Science & santé

«Je me persuade qu’il ne se passera rien entre nous par peur d'être déçu»

Lucile Bellan, mis à jour le 01.12.2015 à 11 h 34

Cette semaine, Lucile conseille Nico, un jeune homme qui pour se préserver du désespoir préfère imaginer le pire.

Lucas Cranach, La Chute de l'homme | via Wikicommons License by CC

Lucas Cranach, La Chute de l'homme | via Wikicommons License by CC

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes

Avant de commencer mon histoire, je tiens à préciser que le nombre de petites amies que j’ai eu depuis ma naissance est inférieur à deux.

J’ai rencontré une fille super, un peu par hasard, il y a un mois et demi de ça. Au début, je lui ai proposé un verre pour faire connaissance. Mais elle avait déjà un copain, et souhaitait rester avec, et j’y suis donc allé comme à un verre entre amis, sans arrière-pensées. Seulement une fois la conversation bien entamée, on s’est progressivement rendu compte que l’on se correspondait parfaitement. Elle m’a alors expliqué qu’avec son copain les choses ne se passaient plus très bien, que je lui plaisais, et on s’est quitté en se promettant de se revoir.

Ce que l’on a fait… à l’issue de quoi j’ai passé presque un mois dans son appartement (comme son mec était souvent à l’étranger, cela ne posait pas de souci). Au final, elle a décidé de mettre un terme à cette relation qui ne marchait plus, et quelques temps après, alors que nous nous embrassions (à sa demande), notre relation est devenue vraiment plus floue. J’ai senti qu’elle était dans un état «post-relation longue» où joie et tristesse s’enchaînent, où parfois quand je voulais la prendre dans mes bras, sa froideur me repoussait, mais où elle restait avec moi jusqu’à tard dans la nuit alors qu’elle travaillait le lendemain et devait se lever. Elle ne m’a jamais rien promis (elle m’a parfois demandé de la draguer plus, mais je ne savais pas comment faire pour la draguer sans être trop envahissant) et me répétait qu’elle ne pouvait rien me promettre. 

Il y a trois semaines de cela, elle m’a demandé de lui laisser de l’espace, ce que j’ai fait en cessant toute conversation avec elle. J’ai néanmoins dû lui renvoyer un message pour scanner un document chez elle il y a deux semaines mais j’ai senti comme une froideur entre nous. Je lui en ai parlé et elle m’a demandé ce que j’attendais en venant la voir. Je lui ai dit que je n’attendais rien, et depuis plus de nouvelles. Je lui ai renvoyé un message il y a quelques jours pour lui annoncer que j’avais eu mon code (parce que nous l’avons travaillé ensemble) et elle ne m’a répondu que le lendemain. La raison pour laquelle j’écris est que cette situation tourne en boucle dans ma tête et que je n’arrive pas à voir comment cela pourrait se terminer bien pour moi, d’un point de vue personnel. 

En début d’année, j’ai eu une courte histoire avec une fille qui a finit par disparaître sans plus jamais me répondre

En début d’année, j’ai eu une courte histoire avec une fille que j’avais longuement désiré, qui me désirait aussi, et qui a finit par disparaître sans plus jamais me répondre (j’étais à Amsterdam à ce moment-là, elle sur Paris, et elle était venue me voir) alors que notre relation était excellente. J’ai simplement peur que cela arrive à nouveau (je suis très sensible sentimentalement et j’aimerais éviter de me retrouver dans l’état morose et pessimiste qui a suivi ma précédente histoire) tellement que j’en viens à me persuader qu’il ne se passera rien entre nous, refusant d’imaginer l’inverse par peur de trop en attendre et d’être une nouvelle fois déçu.

Nico

Cher Nico,

Il me semble, à la lecture de ce récit, que votre problème est surtout un problème de communication. Cette jeune femme et vous, vous n’envoyez pas les mêmes signaux ou ceux-ci sont décalés. Par respect (et c’est une bonne chose) ou par manque d’expérience, vous attendez des signes clairs de la part des femmes en vous étonnant qu’ils ne viennent pas. Votre attitude ambiguë appelle à l’ambiguïté et c’est un cercle vicieux. D’où la question de la jeune femme, qui vous demande ce que vous attendez en venant la voir. Dans un sens, vous en savez plus sur ses intentions qu’elle sur les vôtres. Et éclaircir ce propos n’appelle pas forcément à l’agressivité ou à des comportements envahissants.

D’autre part, je suis au regret de vous dire que l’état pessimiste et morose qui suit les déconvenues amoureuses est notre lot à tous. Les plus expérimentés vous le diront, il n’y a pas d’amour ou de sentiment amoureux sans le risque grisant de tomber du haut d’un immeuble de 30 étages. C’est parce qu’on pourrait «tomber pour elle» (ou pour lui), qu’on a le sentiment que la vie n’a plus de sens quand il ou elle nous quitte, que la relation a cette valeur inestimable. Les souvenirs d’amours passées se calculent rarement à la hauteur du bonheur et du bien-être apportés mais quasiment toujours à la hauteur de la souffrance indicible ressentie lorsqu’elles s’éteignent. Il ne faut pas en avoir peur et même l’accepter. Il faut trouver le courage en soi de se lancer dans l’aventure.

Cela nécessite une petite dose de courage d’exprimer posément ses désirs, mais soyez convaincu que vous en êtes tout à fait capable

Savoir ce que vous voulez vraiment et l’exprimer sans détour ne veut pas dire être impoli ou agressif. Et vous apprendrez que cela empêche les circonvolutions parfois inutiles. Je suis d’accord que cela nécessite une petite dose de courage d’exprimer posément ses désirs (je ne parle pas ici de sentiments), mais soyez convaincu que vous en êtes tout à fait capable. Ce n’est pas une affaire d’expérience mais bien de respect de soi-même. Que ce soit avec cette personne, ou avec une autre, ne passez pas à côté de l’amour parce que vous n’aurez pas eu le courage de tendre la main pour obtenir ce que vous désirez. Laissez toujours l’opportunité à l’autre d’accepter ou de décliner vos invitations, et vous verrez que les choses devraient devenir plus concrètes. 

Ne croyez pas que ce conseil ne s’adresse qu’aux hommes. En vous demandant de l’embrasser ou de «la draguer plus», votre amie a verbalisé ses envies. On peut supposer que votre absence de réaction dans ce sens l’ait un peu refroidie. Vous dites ne pas savoir comment cet épisode pourrait bien se terminer pour vous et je vous réponds: c’est une leçon pour l’avenir. Pas une punition ou un signal d’alerte qui dit que vous êtes inapte à toute relation amoureuse, mais bien une avancée sur le chemin qui vous mènera à la bonne personne. Retenez bien cette leçon, mettez en pratique ses enseignements. Ne supposez plus la personne en face, ne décidez plus seul et sans dialogue, exprimez clairement vos intentions (et même vos angoisses) et vous serez surpris des réponses que vous recevrez.

Lucile Bellan
Lucile Bellan (173 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte