Partager cet article

La FFF et Volkswagen misent sur les Bleus pour laisser les scandales sur la touche

France - Brésil, le 26 mars 2015.

France - Brésil, le 26 mars 2015.

La sélection de Didier Deschamps et la marque automobile qui la sponsorise ont toutes deux des choses à faire oublier avec le France-Allemagne de ce vendredi 13 novembre.

La France reçoit l'Allemagne, ce vendredi 13 novembre, en match amical, à un peu moins de sept mois du début de son Euro de football.

En plus de poursuivre sur leur bonne lancée (quatre victoires sur les quatre derniers matchs), les joueurs de Didier Deschamps auront probablement à cœur de faire oublier la polémique dans laquelle est plongée la sélection autour de l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena. Un sujet qui intéresse presque autant les médias que le retour en équipe de France d'Hatem Ben Arfa.

Faire parler de soi autrement

En milieu de semaine, L'Équipe a même demandé en une de son édition papier à quoi pourrait ressembler une sélection française sans Karim Benzema en pointe, preuve que cette possibilité n'est désormais plus complètement inenvisageable. Comme nous l'expliquions à la suite de la mise en examen de l'attaquant du Real Madrid, le contrôle judiciaire ne s'arrête pas aux terrains de football.

Au milieu de toute cette agitation un autre acteur cherche visiblement à ce qu'on l'on parle autrement de lui. Volkswagen, nouveau sponsor des Bleus, a décidé de payer Twitter afin de faire remonter la rencontre dans les sujets les plus discutés de Twitter (les trending topics), cet après-midi. La marque allemande est elle aussi au milieu d'un scandale après les révélations sur tricheries, en septembre dernier.

Le coup de la faute d'orthographe

La marque automobile essaiera sans doute de faire parler d'elle de façon un peu différente à l'occasion de cette rencontre. La dernière fois, elle avait créé un mini débat en ortographiant mal son nom sur les panneaux publicitaires pendant toute la première mi-temps de la rencontre entre la France et le Brésil.


Le tout était bien évidemment une campagne publicitaire afin de promouvoir l'entreprise allemande:


Il faudra au moins quelque chose du même genre ou un triplé de Ben Arfa pour que l'on oublie ces deux scandales. Et éviter le quintuplé de Müller. Lewandowski avait déjà fait le coup en collant cinq BUTS en neuf minutes à Wolfsburg, le club de la marque allemande.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte