Boire & mangerScience & santé

Faut-il arrêter de boire du lait?

Repéré par Slate.fr, mis à jour le 22.11.2015 à 18 h 19

Repéré sur Grubstreet

Milk splash par Benjamin Horn  Via Flickr, License CC

Milk splash par Benjamin Horn Via Flickr, License CC

Les produits laitiers sont le nouveau gluten: attaqués de toute part. Est-ce bien légitime? 

S'il est vrai, comme nous l'expliquions sur Slate en 2012, qu’à l’échelle mondiale l’intolérance au lactose est la norme («environ les deux-tiers des humains adultes ne peuvent pas boire de lait»), les taux les plus faibles d'intolérance au lactose se retrouvent dans les pays d'Europe du Nord et aux Etats-Unis. C'est pourtant dans ces pays que l'on voit augmenter la consommation de laits végétaux, le lait d'amande en tête (alors que c'est une arnaque), pour remplacer le lait animal: c'est le cas aux Etats-Unis comme en Angleterre. En France, plus d'un foyer sur dix consomme désormais des boissons végétales plutôt qu'animales. 

Grubstreet, le site gastronomique du New York Mag interroge donc: «Faut-il boire du lait? Est-ce bon pour vous?»

«La vieille croyance selon laquelle la graisse animale présente dans le lait entier augmente les taux de choléstérol et favorise les maladies cardiaques a récemment été remise en cause. Une étude majeure du BMJ, publiée cette année, a conclu que les régimes forts en acides gras saturés ne sont pas liés à un risque plus élevé de maladies cardiaques. 

Walter Willett, chercheur en nutrition de Harvard, entre autres chercheurs, a fait une étude montrant que le lait entier peut favoriser davantage l'amaigrissement que le lait demi-écréme (il remplit davantage, vous mangez donc moins). Et selon une récente étude de la Harvard School of Public Health, la consommation de matières grasses laitières pourrait même diminuer le risque de maladies cardiaques».

Pour être moins nocifs que certaines études ne le laissaient penser, les acides gras ne sont pas pour autant complètement bénéfiques. Willett recommande d'évaluer ce qui pourrait remplacer le lait (et ses acides gras saturés) dans notre consommation, et de réfléchir à si ce serait meilleur ou pire.

Mais quelle que soit la nocivité du lait, une chose fait désormais consensus selon le NYMag: on n'a pas besoin de lait. Pas après l'âge de 2 ans. 

«Des autorités comme [David] Katz [directeur de centre de recherche et prévention médicales de Yale] et Willett —à l'instar de la plupart des chercheurs en nutrition, même ceux dont les recherches sont financées par le toujours très puissant Conseil national des produits laitiers— sont d'accord pour dire que l'on peut obtenir assez de calcium et de potassium en mangeant des céréales complètes et des brassicacées verts feuillus». Là, on vous a perdus. Mais les brassicacées en question sont tout simplement la roquette, le chou kale, ou le broccoli. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte