Monde / France

«Les Syriens ont fui leur pays pour vivre en paix, mais les tueurs les ont suivis en Europe»

Temps de lecture : 2 min

Des réfugiés syriens sur la mer Égée entre la Turquie et la Grèce, en août 2015. REUTERS/Yannis Behrakis.
Des réfugiés syriens sur la mer Égée entre la Turquie et la Grèce, en août 2015. REUTERS/Yannis Behrakis.

«Les Syriens ont fui leur pays de manière périlleuse pour vivre en paix, mais les tueurs les ont suivi en Europe.» L'homme qui tient ces propos à Buzzfeed.com, Moaz Shaklab, a quitté Homs il y a deux ans pour s'installer en France. Au lendemain des attentats, revendiqués par l'organisation Etat islamique, qui ont coûté la vie à au moins 129 personnes en région parisienne, le site américain a interrogé plusieurs Syriens réfugiés dans l'Hexagone. Sakher Edris, un journaliste, explique que les réfugiés syriens veulent que les Français «sachent que nous sommes avec eux contre la terreur»; une Syrienne qui a souhaité garder l'anonymat affirme que «le terrorisme est partout et ne distingue pas entre musulmans et chrétiens».

Leurs propos apportent un contrepoint utile, alors que s'amorce une polémique après l'annonce, par le gouvernement grec, du fait qu'un des kamikazes du 13 novembre serait arrivé en tant que réfugié dans l'Union européenne en passant par la Grèce. Comme l'explique Quartz, «les attaques de Paris constituent une terrible nouvelle pour les réfugiés en Europe»:

«Les récentes violences justifieront les politiques prônées par ceux qui craignent le plus l'afflux de réfugiés. [...] Les partis européens les plus à droite ont depuis longtemps relié leur récit d'un accroissement du nombre de réfugiés à celui du terrorisme –et ce en dépit du fait que beaucoup de réfugiés, dont ceux arrivant de Syrie, fuient les persécutions infligées par les mêmes forces qui ont selon toute probabilité perpétré les attaques de Paris.»

Selon le chroniqueur de Forbes Richard Miniter, les attentats feront que «la pression en faveur de la fermeture des frontières européennes aux réfugiés syriens, déjà à des niveaux élevés, va grimper dans la stratosphère», avec pour conséquence possible de déstabiliser les pays de transit, comme la Turquie, le Liban et la Jordanie.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Les attentats de Paris ont déjà déclenché un débat sur la question des réfugiés dans plusieurs pays. Aux Etats-Unis, par exemple, les candidats à l'investiture républicaine se sont prononcés en faveur d'une limitation du nombre de réfugiés admis dans leur pays. Au Canada, en revanche, le nouveau Premier ministre Justin Trudeau affirme vouloir poursuivre sa politique d'admission de 25.000 réfugiés syriens. En Allemagne, le ministre de l'Intérieur Thomas de Maiziere a appelé à ne pas lier la situation sécuritaire actuelle à la question des réfugiés, après un appel en sens inverse lancé par le leader bavarois Horst Seehofer.

Newsletters

De Merkel à Scholz, quelle politique russe pour l'Allemagne?

De Merkel à Scholz, quelle politique russe pour l'Allemagne?

Pour Berlin, Moscou est à la fois un partenaire majeur en économie, un défi récurrent sur le plan stratégique et un sujet de controverse pour la politique intérieure.

L'Australie est le pays où les habitants ont été le plus ivres en 2021

L'Australie est le pays où les habitants ont été le plus ivres en 2021

Le Danemark et la Finlande sont les deux pays suivant dans le classement du Global Drug Survey.

Certains États paient les Américains pour qu'ils retournent au travail

Certains États paient les Américains pour qu'ils retournent au travail

Ils peuvent recevoir un chèque d'une valeur correspondant à plus de 1.700 euros.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio