Monde

Le discours ému de l'ambassadeur de France au Liban après les attentats de Beyrouth et Paris

Temps de lecture : 2 min

Il a souligné sa solidarité avec le peuple libanais, alors que certains dénoncent une différence de traitement entre les victimes de terrorisme.

Emmanuel Bonne, ambassadeur de France au Liban, lors de son discours à Beyrouth, le 16 novembre. DR
Emmanuel Bonne, ambassadeur de France au Liban, lors de son discours à Beyrouth, le 16 novembre. DR

Beyrouth (Liban)

Les Libanais ont été nombreux à souligner une émotion planétaire à géométrie variable. La veille des attentats de Paris, Beyrouth comptait ses morts. Quarante-trois personnes ont péri dans l'attaque terroriste la plus meurtrière qu’ait connue la ville depuis 1990, perpétrée elle-aussi par l'organisation État islamique.

Pourtant, à la différence des Parisiens, les Libanais n'ont pas bénéficié de la mise en place de la fonctionnalité «Safety Check» de Facebook pour rassurer leurs proches. Les attentats de Paris ont ensuite occultés ceux de Beyrouth. S'ils sont effarés par ce qui s'est passé à Paris, de nombreux libanais dénoncent aussi avec amertume une compassion non-équivalente pour les différentes victimes du terrorisme.

Ému, Emmanuel Bonne, ambassadeur de France au Liban, a eu un mot pour les Libanais dans son discours précédant la minute de silence en hommage aux victimes des attentats de Paris.

«Il n'y a aucune justification au terrorisme. Nous voulons dire donc notre solidarité, notre solidarité à l'égard de tous ceux qui en souffrent, chez nous, à Paris, aujourd'hui. Ailleurs aussi. Ailleurs aussi et surtout ici au Liban. Au Liban où nous agissons avec les Libanais dont nous sommes solidaires dans les épreuves qu'ils traversent eux-mêmes et pour lesquelles nous avons dit nous aussi notre solidarité jeudi passé.»

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Newsletters

Le culte de Breivik

Le culte de Breivik

L’auteur de la tuerie d'Utøya est devenu une icône pour toute une génération de terroristes d’extrême droite.

Il est arrêté à l'aéroport avec un orang-outan dans sa valise

Il est arrêté à l'aéroport avec un orang-outan dans sa valise

Ce touriste russe, en voyage en Indonésie, transportait aussi deux geckos et cinq lézards.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

La Nouvelle-Zélande sous le choc d'un attentat perpétré dans deux mosquées, le passage du cyclone Idai en Afrique australe et les qualifications pour l'Euro 2020... La semaine du 16 mars en images. 

Newsletters