Monde

Ce que l’État islamique pense du portrait qu’on dresse de lui

Temps de lecture : 2 min

Graeme Wood avait publié un article-fleuve sur l'idéologie du mouvement islamiste. Il explique dans une vidéo que les membres de Daech se sont reconnus dans le portrait qu’il avait fait d'eux.

Le journaliste Graeme Wood s’est fait connaître en mars dernier par un article intitulé «What Isis really wants», c’est-à-dire «Ce que veut vraiment l’État islamique», traduit depuis en français par Courrier international. Il y explorait, en longueur, l’idéologie et l’imaginaire eschatologique de l’État islamique. Pour ce faire, il a bien évidemment dû parler avec des islamologues et des historiens, mais aussi avec des recruteurs de Daech et des sympathisants.

The Atlantic interviewe à présent Graeme Wood dans une vidéo à propos de cet article et cet entretien permet d’en savoir plus sur les ramifications occidentales de l’EI et l’idée que l’organisation se fait d’elle-même.

Portrait fidèle

Pour son sujet, le journaliste n’est pas allé en Syrie ni en Irak. À vrai dire, il n’en a pas eu besoin car il a trouvé ailleurs, comme au Royaume-Uni ou en Australie, les «disséminateurs» de l’idéologie de Daech. Ces porte-parole officieux comptent pour beaucoup dans les campagnes de recrutement de l’EI.

Et les prendre pour des imbéciles serait une cruelle erreur, remarque Wood: «Je ne m’engageais pas dans des débats théologiques avec eux, parce que je savais que, si je le faisais, je perdrais.» Mais ce ne sont pas sur leurs connaissances religieuses qu’ils capitalisent pour séduire de jeunes occidentaux et les réduire en chair à canon islamiste: ils leur présentent avantageusement le contraste entre la vie routinière en Europe et la promesse de «batailles apocalyptiques» avec l’EI.

Wood a même eu l’occasion d’apprendre ce que les membres de l’État islamique avaient pensé de son papier: «Visiblement, ils se sont dit que le portrait que j’avais fait d’eux était assez fidèle.»

Slate.fr

Newsletters

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

Perdus, volés ou vendus, des équipements historiques ont échappé au fil du temps au contrôle de l’agence spatiale.

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

Comme les milieux religieux, la communauté tech est très divisée sur le phénomène Bolsonaro. Sur le point d'être élu grâce aux réseaux sociaux, il ne sera pas forcément pour autant un président favorable aux nouvelles technologies.

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

En Chine, l’industrie du vélo en libre-service est si florissante que des milliers de bicyclettes fanent aux quatre coins des villes.

Newsletters