Monde

En 2014, Boko Haram a plus tué que l'État islamique

Temps de lecture : 2 min

Moins médiatisé, le groupe africain qui a fait allégeance à Daech en début d'année est pourtant le plus meurtrier.

Des soldats nigérians et tchadiens devant le cadavre d’un homme décapité par des hommes de Boko Haram à Damasak au Nigéria le 20 mars 2015 |REUTERS / Emmanuel Braun
Des soldats nigérians et tchadiens devant le cadavre d’un homme décapité par des hommes de Boko Haram à Damasak au Nigéria le 20 mars 2015 |REUTERS / Emmanuel Braun

Depuis vendredi 13 novembre et les attentats de Paris et de Saint-Denis, les regards du monde entier sont tournés vers Daech. Le groupe terroriste a revendiqué l’attaque qui a fait, selon un bilan toujours provisoire, 129 morts. Pourtant en Afrique et particulièrement au Nigéria, Boko Haram, qui a fait allégeance au groupe État islamique au début de l’année 2015, commet massacres, attentats et enlèvements sans une telle couverture médiatique.

Une étude du Global Terrorism Index, citée par le site Morning News USA, nous apprend aujourd’hui que le groupe terroriste dirigé par Abubakar Shekau a fait, en 2014, plus de victimes que l’État islamique. L’organisme explique dans son dernier rapport que Boko Haram est responsable du décès de 6.664 personnes en 2014 quand dans le même temps l’Etat islamique a fait 6.073 morts. Ces deux organisations désormais liées seraient même à l’origine de la moitié des décès attribués à des entreprises terroristes dans le monde. Au Nigéria entre 2013 et 2014, on dénombre 5.662 victimes supplémentaires du terrorisme, soit une augmentation de 300% en une seule année.

Une cinquantaine de victimes cette semaine

Cette semaine, rien que pour les journées du 17 et 18 novembre, près d’une cinquantaine de personnes auraient trouvé la mort dans des attentats commis par Boko Haram. Un attentat avait fait au moins 32 morts à Yola (Est) mardi et deux jeunes filles de 11 et 18 ans se sont fait exploser mercredi sur un marché à Kano (Nord) causant la mort de 15 personnes.

Au début de l’année, le quotidien le Monde proposait une courte vidéo pour comprendre la menace de Boko Haram.

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters