclarent la guerre aux Américains dans la foulée du Japon, et ces évènements précipitent l’annulation des visas vers Cuba.

En 1946, Otto Frank, seul de son foyer à revenir des camps, déclinera une invitation à émigrer aux États-Unis.

Slate.fr

Newsletters

Le bidet (enfin) à la conquête des États-Unis

Le bidet (enfin) à la conquête des États-Unis

L'invention française longtemps délaissée outre-Atlantique est en bonne voie pour séduire les Américains.

L'élégance de «ballerine légère» que Jackie Kennedy doit à Hubert de Givenchy

L'élégance de «ballerine légère» que Jackie Kennedy doit à Hubert de Givenchy

Décédé le 10 mars à l’âge de 91 ans, le couturier français était sans conteste le préféré de la Première dame la plus emblématique des États-Unis.

L'histoire rocambolesque de l'acteur qui s'est fait passer pour un général durant la Seconde Guerre mondiale

L'histoire rocambolesque de l'acteur qui s'est fait passer pour un général durant la Seconde Guerre mondiale

Les services secrets britanniques ont brouillé les pistes en 1944 en utilisant l’acteur Clifton James, pour interpréter le rôle de sosie du général Montgomery.

Newsletters