MondeFrance

En direct: Abdelhamid Abaaoud est mort, neuf interpellations en lien avec les attentats à Bruxelles

Slate.fr, mis à jour le 19.11.2015 à 22 h 51

Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire présumé des attaques. REUTERS/Handout

Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire présumé des attaques. REUTERS/Handout

— Les autorités ont annoncé la mort, dans l'assaut donné mercredi à Saint-Denis, d'Abdelhamid Abaaoud, le djihadiste belge présenté par le gouvernement comme le coordinateur des attentats de Paris.

– Salah Abdeslam, suspect dans le cadre des tirs sur les terrasses de café des Xe et XIe arrondissements, est toujours en fuite.

– L'Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif à la prorogation de l'état d'urgence, que le Sénat doit examiner vendredi.

Pour rafraîchir ce live, cliquez ici.

 

 

22h «Elle s'était fabriqué sa propre bulle, elle ne cherchait aucunement à étudier sa religion, je ne l'ai jamais vue ouvrir un Coran»: l'AFP a fait un profil de la kamikaze qui s'est faite exploser à Saint-Denis, repris sur le site L'Indépendant. «Son surnom? "Chapeau de paille, parce qu'elle en portait souvent. Bavarde, avec la tchatche, un peu fofolle, aussi, instable: elle pouvait surgir devant toi et commencer à faire un rap"», raconte l'Agence.

21h50 «A ce stade, nous ne le savons pas» comment Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats qui ont touché Paris et Saint-Denis, est entré en France, a déclaré le Premier ministre Manuel Valls sur France 2. Il a jugé possible que d'autres «groupes ou individus» liés aux attentats meurtriers de vendredi à Paris soient toujours actifs. «Nous gagnerons la guerre», a conclu Manuel Valls. «Si l'Europe n'assume pas ses responsabilités, alors en effet, c'est tout le système Schengen qui sera remis en cause», a par ailleurs mis en garde le Premier ministre. Il a ajouté que 600 perquisitions avaient été menées depuis les attentats, rapporte le site du Monde.

21h40 Une enveloppe exceptionnelle de 3 millions d'euros a été débloquée pour récompenser les personnels hospitaliers mobilisés après les attentats de Paris et Saint-Denis, a annoncé la ministre de la Santé. 

21h30 La peur n'a pas de frontières, et touche aussi les responsables politiques américains. Suite aux attentats, la Chambre des représentants des Etats-Unis a adopté une loi pour suspendre l'accueil de réfugiés syriens et irakiens. Le texte a été adopté avec l'appui de la majorité républicaine et d'une partie des démocrates. Barack Obama a promis qu'il mettra son veto au texte, rapporte l'AFP via lemonde.fr.

21h La France a proposé au Conseil de sécurité de l'ONU une résolution prévoyant de prendre «toutes les mesures nécessaires» pour contrer le groupe Etat islamique, selon l'AFP.

20h François Hollande a ordonné l’«intensification» des bombardements contre l’EI en Syrie et en Irak «pour lutter contre Daesh» à la suite du conseil de défense:

18h45 Une perquisition a eu lieu jeudi rue Edgar-Degas à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), au domicile de la mère de la jeune femme qui se serait fait exploser mercredi à Saint-Denis lors de l'intervention des forces de l'ordre. La mère et le frère de la kamikaze présumée avaient auparavant raconté à l'AFP comment cette jeune femme «instable» avait subi un véritable «lavage de cerveau» lors de sa radicalisation.

18h La police allemande a annoncé qu'Abdelhamid Abaaoud était passé par l'aéroport allemand de Cologne-Bonn à destination d'Istanbul en janvier 2014, sans être interpellé. «La police fédérale n'avait pas d'indications selon lesquelles nous devions lui interdire son voyage ou l'arrêter», a expliqué un porte-parole.

17h Le Muslim Council of Britain (MCB), une organisation britannique chapeautant des institutions musulmanes, a acheté une page de pub dans plusieurs quotidiens nationaux pour condamner «de la manière la plus absolue» les attentats de Paris et rappeler que l'islam condamne le terrorisme.

16h55 Le parquet fédéral belge a annoncé l'interpellation de neuf personnes à Bruxelles dans le cadre des investigations sur les attentats et, plus spécifiquement pour sept d'entre elles, sur l'entourage de Bilal Hafdi, un des kamikazes qui s'est fait exploser vendredi soir au Stade de France.

16h45 Le Centre Pompidou a déclaré qu'il allait afficher vendredi matin sur sa façade une reproduction de l'illustration par Fernand Léger du poème «Liberté, j'écris ton nom» de Paul Éluard.


16h30
Le patron de la BRI, Christophe Molmy, a décrit en détail ce matin sur iTélé comment ses hommes sont intervenus au Bataclan vendredi soir. Arrivée à partir de 22h15 sur les lieux, au complet à 22h45, la BRI a progressé dans la salle de concert dans des conditions d'intervention «abominables»«vous passez par-dessus des corps», dans une atmosphère d'«extrême tension». Vers 23h15, après avoir progressé dans les étages, elle tombe sur une porte à travers laquelle un otage transmet des consignes des terroristes, qui détiennent une vingtaine de personnes qu'ils menacent de tuer, de «décapiter».


Cinq appels téléphoniques avec le négociateur (le même que celui qui avait négocié avec Amedy Coulibaly à l'Hyper Cacher) ne donnent rien et décision est prise de donner l'assaut à 23h45. Deux colonnes se forment, la seconde «destinée à passer derrière les premiers si les premiers restaient par terre». Une fois les otages sécurisés (aucun ne sera blessé ou tué durant l'assaut), les hommes de la BRI progressent derrière leur bouclier de 80 kg, sur lequel seront relevés 27 impacts de balles. Au bout du couloir, celui-ci tombe et les policiers ouvrent le feu, tuant les deux terroristes sans que l'on sache encore si l'explosion de la ceinture d'un d'entre eux a été volontaire ou provoquée par une balle.

15h15 Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a donné un point presse pour faire le point sur l'avancée de l'enquête. Il a expliqué qu'Abdelhamid Abaaoud, abattu mercredi à Saint-Denis, avait joué un «rôle déterminant» dans les attentats de Paris et était impliqué dans quatre des six projets d'attentats évités ou déjoués par les autorités françaises depuis le printemps 2015.

14h42 Six députés ont donc voté contre la prorogation de l'état d'urgence pour trois mois. Il s'agit de trois députés PS, Pouria Amirshahi, Gérard Sebaoun et Barbara Romagnan, deux députés EELV, Noël Mamère et Sergio Coronado et une députée Nouvelle-Donne, Isabelle Attard.

La députée PS Fanélie Carrey-Conte s'est elle abstenue.

14h30 La prorogation de l'état d'urgence pour trois mois a été adoptée à une quasi-unanimité par les députés de l'Assemblée nationale.

Le Sénat discutera de ce texte, demain.

14h25 Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve doit s'adresser devant la presse à partir de 14h30.

14h16 Le Washington Post avait annoncé dès hier, sur son site Internet la mort d'Abdelhamid Abaaoud dans l'assaut mené par le RAID et la BRI. Le quotidien américain a également publié l'information en une de son quotidien papier, ce jeudi.

14h04 Dans le cadre du projet de loi sur la prorogation de l'état d'urgence, les députés viennent d'adopter un amendement permettant au gouvernement (et plus particulièrement au ministre de l'Intérieur) de «prendre toute mesure pour assurer l’interruption de tout service de communication au public en ligne provoquant à la commission d’actes de terrorisme ou en faisant l’apologie».

13h57 Coordinateur présumé des attentats, Abdelhamid Abaaoud n'en était cependant pas «le cerveau», tenaient à faire remarquer quelques médias anglo-saxons:

«Donner ce titre serait donc les surestimer et leur permettre de se valoriser au sein de Daech et de futures recrues. Plus grave encore, cela décrédibilise les forces occidentales et leur capacité à combattre les organisations terroristes. "Quand l’on transforme un méchant en cerveau, nous nous offrons un mauvais confort, une façon de faire sens dans un monde qui n’est ni plein de génies diaboliques comme les versions télévisées voudrait nous le faire croire, ni réconfortant", conclut le journaliste de Politico

13h49 Le corps du terroriste a été trouvé cribblé d'impacts, indique Jon Williams, un journaliste anglais de ABC:

13h39 Il aura donc fallu près de vingt-quatre heures pour annoncer, «après comparaison de traces papillaires», l'identification formelle du cadavre, présenté comme très abîmé. Dès mercredi soir, le Washington Post, citant des sources haut placées au sein du renseignement européen, avait annoncé sa présence parmi les tués durant l'assaut.

13h32 Abdelhamid Abaaoud est mort hier dans l'assaut mené par le RAID et la BRI. Le corps du djihadiste a été formellement identifié, a indiqué le parquet de Paris, en début d'après-midi.

13h20 Marianne s'est procuré le rapport d'un brigadier de la brigade anti-criminalité (BAC) de Paris, du vendredi 13 novembre. Le récit est froid, clinique, indique le site du magazine, et «se termine par quelques lignes que l'on ne trouve pas d'habitude dans ces écrits»:

«Je tiens à ajouter que je ne peux pas préciser la chronologie exacte des faits, le nombre de victimes que nous avons exfiltrées, ni leurs identités. Je ne me rappelle que de visages, de sang, de personnes que nous portions avec qui nous parlions alors qu'ils étaient en train de mourir. Je me rappelle avoir cherché le compagnon d'une femme italienne blessée par balle et de leurs visages quand je les ai réunis. Je me rappelle de cette salle colorée de sang, amoncelée de corps par dizaines de ces victimes tellement choquées qu'elles ne pouvaient ni parler, ni marcher.»

La totalité de ce rapport est à lire sur le site de Marianne.

13h10 Si vous faites partie de ceux qui se demandent pourquoi Marc Trévidic ne peut plus être juge antiterroriste, Robin Panfili a trouvé la réponse:

«Ce qui rend impossible, en l'état, un retour de Marc Trévidic au pôle antiterroriste du parquet de Paris, c’est la législation française. Une loi interdit aux juges spécialisés –y compris aux magistrats instructeurs comme lui– d’occuper les mêmes fonctions plus de dix ans.»

13h07 Trois fois plus de candidatures que d'habitude. Depuis le 13 novembre, la défense reçoit 1.500 demandes par jour pour rejoindre l'armée française. Avant, elle tournaut aux alentours de 500, indique Le Monde.

«L’armée de terre devrait ainsi au total recevoir 160.000 candidatures en 2015 contre 120.000 en 2014. Sur 160.000 curieux, le nombre de ceux qui vont aller jusqu’à passer les tests d’évaluation (physique, médicale, psychologique) dans un Cirfa ne sera plus que de 60.000. Ensuite, 35.000 environ seront déclarés aptes si les tendances normales se prolongent. Et 15.000 nouveaux soldats rejoindront les rangs.»

13h02 Les députés ont voté à la quasi-unanimité les articles 1, 2 et 3 donc la prorogation de 3 mois de l'état d'urgence, indique sur Twitter Hélène Bekmezian, journaliste au Monde.

12h54 Le Monde raconte les retrouvailles entre un de ses journalistes Daniel Psenny et Matthew, l'homme qu'il a secouru, vendredi 13 novembre, à côté du Bataclan, quelques jours après les attaques. Le quotidien raconte la nuit des deux hommes, blessés tous les deux.

Matthew explique, en conclusion, le quotidien français est «doublement miraculé»:

«Le 11 septembre 2001, il se trouve au pied de la tour sud du World Trade Center, sur la route d’un rendez-vous professionnel, quand l’avion d’United Airlines s’y encastre. "J’ai traversé presque la moitié de Manhattan en courant. Mais ce que j’ai vécu au Bataclan était mille fois pire."»

12h28 L'amendement de Christian Estrosi dans la prorogation de l'état d'urgence sur la consultation de sites djihadistes fait réagir beaucoup de gens sur Twitter.

Le rédacteur en chef de NextInpact, Marc Rees, indique cependant que cet amendement a été rejeté:

12h11 Six perquisitions étaient en cours ce matin dans la région de Bruxelles, en Belgique, dans «l’entourage direct» de Bilal Hadfi, l’un des terroriste morts en activant son gilet d'explosifs, au Stade de France, indique La Voix du Nord, qui explique tenir ces informations du parquet belge.

«Ces perquisitions ont lieu dans plusieurs communes de l’agglomération bruxelloise, dont celle de Molenbeek, "dans l’entourage direct de Hadfi, sa famille, des amis", a indiqué un porte-parole du parquet. "C’est un dossier qui existait déjà, suite au départ de M. Hadfi vers la Syrie", a-t-il précisé.

Les perquisitions ont été menées dans différentes communes de l’agglomération bruxelloise, dont Molenbeek-Saint-Jean, Jette et Uccle, a précisé le parquet.

Par ailleurs, une autre perquisition a été menée dans la matinée dans le quartier bruxellois de Laeken, "dans le cadre du dossier Paris", lors de laquelle une personne a été interpellée. Son degré d’implication "reste à voir", a précisé le parquet.»

12h00 Hier, Authueil postait un article de blog où il expliquait que la seule réponse des politiques semble être de proposer de nouvelles lois et de faire montre d’ambition. Avec son aimable autorisation, nous avons repris cet article sur Slate. En voici un court extrait:

«Cela doit être la quatrième loi "sécuritaire" depuis 2012 (et je dois en oublier). Et cerise sur le gâteau, une réforme de la Constitution. Là, j’ai juste envie de hurler. On ne touche pas ainsi à notre texte fondamental, qui n’est pas un gadget pour président en mal d’annonces spectaculaires. À chaque nouveau coup encaissé, on augmente la dose.

La prochaine fois, on ira réformer quoi? la déclaration des droits de l’homme de 1789? Il faut arrêter cette surenchère, toutes les personnes sensées savent que les textes de lois contiennent déjà tout l’arsenal nécessaire pour faire face à la situation. Il y en a même trop.

Ce qui manque, c’est la volonté politique de les appliquer. Un seul exemple: la loi de 1905 interdit toute propagande politique dans un lieu de culte. Initialement conçue pour contrer l’église catholique, cette disposition convient à merveille pour régler le cas des mosquées salafistes. Pourquoi ne pas la mettre en œuvre? Pourquoi attendre un événement gravissime pour, d’un seul coup, se lancer dans la surenchère et tout lâcher.»

Vous pouvez lire le reste ici.

11h48 À l'inverse de la Fête des Lumières, le Salon du livre et de la presse jeunesse et la marché de Noël de Strasbourg sont maintenus.

Dans une tribune publiée sur Libération, la directrice du Salon a expliqué ce choix:

«Dans une situation d’une telle gravité, il est d’autant plus nécessaire d’en appeler à l’intelligence et à la culture. Ni naïveté ni angélisme dans ce point de vue. Mais plutôt une expérience, celle du Salon du livre et de la presse jeunesse. Cet événement, tout entier dédié à la rencontre avec la création contemporaine, atteste de la pertinence de la littérature pour faire reculer l’obscurantisme. Parce qu’elle ouvre au rêve, à l’imaginaire tout autant qu’à la compréhension du monde et à l’esprit critique. Et le fait que le berceau et le territoire d’inspiration de cet événement soient la Seine-Saint-Denis, ajoute au pouvoir des mots et des images une énergie et une inventivité très singulières, à l’image de la jeunesse de ce département cosmopolite.»

11h40 Gérard Collomb, le maire de Lyon, a annoncé que la traditionnelle Fête des Lumières –qui devait se dérouler du 5 au 8 décembre– allait être annulée et transformée en un hommage, le 8 décembre, aux victimes des attentats.

Le Progrès était présent lors de cette conférence de presse:

«Notre pays vient de connaitre une tragédie. Face à cet état de guerre, nous avons la volonté de résistance mais aussi veiller à assurer la sécurité de nos concitoyens.  Mais non renoncement... car elle est constitutive de l'identité de Lyon. Hommage le 8 décembre aux victimes des attentats. 200.000 limignons seront distribués aux enfants et vendus au profit d'associations. Illuminations traditionnelle dès le 9 décembre, jusqu'au 8 janvier.»

11h25 Reader continue de sélectionner les meilleurs contenus à lire, voir et entendre sur les attentats du 13 novembre. Pour les consulter, c'est par là.

11h14 Vocativ a remarqué que plusieurs comptes Twitter proches de Daech ont changé leur photo de profil pour la remplacer par la trace d'une chaussure sur le drapeau français.

«Les images sont apparus sur Twitter où ils sont particulièrement actifs. [...] Cette arrivée d'images vient après celle de drapeaux français sur les photos de profil utilisés par des milliers de personnes pour exprimer leur solidarité avec la France après les attentats terroristes. [...] Les soutiens de Daech en revanche ont rejeté ce cache transparent. Un des membres a estimé que les Arabes qui l'utilisaient collaboraient avec l'Occident.»

10h36 Dans le discours de Manuel Valls, ce matin, devant l'Assemblée Nationale, une petite phrase a été particulièrement remarquée:

Immédiatement, ou presque, certains ont ressorti cette affiche ce campagne de 1992 de Jean-Marie Le Pen.

Comme le rappelle Libération, cette formule –utilisée aussi bien à gauche qu'à droite– est au cœur d'une grande confusion. Le quotidien a d'ailleurs ressorti une desintox de 2013, sur cette formule, à l'occasion d'une confusion de Christian Estrosi.

«La droite avait même choisi en 2002 d'en faire le slogan de son projet de Loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (Lopsi). [...]  L'affirmation selon la quelle la «sécurité est la première des libertés» a donc une origine moins noble que la déclaration de 1789... et bien plus récente. En fait, c'est à partir du début des années 80 qu'elle commence à infuser le débat public, même si elle est dans un premier temps contestée par la gauche. [...] Dans son discours de politique général en 1997, Lionel Jospin qualifie la sécurité de "droit fondamental de la personne humaine".»

Dans son live, Le Monde précise également que cette formule «n'est pas écrite dans la Constitution. C'est une phrase devenue très classique chez nombre d'hommes politiques.»

Rue 89 était également revenu sur cette formule en avril dernier, quand Manuel Valls l'avait réutilisée à l'Assemblée Nationale «pour défendre le controversé projet de loi sur le renseignement».

9h58 Une infographie publiée par l'AFP sur son compte Twitter montre l'âge des 129 victimes des attentats menés à Paris et à Saint-Denis, vendredi 13 novembre. La personne la plus jeune avait 17 ans. La plus âgée 68 ans.

9h55 Lors de ce discours, le Premier ministre n'a pas exclu le risque d'attaques chimiques et bactériologiques, contre la France:

«Il ne faut aujourd’hui rien exclure et je le dis bien sûr avec toutes les précautions qui s’imposent. Mais nous savons et nous l’avons à l’esprit, il peut y avoir aussi le risque d’armes chimiques et bactériologiques.»

 

9h52 Le Premier ministre s'exprime actuellement devant l'Assemblée nationale à l'occasion de la discussion du projet de loi relatif à la prorogation de l'état d'urgence.

Libération et Le Monde suivent actuellement ce discours dans leur live:

9h41 France Bleu 107.1 a annoncé ce matin, que la tour Eiffel «restera en bleu blanc rouge au moins jusqu’à la fin du mois de novembre».

La tour Eiffel est illuminé des couleurs du drapeau français depuis lundi soir.

France Bleu précise également que la maire de Paris, «Anne Hidalgo a par ailleurs demandé que la devise de la ville de Paris, "Fluctuat nec mergitur", projetée sur le premier étage du monument, le soit également jusqu'à fin novembre».

9h32 iTélé raconte sur son site le nouvel engouement pour le roman Paris est une Fête d'Ernest Hemingway. Le livre rédigé entre 1957 et 1960 et publié de façon posthume en 1964, «relate les souvenirs tendres et joyeux de l'écrivain américain Ernest Hemingway lors de son séjour dans la capitale française dans les années 1920».

Depuis vendredi, plusieurs exemplaires du livre sont déposés au milieu des fleurs et des bougies devant les bars et restaurants visés par les terroristes, ainsi que devant le Bataclan. Comme raconté sur le site d'iTélé:

«Les libraires ne cessent de réclamer qu'on les approvisionne, affirme David Ducreux, attaché de presse de Folio, maison d'édition qui publie le texte de l'écrivain américain. D'habitude, les libraires vendent 10 exemplaires du livre d'Hemingway par jour. "En ce moment, c'est 500", a confié David Ducreux. 

Alors que 8.000 exemplaires de Paris est une Fête sont vendus en moyenne chaque année, l'éditeur a prévu une réimpression de 15.000 exemplaires de l'ouvrage.»

9h23 Jean-Michel Fauvergue, le directeur du RAID, a été interviewé par Le Figaro par rapport à l'opération menée hier matin, à Saint-Denis.

«L'assaut commence à 4h16 et il dure tout le temps du siège. On décide de faire une ouverture de porte à l'explosif car c'est généralement efficace et sidérant pour les gens qui sont à l'intérieur. Malheureusement, comme ça arrive quelques fois, ça ne marche pas bien. La porte blindée s'ouvre mal. On a du mal à rentrer et donc l'effet de surprise n'existe pas et très rapidement nos gars sont pris dans des échanges de tirs nourris. On riposte.

Les terroristes ont rapidement installé un porte-bouclier derrière la porte. Un porte bouclier assez lourd, posé sur une structure à roulettes. Ça n'est pas un bouclier sarcophage, mais ça y ressemble.

L'échange de tirs dure entre une demi-heure et trois-quarts d'heure. Des centaines de coups de feu sont échangés. Les terroristes ont également lancé des grenades offensives. Puis les tirs deviennent plus sporadiques, entrecoupés de périodes de feu plus intenses.»

Vous pouvez lire l'interview dans son intégralité sur le site du Figaro. À noter que Le Monde a également interviewé le patron du RAID, dans un article qui raconte le même assaut.

9h04 Un enseignant juif a été blessé au couteau, à Marseille, hier soir, par des hommes «qui ont proféré des propos antisémites, ont exhibé un tee-shirt à l’effigie de Daech et lui ont montré sur un téléphone portable des photos de Mohamed Merah». Ses jours ne sont pas en danger.

Le Figaro indiquait, hier, que dans la même ville et un peu plus tôt dans la journée, «une jeune femme voilée a été blessée par un homme l'accusant, selon les déclarations de la victime, d'être une terroriste. Désignant son hijab, l'agresseur âgé d'une vingtaine d'années s'en est pris à la jeune femme alors qu'elle sortait du métro. Il lui a assené un coup de poing et l'a légèrement blessée au thorax avec ce qui semblait être un cutter. La jeune femme a été conduite aux urgences. Les médecins lui ont prescrit deux jours d'ITT.»

Le quotidien rappelle que plusieurs actes antimusulmans ont eu lieu dans plusieurs endroits en France, depuis les attentats.

8h54 FranceTVInfo annonce une baisse «de près de 10% sur le réseau RATP depuis les attentats de vendredi». 

«"Le phénomène est un peu plus marqué sur les stations touristiques", ajoute-t-on à la RATP. Sur le réseau Transilien, géré par la SNCF, c'est surtout durant le week-end que la baisse a été sensible, en particulier dans la journée de samedi, avec environ 50% de passagers en moins que lors d'un week-end normal. Une désertion qui s'explique notamment par le fait que beaucoup de monuments comme les Invalides, la tour Eiffel ou le Château de Versailles (situés sur le RER C, exploité par la SNCF) avaient fermé leurs portes.»

FranceTVInfo précise que sur le réseau SNCF, le réseau est plus ou moins de retour à la normale. En revanche, un pic de bouchons a été enregistré, mardi.

8h45 Les Eagles of Death Metal jouaient au Bataclan lors de l'attaque terroriste, vendredi 13 novembre. Hier, sur leur page Facebook, ils ont publié un message de soutien aux différentes victimes des attentats de Paris. Et comme nous le racontons dans cet article, «en moins de vingt-quatre heures, il y avait déjà plus de quatre mille commentaires sur la page, dont plusieurs venant de fans français présents au Bataclan qui racontaient (en anglais) comment ils ont vécu cette tragédie». Voici quelques exemples de ces réponses:

«Avec mon petit ami et un homme qui s'appelait Olivier, nous avons pu sauter derrière vos coffres de voyage à la gauche de la scène. Nous sommes restés cachés là pendant plus d'une heure en espérant que les tueurs ne nous trouvent pas. Une bombe (OUI, ces connards avaient des bombes) a explosé juste à côté de nous. Grâce aux coffres et à l'équipement, nous avons été protégés et pas déchiquetés. Dans un sens, nos vies ont été sauvées grâce à vous.»

«Nous allons oublier ces connards, mais le rock'n'roll est éternel! Revenez à Paris les gars, nous serons encore là, nous vous aimons.»

8h37 Comme annoncé dans Le Monde, les policiers pourront porter leur arme en dehors de leur service.

«Une instruction de la direction générale de la police nationale (DGPN), transmise dans les services, jeudi 19 novembre, autorise les policiers à porter leur arme hors service durant l’état d’urgence,  y compris lorsqu’ils ne portent pas de gilet pare-balles.»

8h24 Le projet de loi sur l'état d'urgence doit être discuté aujourd'hui à l'Assemblée Nationale et au Sénat. Sur leur site, Les Echos reviennent sur ce texte et en ressortent les quatre points essentiels:

L’assignation à résidence élargie et renforcée

Perquisitions étendues à tous les lieux et accès aux données informatiques

Possibilité de dissoudre des associations portant atteinte à l’ordre public

Fin du contrôle de la presse

La totalité du texte est présent ci-dessous:

7h00 Le Washington Post a annoncé dans la nuit que l'homme suspecté d'être  le meneur des attentats de Paris avait été tué mercredi dans le raid mené à Saint-Denis. Le journal américain cité deux sources européennes haut placées. «Les deux officiels européens, qui sont de deux pays différents, et ont suivi l'affaire de près, disent que cette information sur la mort d'Abbaoud émane des autorités françaises». Le Washington Post ajoute: «Les conditions de la mort d'Abaaoud ne sont pas encore claires: on ne sait pas s'il s'agissait de tirs de police, s'il a lui même tiré, ou s'il a été tué lors de l'explosion déclenchée par la femme kamikaze».

Lors de la conférence de presse de mercredi soir, le procureur François Molins avait affirmé qu'Abdelhamid Abbaoud ne faisaient pas partie des gardés à vue, ce qui signifiait qu'il était mort ou toujours en fuite.

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte