Santé

La crise de la quarantaine existe bel et bien: à 40 ans, on est plus déprimé

Temps de lecture : 2 min

La courbe du bonheur chute au début de l’âge adulte.

40 | Andreas Cappell via FlickrCC License by
40 | Andreas Cappell via FlickrCC License by

À quel âge est-on le plus heureux? Certainement pas à 40 ans, affirme une étude de l’université Warwick, qui a suivi 50.000 adultes d’Australie, d’Allemagne et de Grande-Bretagne tout au long de leur vie. On leur a demandé à différentes étapes de noter de 0 à 10 leur niveau de satisfaction, 10 correspondant au niveau le plus élevé.

La courbe du bonheur ferait en fait une sorte de U: elle commence à tomber au début de l’âge adulte, atteignant son niveau le plus bas vers 40-42 ans, pour ensuite remonter vers 70 ans, explique le site Quartz, qui a repéré l’étude de The Economic Journal.

Facteurs biologiques

Les raisons de cette crise de la quarantaine sont encore floues, mais des chercheurs estiment que cela pourrait s’expliquer par le fait qu’à cet âge on fait un premier bilan de sa vie, et que les attentes des plus jeunes années n’ont pas été remplies. Puis, plus tard, vers 60 ou 70 ans, hommes et femmes finissent par accepter leur sort...

Une étude publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences en 2012 avait démontré cette chute du bien-être chez les grands singes à la même période. Outre des facteurs sociaux comme le mariage ou le niveau de revenu, des facteurs biologiques pourraient donc entrer en compte, avançait cette recherche. Une étude antérieure, parue dans la revue Psychological Science, aboutissait cependant à des conclusions inverses: la période la plus heureuse selon eux était précisément la quarantaine. Des psychologues affirment aussi qu’il s’agit d’un mythe.

Newsletters

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Avec près de 40.000 personnes par kilomètre carré, la propagation du virus serait un désastre.

Le navire-hôpital de 1.000 lits qui devait sauver New-York ne compte que 20 patients

Le navire-hôpital de 1.000 lits qui devait sauver New-York ne compte que 20 patients

Les hôpitaux sont débordés, et ne peuvent pas compter sur le navire pour traiter les malades atteint·es par le coronavirus.

Aux origines du coronavirus

Aux origines du coronavirus

Au sommaire de cet épisode du Monde devant soi, l'épidémie de Covid-19. Cette semaine, nous allons remonter aux origines de la maladie avec le professeur Didier Sicard, médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ancien président du Comité...

Newsletters