En direct: des gardes à vue en France et des interpellations à Bruxelles

REUTERS/Gonzalo Fuentes.

REUTERS/Gonzalo Fuentes.

Quelques faits marquants de cette journée qui fait suite aux attentats de Paris et Saint-Denis vendredi:

- Il y a, pour l'heure, 129 morts et 352 blessés à déplorer, dont 99 dans un état grave. 

- Un Français connu des services de renseignement a été identifié parmi les corps du Bataclan. Il s'agirait d'un des assaillants. 

- Des arrestations ont eu lieu en Belgique, près de Bruxelles, dans une enquête liée aux attaques parisiennes. Un Français arrêté avec une arme à feu à l'aéroport de Gatwick est actuellement interrogé par les Britanniques. 

- La COP21 est pour le moment maintenue à Paris. 

1h15 Selon les derniers éléments de l'enquête publiés par l'AFP, le suspect français qui se serait fait exploser au Bataclan se nomme Omar Ismaïl Mostefaï. Son père et son frère ont été placés en garde à vue samedi soir et leurs domiciles de Romilly-sur-Seine (Aube) et Bondoufle (Essonne) ont été perquisitionnés.

En ce qui concerne la piste belge, trois arrestations ont eu lieu selon les médias locaux, après une opération policière à Molenbeek, un quartier de Bruxelles.

0h Le photographe Patrick Zachmann a confié au magazine américain Time de nouvelles images, effrayantes, de la fusillade au Bataclan vendredi soir.


20h Manuel Valls sur TF1 a parlé de «guerre»: «Nos premières pensées vont à ceux qui souffrent. Ce que je veux dire aux Français, c’est que nous sommes en guerre, nous faisons face à une armée terroriste jihadiste organisée (...). Nous avons toujours dit qu’il n’y avait pas de risque zéro. (...) Nous sommes en guerre et parce que nous sommes en guerre nous prendrons des mesures exceptionnelles et nous répondrons au même niveau que cette attaque, avec la volonté de détruire et nous gagnerons.»

19h45 Le procureur de Paris, François Molins, a fait un point sur l'enquête. Le nouveau bilan provisoire est de 127 morts et 352 blessés, dont 99 en situation d'«urgence absolue». 7 djihadistes sont morts, tandis que trois ont été arrêtés à Molenbeek, près de Bruxelles. Un des auteurs des tueries, né en 1985 à Courcouronnes (Essonne), avait fait l'objet d'une fiche S pour radicalisation.

18h45 Le ministère de la Justice belge annonce à l'AFP que des arrestations sont en cours à Bruxelles. D'après Le Monde, «les enquêteurs pensent avoir remonté le fil d’une deuxième équipe de tireurs, qui serait parvenue à s’enfuir vers la Belgique dans la nuit de vendredi à samedi».

18h35 Selon le Wall Street Journal, au moins un des kamikazes qui ont mené des attaques-suicide devant le Stade de France vendredi soir avait un billet pour le match France-Allemagne. D'après un des responsables de la sécurité, il a essayé de rentrer dans le stade 15 minutes après le coup d'envoi mais a été repéré par la sécurité, et a actionné le détonateur en s'enfuyant.

18h15 Un homme a été arrêté dans le cadre de perquisitions en Belgique en lien avec les attentats, selon la RTBF et le journal Le Monde. «Les enquêteurs ont bon espoir d'avoir remonté la piste d'une "deuxième équipe", parvenue à prendre la fuite hier soir dans une seconde voiture», écrit le journal. La radio Europe 1 évoquait déjà ce matin «des assaillants venus dans une voiture immatriculée en Belgique, ce qui laisse ouverte l'hypothèse d'une équipe venue de l'étranger».  Un homme a aussi été arrêté en Grande-Bretagne, en possession d'une arme alors qu'il était à l'aéroport de Gatwick, selon le Guardian. Il est soupçonné d’avoir voulu déposer un engin explosif selon le Parisien.  

 

17h30 Selon le secrétaire d'Etat à l'Intérieur grec Nikos Toskas, le passeport syrien retrouvé à Paris appartenait à un migrant enregistré en Grèce.

17h03 Un Français de 41 ans est interrogé par la police britannique après avoir été arrêté avec une arme à feu à l'aéroport de Gatwick. 

17h01 Un homme a d'ailleurs été arrêté en Belgique. C'est une voiture appartenant aux assaillants du Bataclan immatriculée en Belgique qui a mis les enquêteurs sur la piste. 

16h57 La RTBF affirme que des perquisitions en lien avec les attentats de Paris sont en cours à Molenbeek, commune bruxelloise de Bruxelles. 

16h36 Un cri d'amour en direction de la France venu de la Twittosphère (bien qu'il soit incertain qu'il s'agisse d'un extrait du New York Times). «Personne, sur terre, ne profite de la vie mieux qu'en France»


 

 

16h34 Le Hamas et le Jihad islamique, deux organisations islamistes palestiniennes, ont condamné les attaques. 

16h27 Barack Obama se déplacera bien à Paris dans deux semaines pour la COP21. 

16h24 Jean-François Copé a pris ses distances avec Nicolas Sarkozy après les attentats de Paris. Sur son compte Facebook, le député-maire de Meaux (LR) a d'abord réclamé: «D’abord, il faut changer notre politique anti-terroriste. De manière radicale, rapide, sévère. Je propose de créer enfin un parquet national anti-terroriste dédié et de le doter des moyens nécessaires à son action. Je propose d’augmenter massivement les effectifs du renseignement, de la justice, de la police et de l’armée. Les réduire était une erreur historique.» Il a également critiqué la politique interventionniste de Nicolas Sarkozy, notamment en Libye: «Ensuite, il faut avoir le courage de dire que notre diplomatie est totalement inadaptée aux bouleversements auxquels nous devons faire face depuis ces dernières années. Nous avons fait le choix de faire tomber ou affaiblir, au Proche et au Moyen Orient, des régimes dictatoriaux sans mesurer que nous aggravions en fait la situation. La région a sombré dans le chaos.»

16h11 Un avion néerlandais à destination de la France a été évacué et fouillé à l'aéroport de Schipol, près d'Amsterdam, après des "menaces" selon la gendarmerie des pays-Bas. 

16h09 Laurent Fabius a annoncé que la COP21 se tiendrait bien à Paris, mais avec une sécurité renforcée. 

16h05 Selon le ministère de l'Intérieur allemand cité par l'AFP, le lien entre l'homme arrêté en Allemagne et les attentats de Paris ne serait pas avéré. 

15h57 Barack Obama va convoquer son Conseil de sécurité nationale avant de partir pour le G20 à Antalya en Turquie. 

15h50 François Molins, le procureur de Paris qui est chargé de l'enquête sur les attentats, donne une conférence de presse ce soir à 19h. 

15h36 Après les attaques, les services de renseignement français sont scrutés. Le journal britannique The Guardian fait ici le point.

15h22 Christian Estrosi (LR), député-maire de Nice, prône l'assignation à résidence des individus fichés pour radicalisation par les renseignements dans les Alpes-Maritimes. Il a formulé sa demande au gouvernement. 

15h05 Marine Le Pen a déclaré lors de sa conférence de presse: «Nous vivons l'horreur, une tragédie nationale. Pour la sixième fois en 2015 le terrorisme islamique a frappé notre pays. La France et les Français ne sont plus en sécurité, mon devoir est de vous le dire. La France doit enfin savoir qui sont ses alliés et ses ennemis. Ses ennemis ce sont ces pays qui entretiennent des complicités avec les terroristes. Il est indispensable que la France retrouve la maîtrise de ses frontières définitivement. Sans frontieres, pas de securité. La France doit se réarmer, rétablir ses forces militaires et de police. Le fondamentalisme islamiste doit être anéanti. La France doit interdire les associations islamistes, les mosquées radicales et les binationaux ayant été liés à des opérations terroristes doivent être déchus de leur nationalité et expulsés du territoire.» 
Aude Loriaux a attentivement suivi son discours.

14h49 L'AFP confirme que le corps d'un Français connu des services de renseignement a été identifié au Bataclan. Il s'agirait d'un des assaillants. 

14h45 Nous vous recommandons ce papier du Monde pour en savoir plus sur les événements d'hier (en édition abonnés).

14h40 Sur ITélé, on apprend que l'un des assaillants du Bataclan a été identifié par la police grâce à son ADN. Il s'agissait d'un Français d'une trentaine d'années. Il était connu des services de renseignement. 

14h37 L'AFP signale que le groupe The Eagles of death Metal, qui jouait hier au Bataclan, s'apprête à rentrer aux Etats-Unis. 

14h36 Il y a désormais 300 blessés dont 80 dans un état d'urgence absolue. 

14h27 Le pianiste qui a joué ce matin Imagine de John Lennon devant le Bataclan s'appelle Davide Martello. Ce musicien italien parcourt le monde pour jouer sur les lieux des pires drames humains et y adoucir les tristesses.

 

14h08 Tous les services de forces de l'ordre sont mobilisés en région parisienne. Plus largement, toutes les forces de sécurité de France sont en alerte maximale. 

14h05 Le ministre de l'Intérieur annonce que des bouleversements de la circulation sont à prévoir dans certains axes et ajoute: «Les préfets peuvent décréter un couvre-feu. L'Etat d'urgence permettra de prononcer une interdiction du territoire à chaque personne entravant le travail des forces de l ordre. A Paris, le préfet de police a interdit toute manifestation sur la voie publique jusqu'à jeudi, lundi en région parisienne.»

14h Bernard Cazeneuve a également précisé les mesures de sécurité prises par l'exécutif: «A la suite des décisions exceptionnelles du Conseil de défense ce matin, je précise les dispositifs: en ce qui concerne l'état d'urgence, il a été pris en vertu d'un décret pris cette nuit en conseil des ministres. Il entre en vigueur sur tout le territoire et immédiatement.»

13h57 Le ministère de l'Intérieur vient de s'exprimer: «Confrontée sur son territoire à un acte barbare planifié depuis l'extérieur, la France montre son courage. Dans le cadre des trois jours de deuil national, j'ai demandé aux préfets un moment de recueillement pour les agents de la fonction publique le 17 novembre. C'est l'ensemble des forces de sécurité du pays qui sont en alerte maximale. Une enquête judiciaire a été immédiatement ouverte. L'objectif est la plus grande transparence.»

13h45 Cette journaliste du Parisien assure que les événements de Bagnolet n'auraient rien d'une attaque.

13h42 Selon un intervenant d'ITélé l'homme interpellé en Allemagne a été arrêté le 5 novembre. Il a 51 ans et conduisait alors une voiture immatriculée au Monténégro.

13h36 Nos confrères de France Info dénoncent un certain nombre de rumeurs déjà en vogue sur internet après les attaques. 

13h29 Le Monde dément qu'une attaque soit en cours vers Bagnolet et s'appuie sur des sources policières et judiciaires. 

13h21 Un hélicoptère survole la porte de Bagnolet, à la sortie de Paris, et les sirènes s'y font également entendre, selon un témoin. 

13h18 L'homme arrêté en Allemagne transportait des armes automatiques et des explosifs. 

13h10 Selon un intervenant d'ITélé, un passeport syrien a été retrouvé près des restes d'un homme qui s'est fait sauter près du stade de France hier.

13h07 Anne Hidalgo, maire de Paris, a pris la parole: «C'est un message d'unité de rassemblement, un message du peuple de Paris uni face à la douleur au drame, uni et debout. Ce qui s'est passé cette nuit à Paris dépasse tout ce qu'on aurait pu imaginer en terme d'horreur. C'est un bilan très lourd, les lieux visés sont des lieux du Paris qu'on aime, populaire, les lieux d un Paris fort de sa diversité. Sans doute parce que ce modèle du vivre-ensemble est insupportable pour des fanatiques, pour ceux qui voudraient réduire l'humanité entière au silence. Nous serons plus forts que ceux qui veulent nous réduire au silence, et veulent que notre jeunesse soit affaiblie, annihilée.» 

13h Selon l'AFP, qui cite une source officielle, un homme a été arrêté en Allemagne en lien avec les attaques de Paris. 

12h56 Jean-Luc Mélenchon appelle «à ne pas montrer du doigt une religion» et à refuser la division.

12h50 Ce tweet annonce la mise en berne du drapeau tricolore à l'Elysée dès 13 heures aujourd'hui et dans toute la France à minuit. Et ce, jusqu'à mardi.

12h48 La préfecture de police de Paris vient d'étendre l'interdiction de manifester sur la voie publique dans toute l'Île-de-France jusqu'à lundi prochain.

12h45 Le Premier secrétaire du PS prône une union sacrée des responsables politiques. 

12h43 Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il voyait dans les derniers événements «une volonté de mondialiser la terreur, la France paye un lourd tribut, la France pleure ses morts, notre peine est immense. [...] Le monde entier a manifesté sa solidarité dans l'épreuve, la France n'est pas seule. Nous soutenons les mesures d'exception décidées. Le président s'exprimera lundi devant le parlement réuni en congrès. J'en appelle à la concorde nationale. J'appelle les Français, qui prouvent une nouvelle fois leur dignité, à faire bloc. La démocratie doit être plus forte que la terreur.» 

12h36 Le président Hollande reçoit actuellement son homologue tunisien Béji Caïd Essebssi, dont le pays a été victime d'attentats islamistes ces derniers mois. Il se trouvait ce week-end en visite privée à Paris. 

12h29 «On commence à marcher, mains sur la tête, presque joyeux intérieurement. C'est encore une fois vite stoppé par LA vision de CAUCHEMAR. Des dizaines de cadavres, des gens agonisant, une marée de sang dans toute la fosse.»

12h28 «Enfin, quelqu'un chuchote "la police est là". Et là tout change. Le temps devient encore plus long car elle n'intervient pas tout de suite (repérages, etc.). A ce moment, je pense que les terroristes sont montés quelque part dans le Bataclan car les policiers sont rentrés sans tirer. Puis une horde de policiers rentre. Au moment de se lever, d'aider les autres à se lever, de voir des policiers en armure débouler dans le Bataclan... C'était un soulagement indescriptible.»

12h28 «On a des pensées affreuses de type: "Pitié, pas moi, vise l'autre côté de la salle." Ces pensées sont encore interrompues par des coups de feu.»

12h27 «Pas le droit de parler, de chuchoter, rien. Quelqu'un commence à pleurer? Cette personne est accueillie par des "chuts" collectifs.»

12h27 «Un silence plus que pesant dans la salle interrompu ponctuellement par des coups de feu. Pas de timer, de logique, rien. Juste, de temps en temps, un coup de feu. Et on se demande si le prochain coup est pour soi-même. Attendre que la police arrive, sans aucune notion du temps (pas de montre, portable inaccessible). Sentir des gens se lever pour se faire abattre aussitôt.»

12h26 «Dans mon "coin", tout le monde était entremêlé dans des positions improbables et douloureuses pour tout le monde, visage qui fait face au sol, la tête reposant sur ce que l'on trouve, une jambe par exemple. Avec en fond un bain de sang. Et c'est comme ça que le pire jeu auquel j'ai jamais joué a commencé. Le jeu de l'attente.»

12h25 Un spectateur, présent au concert du Bataclan hier soir, a livré un témoignage effrayant de la prise d'otage sur le site Reddit«Au moment où nous avons entendu les "pétards", j'étais dans la fosse près des marches quand les terroristes sont entrés et j'ai directement couru en direction de la scène sur le côté droit, par réflexe.»

12h10 C'est une photo qui restera dans l'histoire, de la même manière qu'est restée dans l'histoire l'image d'Andrew Card, le chef de cabinet de George W. Bush, annonçant à ce dernier les attaques sur New York le 11 septembre 2001. On y voit François Hollande apprenant un peu avant 21h37, dans les tribunes du Stade de France, les attaques touchant l'agglomération parisienne vendredi soir.


11h57
Selon ce tweet, l'EI vient de revendiquer l'attentat dans un communiqué, où l'organisation terroriste explique que «huit frères portant des ceintures d'explosifs et des fusils d'assaut ont pris pour cible des endroits choisis minutieusement à l'avance au cœur de la capitale française».

11h42 Alors que les Parisiens affluent dans les hôpitaux pour donner leur sang, il semble que La Pitié-Salpêtrière ait fait le plein pour le moment.

11h40 Nous vous parlions plus tôt de Daniel Psenny, journaliste du Monde, témoin de la panique près du Bataclan hier. Il a filmé la scène, la vidéo est disponible ici

11h36 Pour Nicolas Sarkozy, la guerre à mener par la France est une guerre «totale».

11h26 Il ajoute: «Notre politique extérieure doit intégrer l'idée que nous sommes en guerre. Nous avons besoin d'inflexions majeures pour la sécurité des Français.» Par ailleurs, il a annoncé qu'il soutiendrait toute mesure visant à renforcer drastiquement la sécurité des Français. 

11h23 Nicolas Sarkozy vient de s'exprimer: «Les terroristes ont engagé la guerre à la France, la France ne doit pas céder. Notre peuple est déterminé à vaincre la barbarie djihadiste, la guerre que nous devrons livrer doit être totale. Nous devons prendre en compte la situation et en tirer toutes les conséquences pour l'action. Rien ne doit plus être comme avant. Le terrorisme a fait trop de victimes.»

11h10 Il a déclaré qu'il s 'exprimerait prochainement devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles. 

11h07 Parmi les phrases, on retiendra celle-ci: «La France, parce qu'elle a été agressée lâchement, honteusement, violemment, sera impitoyable avec les barbares de Daech. Elle agira par tous les moyens dans le cadre du droit.»

11h03 Il a également annoncé avoir pris un décret établissant un deuil national pour trois jours. 

11h Le président de la République a attribué les attentats à «l'armée de l'Etat islamique». C'est la première fois que la désignation est faite aussi clairement par un responsable politique après les attaques.

10h56 «La France est forte et rien ne pourra l'atteindre malgré le chagrin. La France est solide. Ce que nous défendons, c'est notre patrie et c'est bien plus que cela ce sont des valeurs universelles.»

10h54 «C'est une attaque contre les valeurs de la France. Elle est venu de l'extérieur mais a bénéficié de complicités intérieures que l'enquête doit permettre d'établir.»

10h53 François Hollande s'exprime sur le perron de l'Elysée. 

10h40 Des journalistes présents au Bataclan ou aux alentours de la salle de concerts témoignent ce matin. Julien Pearce, reporter pour Europe était au spectacle. Il raconte comment il a pu, avec d'autres, échapper aux tueurs: «On a couru sur la scène, devant ces terroristes qui nous regardaient, en train de recharger leurs armes». Daniel Psenny, du Monde, habite près du Bataclan, et a assisté à la scène de panique se déroulant à la sortie de la salle: «J’habite au deuxième étage, et mon appartement donne sur les sorties de secours du Bataclan. Parfois, il y a des évacuations un peu agitées, mais là, tout le monde courait de tous les côtés, j’ai vu des mecs par terre, du sang… J’ai compris qu’il y avait quelque chose de sérieux.»

10h26 Le ministre des Affaires étrangères est à Vienne où il participe à une réunion internationale sur la situation en Syrie. Il vient de réagir aux attentats de Paris: «Il est plus que jamais nécessaire, dans les circonstances que nous connaissons, de coordonner la lutte internationale contre le terrorisme. (…)L'un des objets de la réunion d'aujourd'hui à Vienne c'est précisément de voir concrètement comment nous pouvons accentuer encore la coordination internationale dans la lutte contre Daech»

10h20 Le dernier bilan avancé par l'AFP est désormais de 128 morts, sans compter les huit assaillants. Plus de 250 personnes ont été blessées, dont 99 se trouvent en situation d'«urgence absolue», ce qui signifie que leur pronostic vital peut-être engagé.

