France

Que sait-on sur les auteurs des attentats et leurs éventuels complices?

Aude Lorriaux, mis à jour le 14.11.2015 à 20 h 07

Daech a revendiqué l'attentat. Les terroristes tués sont au nombre de huit et un lien fondé existe entre une personne arrêtée la semaine dernière en Allemagne et les événements, selon le président de Bavière.

Question mark, Exhibition of Jean-Michel Folon. Forte Belvedere, Firenze / Marco Bellucci via FlickrCC License by

Question mark, Exhibition of Jean-Michel Folon. Forte Belvedere, Firenze / Marco Bellucci via FlickrCC License by

Qui se cache derrière les attentats du 13 novembre? Qui sont les auteurs? On parle aujourd’hui de huit auteurs de cet attentat. Trois personnes se sont faites exploser près du Stade de France, un rue de Charonne, et trois ont actionné leur ceinture d'explosifs au Bataclan. Un huitième a été abattu par les policiers dans la salle de concert. Le journaliste d'Europe 1 Julian Pearce, qui était présent, décrit l'un des terroristes comme «très jeune, d'une vingtaine d'années, habillé tout en noir avec un bonnet sur la tête et une légère barbe».

Huit auteurs de la terreur, une revendication de Daech

Un certain flou a d’abord régné sur le groupe auquel appartiennent les auteurs, même si de grosses suspicions existaient et pointaient l’organisation État islamique. Plusieurs témoins avaient déclaré avoir entendu les terroriste du Bataclan parler de Syrie et d’Irak, ce qui pouvait désigner le groupe terroriste ou son rival Al-Nosra. Le mot «vengeance» a également été entendu par plusieurs témoins qui citent aussi le cri «Allahou Akbar».

Le flou a ensuite été dissipé, d’abord par François Hollande pointant Daech, puis par le groupe terroriste lui-même, qui a publié un message de revendication. Une source policière de France 2 a aussi confirmé qu'un passeport syrien avait été retrouvé sur le corps d'un des terroristes, une enquête serait en cours pour déterminer s'il s'agit bien de la même personne que celle sur laquelle a été retrouvé ce passeport. Cet homme au passeport syrien aurait été enregistré comme réfugié sur l'île grecque de Leros, selon le ministère de l'Intérieur grec cité par la télévision grecque Antenna, la presse grecque et l'agence Reuters. L'homme est né en 1990 et inconnu des services de renseignement français.

Un deuxième kamikaze a été identifié, qui serait lui un ressortissant français, expliquait d'abord Europe 1. Il serait connu des services de renseignement. Il serait né le 21 novembre 1985 dans l'Essone, a ensuite expliqué le procureur de la République, François Molins, et et aurait été condamné huit fois par la justice entre 2004 et 2010. Il a fait l'objet d'une fiche S pour radicalisation en 2010. L'ADN des autres suspects tués doit être analysé prochainement. 

Il y aurait trois équipes distinctes, a annoncé le procureur, après que le ministère de l'Intérieur avait d'abord annoncé deux équipes«La première hypothèse serait qu'une équipe était “en charge” du restaurant le Petit Cambodge, et une du Bataclan, puis que les deux équipes se sont rejointes à la salle de spectacle. Tous les terroristes auraient ainsi été tués. Une seconde hypothèse des enquêteurs avance que l'équipe du Bataclan aurait été entièrement tuée, tandis que l'autre équipe serait toujours dans la nature.» La troisième et dernière hypothèse fait donc état, «très probablement» de «trois équipes de terroristes coordonnées à l’origine de cette barbarie», selon le procureur. 

Europe 1 cite de sources policières des témoins évoquant «des assaillants venus dans une voiture immatriculée en Belgique, ce qui laisse ouverte l'hypothèse d'une équipe venue de l'étranger, sans exclure la présence de locaux». Et évoque la présence, selon d'autres témoins d'une femme parmi les terroristes. La radio indique également les conclusions de l'institut médico-légal selon lesquelles les terroristes seraient très jeunes, âgés entre 15 et 18 ans. Le procureur de la République de Paris a confirmé lors du point presse que l'un des véhicules utilisés par les terroristes, une Polo noire, était immatriculé en Belgique et loué par un Français. Et a indiqué que les trois hommes interpellés en Belgique étaient inconnus des services français.


Ce que l’on sait sur d’éventuels complices

Un homme a été arrêté en lien avec les attentats selon la presse allemande. L'information a été révélée par le magazine Focus et la radio bavaroise Bayerische Rundfunk, et relayée par plusieurs médias, comme France TV info. L'homme a été arrêté le 5 novembre lors d'un contrôle de routine sur l'autoroute A9 en Bavière, et avait dans une cache de son véhicule plusieurs mitraillettes, revolvers et des explosifs.

Le lien entre cet homme et les attentats de Paris est «fondé», selon Le Monde qui cite le président de Bavière, Horst Seehofer. Selon Focus cité par Le Monde, l'homme en question viendrait du Monténégro.

D’autres complices pourraient être dans la nature, selon la porte-parole du parquet de Paris, interviewée par Associated press. Un homme a été arrêté dans le cadre de perquisitions en Belgique en lien avec les attentats, mais on ne sait pas du tout encore si cette personne est un suspect, selon la RTBF. L'information a été confirmée par le journal Le Monde. «Les enquêteurs ont bon espoir d'avoir remonté la piste d'une "deuxième équipe", parvenue à prendre la fuite hier soir dans une seconde voiture», écrit le journal. La piste d'une deuxième équipe se précise donc. Un homme a aussi été arrêté en Grande-Bretagne, en possession d'une arme alors qu'il était à l'aéroport de Gatwick, selon le Guardian, mais nous n'en savons pas plus. 

Fausses rumeurs

Plusieurs personnes signalaient sur Twitter qu'une voiture aurait forcé un barrage de police dans les Yvelines. Une rumeur démentie depuis. À Bagnolet, des détonations avaient été entendues par des témoins mais il s’agirait de pétards lors d'un mariage selon le commissariat.

Une enquête judiciaire a été ouverte, a annoncé Bernard Cazeneuve, en «flagrance d'assassinat en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste ainsi que pour association de malfaiteurs terroristes criminelle», comme l'a précisé plus tard le procureur (voir la vidéo ci-dessous). 

Aude Lorriaux
Aude Lorriaux (226 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte