Monde

Plusieurs gouverneurs américains refusent l’arrivée de migrants syriens

Temps de lecture : 2 min

Ils estiment que les attentats du 13 novembre les poussent à «protéger la sécurité» de leurs concitoyens.

Robert Bentley le gouverneur de l’Alabama, ici lors d’un meeting à Birmingham le 24 octobre 2011 | REUTERS / Marvin Gentry
Robert Bentley le gouverneur de l’Alabama, ici lors d’un meeting à Birmingham le 24 octobre 2011 | REUTERS / Marvin Gentry

Certaines conséquences des attentats du 13 novembre à Paris sont assez imprévisibles. C’est le cas de la décision prise par deux gouverneurs républicains américains Rick Snyder et Robert Bentley. Respectivement à la tête des états du Michigan et de l’Alabama, ils ont, dans deux déclarations distinctes, indiqué qu’ils n’accueilleraient pas de réfugiés fuyant le conflit syrien, rapporte le Washington Post.

Bien qu’il ait précisé que son État était l’héritier d’une «riche histoire d’immigration», Rick Snyder a expliqué, dans des propos rapportés par le Washington Post, que ce qui l'importait le plus était la sécurité de ses administrés: «Notre première priorité est de protéger la sécurité de nos résidents.» Il précise également ne pas vouloir faire d’amalgames avec certains citoyens américains: «Il est aussi important de se rappeler que ces attaques sont le fait d'extrémistes et ne reflètent pas les idées paisibles des gens d’ici, originaires du Moyen-Orient.» Selon le Detroit Free Press, environ 200 syriens ont été accueillis dans le Michigan depuis un an.

Le pouvoir des gouverneurs

Son homologue de l’Alabama, Robert Bentley, s’est lui montré encore plus ferme et opposé à toute installation de ressortissants syriens:

«En tant que votre gouverneur, je ne resterai pas complice d'une politique qui place les citoyens de l'Alabama en danger. Les actes de terreur commis au cours du week-end sont un rappel tragique au monde que le mal existe et prend la forme de terroristes qui cherchent à détruire les libertés fondamentales. Nous nous battrons toujours pour les préserver.»

Greg Abbott, le gouverneur du Texas, et Asa Hutchinson, celui de l'Arkansas, viennent eux aussi de refuser l'accueil de migrants syrien rapporte le site Politico. Le premier, dans une lettre à Barack Obama, déclare qu'«en tant que tel, l'ouverture de nos frontières expose, de manière irresponsable, nos compatriotes américains à un risque inacceptable».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Les autorités américaines ont annoncé début septembre être en capacité d’accueillir 10.000 réfugiés syriens. Cependant, en vertu de la constitution américaine, les gouverneurs peuvent contrôler les flux d’étrangers dans leurs états.

Newsletters

Le Danemark oblige les réfugiés syriens à retourner dans un pays en guerre

Le Danemark oblige les réfugiés syriens à retourner dans un pays en guerre

La politique d'immigration du pays est devenue de plus en plus hostile aux réfugiés ces dernières années. Des bénévoles syriens tâchent de défendre les droits de leurs compatriotes, mais leur capacité d'action demeure limitée.

Les pogroms oubliés de l'Armée rouge et l'ambiguïté des bolcheviques

Les pogroms oubliés de l'Armée rouge et l'ambiguïté des bolcheviques

Une vaste étude historique propose de traiter le sujet méconnu de l'antisémitisme dans le camp bolchevique, de l'Ukraine à Moscou, des soviets locaux à l'Armée rouge.

Fusako Shigenobu, fondatrice du groupe terroriste de l'Armée rouge japonaise, libérée de prison

Fusako Shigenobu, fondatrice du groupe terroriste de l'Armée rouge japonaise, libérée de prison

L'organisation d'extrême gauche pratiquant la lutte armée s'était fait connaître dans les années 1970, notamment lors du massacre de l'aéroport de Lod, à Tel Aviv.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio