France

Les Libanais se demandent où est leur «Safety check» sur Facebook

Temps de lecture : 2 min

Mise en place pour que les Parisiens puissent rassurer leurs proches après les attentats du 13 novembre, la fonctionnalité Safety Check de Facebook ne l'avait pas été à Beyrouth, après l'attentat du 12 novembre.

Capture d'écran du «Safety check» de Facebook pour les attentats de Paris.
Capture d'écran du «Safety check» de Facebook pour les attentats de Paris.

Dans les heures qui ont suivi les attentats de Paris du 13 novembre, Facebook a remis en service son système permettant de signaler à ses amis que chacun est en sécurité.

Or, la veille Beyrouth était touchée par l'attaque terroriste la plus meurtrière qu’ait connue la ville depuis la fin de la guerre civile libanaise, en 1990. Revendiquée elle aussi par l'organisation État islamique, elle a causé la mort de 43 personnes et laissé 239 blessées. Mais Facebook n'a pas mis en place la fonctionnalité «safety check» pour cet attentat précis. De nombreux internautes libanais dénoncent donc deux poids deux mesures.


Pour être honnête, je suis énervé que le peuple de Beyrouth n'ait pas pu se notifier comme «en sécurité» l'autre jour.


#Paris est une tragédie. #Beyrouth est une tragédie. Et le fait que Beyrouth «importe» moins que Paris est une tragédie (#Liban)


Je dois admettre que je suis un peu perdue quant à pourquoi le «Safety check» a été activé à Paris et pas à Beyrouth.


Et pour répondre aux nombreux commentaires: oui l'indignation mondiale est sélective. Pas de «safety check» Facebook ou de discours d'Obama pour #Beyrouth hier. Triste mais vrai.

Incidents graves et tragiques

Cette fonctionnalité avait été jusqu'à présent mise en place à la suite de catastrophes naturelles, comme en mai au Népal par exemple. En octobre 2014, Mark Zuckerberg expliquait: «Nous commençons avec les catastrophes naturelles puis nous l'étendrons à d'autres sortes d'évenements avec le temps.»

Pourtant, Mark Zuckerberg a répondu aux critiques en expliquant que jusqu'au 13 novembre Facebook ne comptait utiliser cette fonctionnalité que pour les catastrophes naturelles:

Alex Schultz, vice président de la croissance dans la société, s'est depuis engagé à étendre cette fonctionnalité aux «incidents graves et tragiques dans le futur».

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Newsletters

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Le jour où j'ai voté Chirac

Le jour où j'ai voté Chirac

Journalistes et contributeurs de Slate.fr se souviennent du 21 avril 2002 et du second tour pas tout à fait comme les autres de l'élection présidentielle.

Newsletters