John Oliver: «Si vous faites une guerre à la culture et l’art de vivre français, bah bonne chance putain»

Le présentateur de «Last Week Tonight» avait un message très particulier pour les terroristes responsables des attaques à Paris.

Lors de son show télé de ce dimanche 15 novembre, le présentateur de l'excellente et très populaire émission «Last Week Tonight», de John Oliver a évoqué de manière originale les attaques terroristes de Paris. 

«Cela ne fait que 48 heures, et beaucoup de choses restent encore inconnues, mais il y a certaines choses que l’on peut dire avec certitude, commencent-il par dire. Et c’est là que le fait d’être sur HBO aide, c'est une chaîne où ces choses peuvent être dites sans restriction, parce qu’après les moments de silence nécessaires et appropriés, j’aimerais vous offrir un moment de jurons sur le câble.»

Et là, il s’est complètement  lâché, prononçant le moment «fuck» à sept reprises. Nous vous conseillons d’écouter la version originale, mais voici tout de même une tentative de traduction de son discours, aussi drôle qu’émouvant:

«Donc voilà ce que nous savons: tout d’abord, nous savons que cette attaque a été perpétrée par des putains d’énormes enfoirés, des enfoirés de tarés; qui travaillaient peut-être avec d’autres enfoirés de merde; au nom d’une idéologie à la con. Ensuite, et cela va sans dire, que ces enfoirés aillent se faire foutre […] Et troisièmement, et il faut s’en rappeler, rien de ce que ces enfoirés essayent de faire ne marchera. La France va encaisser tout ça, et je vais vous dire pourquoi. Si vous faites une guerre à la culture et l’art de vivre français, bah bonne chance putain, allez-y, amener votre idéologie de merde. Ils vont amener Jean-Paul Sartre, Édith Piaf, du bon vin, des cigarettes Gauloises, Camus, du camembert, des madeleines, des macarons, Marcel Proust, et leurs putains de croquembouches. Vous débarquez avec une doctrine de frugalité et d'abnégation au beau milieu d'une guerre pâtissière, les mecs. Vous êtes foutus.»

«Au peuple de France, nos pensées sont avec vous et je ne doute pas que qu’il y aura beaucoup à dire encore sur le déroulement de ces événements», a conclu le présentateur. Un hommage qui n'est pas sans rappeler celui d'un commentaire publié sur le New York Times qui a été largement relayé ces derniers jours.

Partager cet article