Tech & internet / France

Les avis de recherche se transforment en avis de décès sur Twitter

Temps de lecture : 2 min

Alors que la confusion régnait le 13 novembre après les six attentats de Paris et Saint-Denis, les Français cherchaient leurs proches via les réseaux sociaux. Vingt-quatre heures après, ce sont des avis de décès qui sont publiés...

Une femme à Paris dépose des fleurs près du Bataclan le 14 novembre 2015 | REUTERS/Gonzalo Fuentes
Une femme à Paris dépose des fleurs près du Bataclan le 14 novembre 2015 | REUTERS/Gonzalo Fuentes

Des photos. Partout. Sur Twitter, le 13 novembre, on voit apparaître des visages d'inconnus. Ce sont celles de gens recherchés par leurs proches, parce qu'ils étaient au Bataclan, au Stade de France, dans le Xe, XIe arrondissements ou plus généralement à Paris pendant les attentats survenus ce vendredi soir. Le mot-clé #rechercheParis permet de relayer ces messages sur Twitter.

Près de vingt-quatre heures après, et sûrement dans les jours qui suivront, les messages changent. Car, pour certains, les recherches sont finies. Il y a ceux qui ont heureusement retrouvés ceux qui leur sont chers, mais d'autres annoncent désormais la mort de leurs parents et amis via les réseaux sociaux. Qui se transforment en un désolant cimetière virtuel.

Si vous cherchez toujours vos proches, un site mis en ligne par le ministère de l'Intérieur est là pour vous aider à les retrouver.

Slate.fr

Newsletters

Les prochaines élections américaines se passeront-elles de vote électronique?

Les prochaines élections américaines se passeront-elles de vote électronique?

Responsables politiques et spécialistes de la cybersécurité prônent un retour au papier.

Huawei veut créer l’anti-Google Maps

Huawei veut créer l’anti-Google Maps

Son service va être dévoilé en octobre, mais ne s'adressera pas directement au public.

Des youtubeurs LGBT attaquent YouTube pour discrimination

Des youtubeurs LGBT attaquent YouTube pour discrimination

La plateforme démonétise et restreint l'accès des vidéos proposant des contenus LGBT+, les considérant par défaut comme «inappropriées» et «sexuellement explicites».

Newsletters