10h10 Le Conseil de défense vient de prendre fin à l'Elysée.

10h04 Le président du MoDem, François Bayrou s'est exprimé: «le président et le gouvernement ont la responsabilité de susciter une mobilisation internationale pour mener le combat contre les terroristes djihadistes». Il a par ailleurs appelé à l'unité de la Nation. 

9h57 Selon l'AFP, citant une source judiciaire, le bilan est désormais de 128 morts outre les huit assaillants.

9h52 Alors qu'un Conseil de défense est en cours à l'Elysée autour de François Hollande, Angela Merkel, la chancelière allemande a indiqué qu'elle convoquait aujourd'hui une réunion ministérielle de crise après les attentats en France. 

9h45 Personne n’a encore revendiqué les attaques de vendredi, mais Vocativ indique que des partisans de Daech les ont célébrées sur internet.

Le site internet explique que ses «spécialistes du deep web» ont découvert des messages d’extrémistes qui ont «encensé ces attaques sophistiquées et bien coordonnées». Parmi les messages on trouvait celui-ci, de la part d’un des plus importants propagandistes d’un média non-officiel de Daech:

«O croisés, nous arrivons avec des bombes et des fusils. Attendez-nous.»

D’autres partisans, raconte Vocativ, «ont encouragé l’organisation terroriste à revendiquer les attaques». Mais comme l’indique sur son compte Twitter David Thomson, l’un des spécialistes du mouvement, Daech n’a rien revendiqué officiellement.

7h15 Voici, tels que publiés ce samedi 14 novembre au Journal officiel, les textes intégraux des deux décrets instaurant l'état d'urgence sur le territoire métropolitain et en Corse.

La référence à l'alinéa 1 de l'article 11 donne au ministre de l'Intérieur et au préfet «le pouvoir d'ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit». En revanche, l'alinéa 2, qui permet de «prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature ainsi que celui des émissions radiophoniques, des projections cinématographiques et des représentations théâtrales», n'est pas mentionné. Sont par ailleurs éventuellement applicables en Île-de-France des mesures d'assignation à résidence; de fermetures de bars et de salles de spectacles; de remise des armes.

6h45 C'est évidemment une image d'une symbolique très forte: à New York, le 1 One World Trade Center, le gratte-ciel reconstruit après la destruction des Twin Towers par al-Qaida le 11 septembre 2001, a adopté les couleurs du drapeau tricolore. Le gouverneur de l'Etat, Andrew Cuomo, a manifesté sa solidarité sur Twitter.

Parmi les derniers messages de solidarité publiés, citons ceux du Japon, «choqué» et «en colère» ou du président syrien Hassan Rohani, qui a condamné des «crimes contre l'humanité»

6h35 Le dernier bilan officiel des attaques terroristes survenues vendredi fait état d’au moins 120 morts et plus de 200 blessés, dont 80 grièvement. Au moins 82 personnes sont mortes dans la salle de concerts du Bataclan, où a eu lieu une fusillade suivie d’une prise d’otages, et où les assaillants (dont huit sont morts au cours des différentes attaques) ont justifié leur action par l’intervention française en Syrie, selon l’AFP.

Ces attentats sont les plus meurtriers commis en Europe occidentale depuis ceux commis à Madrid par al-Qaida le 11 mars 2004, qui avaient coûté la vie à 191 personnes. Un conseil de défense se réunit samedi à 9 heures.

6h30 Vendredi 13 novembre, une série d'attaques ont frappé Paris, faisant au moins 120 morts selon le bilan provisoire annoncé dans la nuit de vendredi à samedi par le procureur François Molins. Pour suivre les événements du vendredi soir, rendez-vous ici.

Partager cet article