MondeFrance

Marine Le Pen dans Time Magazine: «Nous avons trop souvent confondu hospitalité et aveuglement»

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 18.11.2015 à 18 h 28

Repéré sur Time Magazine

La présidente du Front national publie un éditorial dans le magazine américain Time, dans lequel elle fustige la stratégie du gouvernement français après les attentats du 13 novembre.

Marine Le Pen au palais de l’Élysée, à Paris, le 15 novembre 2015 | REUTERS/Philippe Wojazer

Marine Le Pen au palais de l’Élysée, à Paris, le 15 novembre 2015 | REUTERS/Philippe Wojazer

Après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher en janvier, le New York Times avait ouvert ses colonnes à Marine Le Pen, qui avait écrit un éditorial, publié en français et en anglais. Elle y accusait, à tort, le gouvernement français de refuser de nommer ses ennemis et de ne pas parler de terrorisme islamiste.

Cette semaine, c’est au tour du magazine Time, qui a récemment inclus la présidente du Front national dans sa liste des cent personnes les plus influentes du monde, de donner une tribune à Marine Le Pen, quatre jours après les attentats du 13 novembre.

Dans son éditorial, Marine Le Pen regrette que la France ait «oublié que la liberté doit être organisée et défendue»:

«Trop souvent, nous avons confondu hospitalité et aveuglement. Tous ceux que nous avons accueillis ne sont pas venus avec un amour de la France et de son mode de vie.»

La présidente du Front national fait plusieurs recommandations, dont une alliance avec la Russie pour se battre contre Daech, une stratégie déjà mise en place par le gouvernement français.

De plus en plus sollicitée par les médias américains

Une autre mesure qu’elle demande, la déchéance de la nationalité française pour les individus binationaux condamnés pour terrorisme, a également été mentionnée par le président François Hollande devant le Parlement réuni à Versailles le lundi 16 novembre.

Marine Le Pen a aussi mentionné la fermeture des mosquées radicales, une idée déjà mise en avant par Manuel Valls après les attentats.

Là où elle se distingue clairement du gouvernement, c’est sur sa volonté de ne pas accueillir de réfugiés et de fermer les frontières.

La présidente du FN est de plus en plus sollicitée par les médias américains. Elle était cette semaine interviewée par un journaliste de la radio publique NPR, une discussion au cours de laquelle elle avait déclaré que la France devrait s’allier à Bachar el-Assad pour combattre Daech.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte