France

Le père d’un des terroristes du Bataclan avait tenté de le ramener de Syrie

Repéré par Mélissa Bounoua, mis à jour le 16.11.2015 à 14 h 15

Repéré sur Le Monde, Le Point

Le Monde publiait en décembre 2014 le parcours du père de Samy Amimour, l'un des terroristes qui était au Bataclan le vendredi 13 novembre.

Des militants de l’État islamique à Raqqa en Syrie le 30 juin 2014 | REUTERS

Des militants de l’État islamique à Raqqa en Syrie le 30 juin 2014 | REUTERS

Mohamed, 67 ans, vendeur de vêtements à Liège mais vivant en Seine-Saint-Denis, est le père de Samy Amimour. Il est allé en Syrie en juin 2014 car son fils avait rejoint les rangs de l’État islamique. Il voulait l’en sortir. 

Le procureur de la République François Molins a confirmé lundi 16 novembre au matin que Samy Amimour, 28 ans, originaire de Drancy, était l’un des trois terroristes présents au Bataclan. Il a été mis en examen en octobre 2012 pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste «après un projet de départ avorté au Yémen». Il était placé sous contrôle judiciaire, qu’il a violé à l’automne 2013 en partant en Syrie. Un mandat d’arrêt international est alors délivré contre lui.

Le Monde republie, ce 16 novembre, le parcours de ce père qui est allé jusqu’en Syrie chercher son fils, quitte à tenter lui aussi d’intégrer l’État islamique. À l’époque, l’article parle d’un certain Khader, aujourd’hui identifié comme Samy Amimour:

«Mohamed a vu son fils. Son sourire, de loin. Puis, immédiatement, ses béquilles. Khader venait de Raqqa, un fief de l’État islamique. “Il était avec un autre type, qui ne nous a jamais laissés seuls. C’était des retrouvailles très froides. Il ne m’a pas emmené chez lui, ne m’a pas dit comment il s’était blessé, ni s’il combattait.” Le soir, Mohamed a donné à son fils une lettre de sa mère. “J’avais glissé 100 euros dans l’enveloppe. Il est allé la lire dans un coin et m’a rendu les 100 euros, me disant qu’il n’avait pas besoin d’argent.”»

Les compagnons d’armes de Samy ont montré des vidéos à Mohamed, qui essayait de comprendre pourquoi son fils était là. Puis il est reparti comme il est venu, comprenant que son fils, marié, ne repartirait jamais avec lui.

En décembre 2014, le père dit vouloir y retourner, peut-être avec sa femme, quand Le Monde publie son article. Samy Amimour est mort à Paris vendredi 13 au soir après l’assaut du Raid au Bataclan. Personne ne savait qu’il avait regagné la France, précise Le Point. Trois membres de son entourage familial sont en garde à vue ce 16 novembre.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte