Partager cet article

Vous voulez rompre? Cette compagnie le fait à votre place pour 30 dollars

Capture d'écran du site de The Breakup Shop.

Capture d'écran du site de The Breakup Shop.

Plus besoin de le dire en face, ni même d’envoyer un petit emoji désolé.

«J’ai rompu avec ma copine aujourd’hui, j’étais avec elle depuis cinq ans, et je n’ai même pas eu à lui parler. Même pas un emoji d’au revoir.»

Emanuel Maiberg, qui est journaliste sur le site Motherboard, explique qu’il a fait appel à une compagnie un peu spéciale pour rompre avec sa petite amie Angela. Ou du moins pour simuler une rupture avec elle puisqu'elle était complice de l'article. The Breakup Shop est une petite boîte lancée début novembre par deux frères canadiens, Mackenzie et Evan. 

Pour trente dollars maximum (environ 28 euros), ils s’occupent de larguer votre copain ou votre copine à votre place, et la gamme de prix et d’options est impressionnante:

-un e-mail de rupture: 10 dollars
-un texto de rupture: 10 dollars
-une lettre de rupture standard: 20 dollars
-une lettre de rupture customisée: 30 dollars
-un coup de téléphone de rupture: à partir de 29 dollars

Vous pouvez également acheter à votre futur ex un abonnement à Netflix, le DVD de N’oublie jamais, ou le dernier jeu vidéo Call of Duty. «Des gens payent déjà des services comme Tinder pour avoir une relation, pourquoi ne pas payer un service pour vous en sortir», explique Mackenzie, l'un des co-fondateurs.

L'appel s'est mal passé

Une fois votre achat réalisé, The Breakup Shop vous envoie un e-mail pour vous demander votre nom, celui de la personne avec qui vous rompez, son numéro de téléphone ou son e-mail, et l’heure précise à laquelle vous souhaitez rompre. Emanuel Maiberg a également précisé au Breakup Shop qu’il n’aimait pas l’obsession de sa petite amie pour le maquillage et les bijoux, et qu’il trouvait injuste de s’occuper tout le temps de la cuisine et du ménage. Un second e-mail lui a ensuite expliqué que l’entreprise allait appeler Angela le lendemain à 14 heures précises.

L’appel s’est plutôt mal passé, et pas pour les raisons auxquelles on pourrait penser. Il s’avère que l’entreprise a extrapolé tout un discours à partir des informations envoyées par le journaliste. Elle a par exemple expliqué à Angela que l’un des motifs de rupture était qu’elle était trop insistante à l’idée de se marier, ce qui est complètement faux. Emanuel Maiberg a simplement évoqué le fait qu’elle parlait souvent d’une bague à diamant qu’elle aimerait avoir. Une expérience étrange donc, et potentiellement malsaine.

Et la décence, le respect, l'empathie?

Car si ce genre de service peut sembler «pratique» pour certains, il pose problème quand on pense à la personne qui ne s’attendait pas à une telle rupture. «Est-ce un système qui correspond aux humains?», se demande le site The Atlantic en citant un article de Robin Sloan. Et effectivement, on peut se demander si ce genre de service n’est pas un peu trop éloigné de quelques-unes des caractéristiques les plus humaines qui soit: l’empathie, le respect d'autrui, ou tout simplement la décence humaine. Qu'importe pour les deux frères canadiens, leur boîte est prometteuse:

«C’est quelque chose de tellement nouveau, explique Mackenzie à Motherboard. La première fois que quelqu’un a utilisé Uber, je suis sûr qu’il s’est dit je suis en train de rentrer dans la voiture d’un étranger, mais qu’est-ce que je fais?” Je pense que ça prendra du temps pour réaliser qu’il y a un service appelé The Breakup Shop qui signifie que, quand vous recevez un appel disant que vous avez été largué, vous avez été largué.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte