Partager cet article

Comment des armes de guerre peuvent-elle entrer en France?

C.R.O.W.S | Program Executive Office Soldiers via Flickr CC License by

C.R.O.W.S | Program Executive Office Soldiers via Flickr CC License by

La législation autour des armes, et a fortiori d'armes aussi meurtrières, est très stricte dans l’Hexagone.

Les attaques de Paris soulèvent une question cruciale: comment les assaillants se procurent-ils leurs armes dans la mesure où l’accès à celles-ci est généralement illégal en France ou strictement règlementé? Pour se procurer un revolver ou une carabine de chasse, il faut déjà, en plus de présenter le permis adéquat, se prêter à un examen psychologique poussé et livrer des informations personnelles, alors pour obtenir des armes comme des kalachnikovs...

The Daily Beast s’est posé la question et a le mérite d’y répondre: ces armes viennent des pays de l’Est. Plus précisément, les mitraillettes et autres lance-roquettes viennent initialement de fabriques russes puis ont été vendus vers les Balkans. Les armes y sont arrivées durant la guerre serbo-bosnienne puis le conflit dans le Kosovo des années 1990. Elles y seraient restées ensuite (pour 6 millions d’entre elles, à tout le moins, selon Small Arms Survey), parfois en lien avec le trafic de drogue, qui sévit aussi fortement à cet endroit du continent.  

C’est de cette région d’Europe centrale que les armes partent pour la France.  

Une priorité européenne

Al Jazeera a exploré ce même sujet à la fin de l’année 2014. Le site de la chaîne qatarie pointe une autre provenance possible pour le terrible matériel: la Libye, où la guerre civile a libéré de nombreuses armes de guerre au sud de la Méditerranée. Mais les guerres, voire les différents trafics de drogue, ne sont pas les seuls vecteurs permettant l’entrée d’armes dans des pays aussi stricts que la France en ce domaine. Al Jazeera rappelle ainsi que des contingences purement commerciales peuvent aussi jouer. 

Derrière le succès nouveau des mitraillettes et des armes les plus meurtrières en France se cache ainsi la récente amélioration de la kalachnikov. La pénétration sur le marché de ce nouveau modèle a depuis entraîné la revente des armes plus anciennes vers des réseaux clandestins situés plus à l’ouest, comme en France. 

Europol, l’office de coopération des polices européennes, a annoncé faire de la lutte contre la fabrication et le trafic d’armes illégales l’une de ses priorités pour la période 2014-2017.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte