France

Depuis janvier, Paris avait grimpé de cent places au classement des villes les plus susceptibles d'être attaquées

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 14.11.2015 à 17 h 44

Repéré sur The Telegraph, The Independent

Avant le 13 novembre, la capitale française occupait la 97e position, loin derrière Baghdad ou Kaboul.

Des forces de sécurité demandent au public de reculer, près du Bataclan, le 13 novembre 2015. REUTERS/Christian Hartmann

Des forces de sécurité demandent au public de reculer, près du Bataclan, le 13 novembre 2015. REUTERS/Christian Hartmann

C'était une nuit cauchemardesque. Au moins 128 personnes ont été tuées, 237 blessées, dont 80 très grièvement au cours des attaques qui ont visé le Stade de France et plusieurs bars, restaurants et le Bataclan dans les Xe et XIe arrondissements parisiens, dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015.

Un peu plus de dix mois après les attentats à Charlie Hebdo et à l'Hyper Casher, c'est à nouveau la capitale parisienne qui a été visée. Pourtant, comme l'indiquait The Telegraph en mai dernier, Paris est loin des villes les plus probables à être frappées par un attentat terroriste. Elle était certes passé de la 201e à la 97e place entre 2014 et 2015, mais elle restait loin des Bagdad (1er), Kaboul (2e) ou Mogadiscio (3e).

Paris derrière Donetsk ou Grozny

En fait, trois villes européennes –Luhansk et Donetsk en Ukraine, et Grozny en Russie– occupaient l'une des 64 premières places synonymes de «risque extrême». La plupart de ces villes se trouvent au Moyen-Orient (27) et en Asie (19). En Europe de l'ouest, c'est la capitale de l'Irlande du nord, Belfast qui était «la plus dangereuse», occupant la 91e place.

Pour déterminer ce classement, The Independent indiquait que Verisk Maplecroft avait «répertorié tous les incidents terroristes qui s'étaient déroulés dans le monde dans les douze mois précédant mars 2015, et l'avait combiné à celui des cinq années précédentes».

À l'époque, The Telegraph indiquait que «Bagdad était toujours la ville la plus dangereuse du monde selon ce nouvel index, mais, le risque d'attaques terroristes dans des villes européennes a fortement augmenté à la suite des attentats terroristes de Paris, en janvier».

À Bagdad, 380 attaques en une année

Comme le rappelait justement The Independent, Bagdad sortait d'une année où s'étaient déroulés 380 attaques qui avaient causé la mort de 1.141 personnes et blessé 3.600 autres.

Dans son communiqué, que l'on pouvait retrouver sur son site, Verisk Maplecroft développait un peu plus le passage sur les risques d'attaques terroristes dans des villes européennes:

«Le niveau de risque à Paris est représentatif d'une tendance plus mondiale pour les pays occidentaux, dont la Belgique, le Canada et l'Australie où le niveau de risque dans les centres urbains clés est beaucoup plus élevé qu'ailleurs dans le pays, en partie en raison de la valeur accordée à de telles cibles par des groupes islamistes.»

C'est d'ailleurs ce qui ressortait du communiqué de Daech qui se félicitait des attaques sur le sol parisien.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte