Monde

Le discours ému de l'ambassadeur de France au Liban après les attentats de Beyrouth et Paris

Temps de lecture : 2 min

Il a souligné sa solidarité avec le peuple libanais, alors que certains dénoncent une différence de traitement entre les victimes de terrorisme.

Emmanuel Bonne, ambassadeur de France au Liban, lors de son discours à Beyrouth, le 16 novembre. DR
Emmanuel Bonne, ambassadeur de France au Liban, lors de son discours à Beyrouth, le 16 novembre. DR

Beyrouth (Liban)

Les Libanais ont été nombreux à souligner une émotion planétaire à géométrie variable. La veille des attentats de Paris, Beyrouth comptait ses morts. Quarante-trois personnes ont péri dans l'attaque terroriste la plus meurtrière qu’ait connue la ville depuis 1990, perpétrée elle-aussi par l'organisation État islamique.

Pourtant, à la différence des Parisiens, les Libanais n'ont pas bénéficié de la mise en place de la fonctionnalité «Safety Check» de Facebook pour rassurer leurs proches. Les attentats de Paris ont ensuite occultés ceux de Beyrouth. S'ils sont effarés par ce qui s'est passé à Paris, de nombreux libanais dénoncent aussi avec amertume une compassion non-équivalente pour les différentes victimes du terrorisme.

Ému, Emmanuel Bonne, ambassadeur de France au Liban, a eu un mot pour les Libanais dans son discours précédant la minute de silence en hommage aux victimes des attentats de Paris.

«Il n'y a aucune justification au terrorisme. Nous voulons dire donc notre solidarité, notre solidarité à l'égard de tous ceux qui en souffrent, chez nous, à Paris, aujourd'hui. Ailleurs aussi. Ailleurs aussi et surtout ici au Liban. Au Liban où nous agissons avec les Libanais dont nous sommes solidaires dans les épreuves qu'ils traversent eux-mêmes et pour lesquelles nous avons dit nous aussi notre solidarité jeudi passé.»

Newsletters

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

Pendant plus de deux siècles, cette île minuscule de la lagune de Venise abrita un sordide asile d'aliénés. Malades mentaux, marginaux, vagabonds... Tous ceux que la société vénitienne considérait comme déviants devaient passer le reste de leur vie reclus dans cette prison entourée d'eau.

Qui donc a assassiné Amar Singh Chamkila, musicien et grande voix du Pendjab?

Qui donc a assassiné Amar Singh Chamkila, musicien et grande voix du Pendjab?

Comme sa femme et deux de ses amis, Amar Singh Chamkila a été abattu le 8 mars 1988 dans la petite localité de Mehsampur, au nord de l'Inde. Un acte en apparence politique, mais dont le mobile fait encore aujourd'hui l'objet de doutes.

États-Unis: les failles de la proposition de loi pour un droit fédéral à l'IVG

États-Unis: les failles de la proposition de loi pour un droit fédéral à l'IVG

Fruit d'un travail conjoint entre le sénateur démocrate Tim Kaine et la sénatrice républicaine Susan Collins, cette proposition bipartisane est notamment rejetée par la sénatrice progressiste Elizabeth Warren.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio